in

L’avocate de Flynn dit qu’elle a informé Trump de l’état d’avancement de l’affaire

Un avocat de l’ancien conseiller à la sécurité nationale de l’administration Trump, Michael Flynn, a déclaré à un juge qu’elle avait informé le président Donald Trump du statut de l’affaire et lui avait demandé de ne pas accorder de grâce à son client.

Par

ERIC TUCKER Associated Press

29 septembre 2020, 18:14

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

L’avocat, Sidney Powell, était initialement réticent à discuter de ses conversations avec le président ou la Maison Blanche, affirmant qu’elle pensait qu’ils étaient protégés par le privilège exécutif. Mais sous l’interrogation persistante du juge de district américain Emmet Sullivan, elle a reconnu s’être entretenue avec le président au cours des dernières semaines pour le mettre au courant et plaider contre une grâce.

La révélation que Powell avait parlé avec le président de l’affaire découlant de l’enquête menée par l’avocat spécial Robert Mueller sur la Russie a souligné la nature politiquement chargée de la poursuite. Flynn est apparu comme une cause célèbre pour les partisans de Trump, tandis que les critiques de l’action du procureur général William Barr – y compris d’anciens fonctionnaires du FBI et du ministère de la Justice – dénoncent ce qu’ils considèrent comme la politisation des forces de l’ordre.

Les responsables actuels du ministère de la Justice ont rejeté cette qualification lors de l’audience de mardi, la première depuis qu’une cour d’appel fédérale a statué que Sullivan n’avait pas à rejeter immédiatement la poursuite simplement parce que le gouvernement le voulait.

Flynn a plaidé à deux reprises coupable d’avoir menti au FBI au sujet d’une conversation avec l’ambassadeur de Russie pendant la période de transition présidentielle en décembre 2016, lorsqu’il a exhorté le diplomate à ne pas aggraver les tensions sur les sanctions qui venaient d’être imposées pour ingérence électorale. À l’époque, le FBI cherchait à savoir si la campagne Trump s’était coordonnée avec la Russie pour faire pencher les élections en faveur de Trump.

Mais le ministère de la Justice a décidé en mai de classer l’affaire, affirmant qu’il n’y avait pas de base suffisante pour interroger Flynn et que l’interrogatoire n’était pas pertinent pour l’enquête de contre-espionnage plus large du FBI.

Sullivan a jusqu’à présent résisté aux efforts visant à rejeter la poursuite et a nommé un ancien juge fédéral pour contester la position du ministère de la Justice. Cet ex-juge, John Gleeson, a accusé le département d’avoir agi pour des raisons politiques lorsqu’il a décidé d’abandonner l’affaire.

Les avocats du gouvernement fédéral ont relancé leurs efforts pour persuader Sullivan que le rejet de l’affaire Flynn était dans l’intérêt de la justice. Les avocats ont cité ce qu’ils ont dit être une incertitude interne quant à savoir si Flynn avait même commis un crime, ainsi que des questions sur la crédibilité des témoins dans l’affaire.

Les allégations de motifs politiques inappropriés ne sont «tout simplement pas vraies», a déclaré le procureur fédéral Kenneth Kohl, qui s’est identifié comme le plus haut responsable de carrière du bureau du procureur américain à Washington.

« Je ne l’ai jamais vu dans ma carrière dans mon bureau, et cela ne s’est pas produit ici », a déclaré Kohl. «Je suis ici pour dire que la décision du bureau du procureur américain de classer cette affaire était la bonne décision pour les bonnes raisons.»

———

Suivez Eric Tucker sur http://www.twitter.com/etuckerAP

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les Titans ont la première épidémie de COVID-19 de la NFL, avec 8 positifs

Les avocats de Flynn et le DOJ continuent de faire pression pour que l’affaire soit rejetée