in

Un commissaire du comté de l’est du Texas accusé de récolte de votes

Un commissaire du comté de l’Est du Texas et trois autres personnes ont été inculpés pour avoir frauduleusement sollicité des votes par correspondance d’électeurs valides en affirmant qu’ils étaient handicapés, souvent à l’insu des électeurs ou sans leur consentement.

26 septembre 2020, 20h45

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LONGVIEW, Texas – Un commissaire du comté de l’Est du Texas et trois autres personnes ont été inculpés pour avoir frauduleusement sollicité des votes par correspondance d’électeurs valides en affirmant qu’ils étaient handicapés, souvent à l’insu des électeurs ou sans leur consentement.

L’affaire découle de la course principale du commissaire du Precinct 4 entre Brown et son adversaire, Kasha Williams, une course qui a recueilli plus de 2 000 voix. Selon le procureur de district du comté de Gregg, Tom Watson, plus de 360 ​​bulletins de vote par correspondance ont été demandés, invoquant l’invalidité des électeurs. En comparaison, moins de 15 bulletins de vote par correspondance ont été demandés pour les courses des commissaires des circonscriptions 1, 2 et 3 combinées en raison de l’incapacité des électeurs. Dans le vote en direct, Williams a mené Brown de plus de 20 points de pourcentage. Cependant, 74% des bulletins de vote par correspondance étaient pour Brown et lui ont donné une victoire de quatre voix

Les sanctions pour les diverses violations vont de jusqu’à 99 ans de prison pour crime au premier degré se livrant à une fraude électorale organisée alléguée contre Brown, Jackson et Ward jusqu’à deux ans de prison d’État pour fraude électorale et dénombrement des dossiers de falsification des quatre.

Les quatre accusés ont été libérés moyennant une caution de 25 000 $ chacun. Les archives judiciaires ne mentionnaient aucun avocat pour les quatre samedi. Brown n’a pas de numéro de téléphone publié et n’a pas pu être joint pour commenter, et les numéros de téléphone des trois autres n’acceptaient pas les appels.

L’accusation intervient au milieu d’une campagne menée par les républicains, au Texas et dans le pays, pour présenter le vote par correspondance comme vulnérable à la fraude.

Le procureur général républicain du Texas, Ken Paxton, mène des batailles judiciaires en cours pour limiter le vote par correspondance, et le président Donald Trump a tenté de susciter le scepticisme à l’égard du vote par correspondance, affirmant sans fondement que son utilisation généralisée conduirait à la fraude.

Trump a averti que le vote par correspondance pourrait amener tant de gens à voter que « vous ne retrouveriez plus jamais un républicain élu dans ce pays ». Et ce malgré les affirmations d’experts, y compris du directeur du FBI Christopher Wray, selon lesquelles aucune preuve n’existe que le vote par correspondance était sujet à la fraude. «Aujourd’hui, nous n’avons jamais vu, historiquement, aucune sorte d’effort national coordonné de fraude électorale lors d’une élection majeure, que ce soit par courrier ou autrement», a déclaré Wray au Sénat. «Nous avons vu de temps en temps des fraudes électorales au niveau local»,

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Un vote anticipé montre des signes de passage des électeurs noirs au vote par correspondance

Entre économie et pandémie de coronavirus, Biden garde son avantage au niveau national: POLL