in

La police a arrêté plus de 400 personnes lors des manifestations de dimanche en Biélorussie

La police bélarussienne a déclaré avoir arrêté plus de 400 manifestants qui avaient pris part aux manifestations de dimanche exigeant la démission du président autoritaire du pays à la suite d’un vote contesté

Par

Presse associée YURAS KARMANAU

21 septembre 2020 à 11h49

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Kiev, Ukraine – La police bélarussienne a déclaré avoir arrêté plus de 400 manifestants qui avaient pris part à une manifestation du week-end demandant la démission du président autoritaire du pays à la suite d’un vote contesté.

Alors que les manifestations secouent le pays pendant plus de six semaines, des dizaines de milliers de Biélorusses ont défilé dimanche à Minsk, la capitale, appelant le président Alexander Lukashenko à démissionner après 26 ans au pouvoir.

Les soldats ont bloqué le centre de Minsk à l’aide de canons à eau, de véhicules blindés de transport de troupes et de barbelés.

Des manifestations ont également eu lieu dans plusieurs autres villes, dont Brest, où la police a utilisé des gaz lacrymogènes dans le but de disperser la foule.

Les militants des droits humains ont estimé la foule à Minsk à environ 100 000 personnes. La police, cependant, a déclaré qu’un total de plus de 20 000 personnes se sont rassemblées dans les villes et villages de tout le pays.

Selon un communiqué de police publié lundi, 442 manifestants au total ont été arrêtés dimanche, dont 266 à Minsk. La police a déclaré que 330 d’entre eux étaient toujours en détention alors qu’ils attendaient les audiences du tribunal.

Loukachenko, qui dirige d’une main de fer l’ex-nation soviétique de 9,5 millions d’habitants depuis son arrivée au pouvoir en 1994, réprimant l’opposition et les médias indépendants, a rejeté les suggestions de dialogue avec l’opposition. Pendant les trois premiers jours des manifestations, les manifestants ont été confrontés à une répression brutale, la police utilisant des matraques et des balles en caoutchouc pour disperser les foules. Plusieurs manifestants sont morts.

Au milieu de l’indignation internationale, les autorités biélorusses sont passées à la poursuite des principaux militants et aux détentions massives, évitant ainsi les violences à grande échelle. De nombreux membres du Conseil de coordination qui a été formé par l’opposition pour faire pression pour une transition du pouvoir ont été arrêtés ou contraints de quitter le pays.

En réponse à la répression, les partisans de l’opposition ont publié samedi les données personnelles de plus de 1 000 policiers. «Personne ne restera anonyme, même sous une cagoule», a déclaré le blog populaire de l’opposition Nexta Live sur l’application de messagerie Telegram, promettant de publier plus de données si les détentions se poursuivent. La police a ouvert une enquête sur la fuite.

Dans une déclaration vidéo publiée lundi, elle a exhorté les forces de l’ordre à s’abstenir de «crimes et actes malhonnêtes envers vos concitoyens, même s’ils sont forcés par vos supérieurs».

«Soyez avec le peuple biélorusse, et le peuple n’oubliera pas que vous étiez de son côté», a déclaré Tsikhnaouskaya.

Ales Bialiatski, chef du groupe de défense des droits de l’homme Viasna, a déclaré à l’Associated Press que la loyauté des forces de sécurité était cruciale pour Loukachenko.

«La loyauté des forces de sécurité est essentielle pour la capacité de Loukachenko à s’accrocher au pouvoir», a déclaré lundi Bialiatski. «C’est entre les mains de ces personnes qu’une répression politique à grande échelle est menée au centre de l’Europe.»

———

Daria Litvinova à Moscou a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

L’UE pèse les sanctions contre Loukachenko et rencontre son adversaire biélorusse

Trump dit que le choix de la Cour suprême arrive « vendredi ou samedi »