in

Des ex-travailleurs poursuivent Kroger, affirmant qu’ils ont été licenciés pour avoir refusé de porter le symbole arc-en-ciel

Les femmes ont déclaré avoir été licenciées à tort en raison de leurs croyances chrétiennes.

19 septembre 2020 à 09h23

• 5 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Un organisme fédéral de surveillance de l’emploi a déposé une plainte pour discrimination religieuse contre la chaîne de supermarchés Kroger au nom de deux employés de l’Arkansas qui affirment qu’ils ont été licenciés parce qu’ils ont refusé de porter un tablier comportant un symbole arc-en-ciel.

La Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi, chargée de faire appliquer les lois anti-discrimination sur le lieu de travail, a déposé plainte cette semaine au nom des ex-travailleuses Brenda Lawson et Trudy Rickerd, qui ont déclaré avoir été licenciées lorsque l’entreprise a mis en œuvre un nouveau code vestimentaire qui comprenait un tablier avec un coeur arc-en-ciel dessus.

Les femmes ont déclaré que l’entreprise avait mis en œuvre une nouvelle politique en avril 2019 qui obligeait les employés à porter les emblèmes, qui, selon elles, approuvent les valeurs LGBTQ, selon le procès. Ils ont affirmé que porter le symbole violerait leurs croyances religieuses et ont même essayé d’offrir des alternatives, selon le procès.

PHOTO: Un client quitte une épicerie Kroger à Flowood, Mississippi, le 26 juin 2019.

Un client quitte une épicerie Kroger à Flowood, Mississippi, le 26 juin 2019.

Un client quitte une épicerie Kroger à Flowood, Mississippi, le 26 juin 2019.

Lawson, qui avait 72 ans à l’époque, a déclaré qu’elle avait proposé de porter le tablier avec son étiquette portant son nom couvrant l’emblème, mais le magasin de Conway, dans l’Arkansas, aurait refusé.

«Je demande un aménagement raisonnable de ce code vestimentaire par rapport à ma croyance religieuse», a-t-elle écrit dans une lettre demandant des accommodements religieux, selon le procès. « Je demande simplement à porter mon badge sur le logo du cœur. »

Rickerd, qui avait 57 ans à l’époque, a déclaré qu’elle avait proposé de porter un tablier différent sans l’emblème et a envoyé une lettre expliquant pourquoi elle estimait ne pas pouvoir se conformer à la politique.

« J’ai une conviction religieuse sincère que je ne peux pas porter un symbole qui promeut ou approuve quelque chose qui est en violation de ma foi religieuse », a-t-elle écrit dans la lettre, selon le procès. « Je respecte les autres qui ont une opinion différente et je suis heureux de travailler avec d’autres qui souhaitent porter le symbole. Je suis heureux d’acheter un autre tablier pour m’assurer qu’il n’y a pas de difficultés financières pour Kroger. »

PHOTO: Un client retire ses achats dans une épicerie Kroger à Flowood, Mississippi, le 26 juin 2019.

Un client retire ses achats dans une épicerie Kroger à Flowood, Mississippi, le 26 juin 2019.

Un client retire ses achats dans une épicerie Kroger à Flowood, Mississippi, le 26 juin 2019.

Kroger, la plus grande chaîne de supermarchés du pays, aurait rejeté les deux demandes et aurait exercé des représailles à leur encontre en les disciplinant et en les licenciant finalement, selon le procès.

Teresa Dickerson, une représentante de la communication pour Kroger, a refusé la demande de commentaires d’ABC News, citant une norme interdisant de parler publiquement d’un litige en cours.

L’entreprise n’a pas congédié d’autres employés qui ont simplement refusé de porter le nouveau tablier ou ceux qui ont couvert l’emblème du cœur sans demander des accommodements religieux, a déclaré le costume, affirmant qu’ils enfreignaient également le code vestimentaire.

L’EEOC a intenté lundi une action devant le tribunal de district américain du district oriental de l’Arkansas, alléguant une conduite qui enfreint le titre VII, une partie de la loi sur les droits civils de 1964 qui interdit la discrimination sur le lieu de travail fondée sur la race, la couleur, la religion, le sexe et origine nationale.

« Les entreprises ont l’obligation, en vertu du titre VII, d’examiner les demandes d’accommodements religieux, et il est illégal de licencier des employés pour avoir demandé un accommodement pour leurs croyances religieuses », a déclaré Delner-Franklin Thomas, directeur de district du bureau de district de Memphis de l’EEOC, dans un communiqué. Mardi.

La poursuite demande des arriérés de salaire et d’autres dommages-intérêts compensatoires, ainsi qu’une injonction contre une discrimination future.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le personnel de l’Université du Michigan continue d’exiger des changements après la fin de la grève des étudiants

La vacance à la Cour suprême met en lumière les enjeux de la course présidentielle pour les progressistes