in

L’UE et le Royaume-Uni en réunion d’urgence sur le plan britannique de violation de la loi sur le Brexit

Un haut responsable de l’Union européenne se rend à Londres pour une réunion d’urgence avec des responsables britanniques au sujet du projet britannique de rompre une partie de l’accord de divorce du Brexit.

Par

JILL LAWLESS et RAF CASERT Associated Press

10 septembre 2020 à 08h20

• 2 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LONDRES – Un haut responsable de l’Union européenne s’est rendu jeudi à Londres pour une réunion d’urgence avec des responsables britanniques au sujet du projet britannique de rompre une partie de l’accord de divorce du Brexit.

La décision de la Grande-Bretagne de violer le droit international en écrasant une partie de l’accord de retrait de l’UE a alarmé les dirigeants européens et menace de saborder les négociations déjà fragiles entre le Royaume-Uni et l’UE sur le commerce et les relations futures.

Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, devait rencontrer Michael Gove, le ministre britannique de la préparation du Brexit, lors d’une réunion organisée à la hâte. Les deux hommes dirigent une commission mixte chargée de régler les règles post-Brexit pour l’Irlande du Nord, la seule partie du Royaume-Uni à partager une frontière avec un membre de l’UE, l’Irlande.

Garder cette frontière exempte de postes de douane et d’autres obstacles est l’un des principaux objectifs de l’accord de retrait signé par les deux parties il y a moins d’un an. Une frontière ouverte sous-tend l’accord de paix qui a mis fin à des décennies de violence en Irlande du Nord.

Le gouvernement britannique conservateur du Premier ministre Boris Johnson a annoncé cette semaine qu’il prévoyait de légiférer pour se donner le pouvoir de déroger à certaines des dispositions de l’accord sur le commerce de l’Irlande du Nord.

L’annonce a suscité des avertissements sévères de la part de l’UE.

« L’accord de retrait n’est pas ouvert à la renégociation et nous espérons que la lettre et l’esprit de l’accord de retrait seront pleinement respectés », a déclaré Sefcovic.

De nombreux politiciens et avocats britanniques ont également exprimé leur inquiétude, affirmant que renoncer à un engagement international juridiquement contraignant saperait la réputation de la Grande-Bretagne de faire respecter la loi et l’ordre.

« Si l’on ne peut pas nous faire confiance pour respecter notre parole sur cette question, alors pourquoi quelqu’un nous ferait-il confiance à l’avenir? » a déclaré Edward Garnier, un ancien solliciteur général britannique.

La Grande-Bretagne a quitté les structures politiques de l’UE le 31 janvier et fera une pause économique lorsqu’une période de transition de 11 mois se terminera le 31 décembre. Les deux parties tentent de conclure un nouvel accord commercial d’ici là, mais les pourparlers se sont enlisés sur des questions telles que les droits de pêche dans les eaux britanniques et les règles de concurrence loyale pour les entreprises.

Les négociateurs en chef des deux parties, David Frost et Michel Barnier, doivent terminer leur dernier cycle de négociations jeudi. Les deux parties affirment qu’à moins d’un accord d’ici octobre, la Grande-Bretagne fait face à une sortie sans accord économiquement perturbatrice le 1er janvier.

———

Casert a rapporté de Bruxelles.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump prévoit pour le Nevada de rallier le conflit avec les limites de virus

Un énorme incendie se déclare au port de Beyrouth un mois après l’explosion