in

Les avocats soutiennent que l’ordonnance d’exclusion de Trump pour le décompte est illégale

Les avocats du gouvernement affirment que tout effort pour prolonger le recensement de 2020 au-delà de la fin de ce mois serait coûteux et alourdirait l’agence qui le gère

Par

MIKE SCHNEIDER Associated Press

3 septembre 2020 à 17:48

• 4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

ORLANDO, Floride – Tout effort visant à prolonger le recensement de 2020 au-delà de la fin septembre serait coûteux et serait une charge pour l’agence qui le gère, ont déclaré des avocats du gouvernement en réponse aux villes et aux groupes de défense des droits civils qui veulent un mois supplémentaire pour s’assurer que les communautés minoritaires sont pas sous-estimé.

Le Bureau américain du recensement a déjà pris des mesures pour mettre fin aux opérations sur le terrain pour le décompte des effectifs une fois par décennie et certaines régions des États-Unis mettront fin à leurs opérations avant la nouvelle date limite du 30 septembre, ont déclaré les avocats dans des documents judiciaires déposés cette semaine. San Jose, Californie. La date limite précédente était le 31 octobre.

Le recensement est utilisé pour déterminer comment distribuer 1,5 billion de dollars de financement fédéral et combien de sièges au Congrès et de votes au collège électoral obtiennent chaque État.

Le procès, qui demande à un juge de rétablir l’échéance d’octobre, fait valoir que la fin du recensement tôt conduira à un décompte inexact qui néglige les communautés minoritaires. Il soutient que le Bureau du recensement a modifié le calendrier pour tenir compte d’une directive du président Donald Trump visant à exclure illégalement des personnes dans le pays lorsque les districts du Congrès sont redessinés, un processus connu sous le nom de répartition.

Plus d’une demi-douzaine d’autres poursuites ont été intentées en tandem à travers le pays, contestant le mémorandum de Trump comme étant inconstitutionnel et une tentative de limiter le pouvoir des Latinos et des immigrants de couleur lors de la répartition.

Dans le premier de ces procès à plaider, les avocats de l’État de New York et des groupes de défense des droits civils ont déclaré jeudi à un panel de trois juges du tribunal fédéral de New York que le mémorandum devait être jugé illégal et inconstitutionnel. Ils ont déclaré lors d’une audience téléphonique que l’ordre supprimait la participation au décompte et ferait perdre à certains États des sièges au Congrès qu’ils auraient autrement eu.

«Nous ne pensons pas que ce soit une question constitutionnelle difficile», a déclaré Judith Vale, avocate au bureau du procureur général de New York. «Les accusés n’ont aucune autorité, aucun pouvoir discrétionnaire pour soustraire des millions d’immigrants sans papiers».

Dale Ho, directeur du Voting Rights Project de l’ACLU, a déclaré aux juges fédéraux que le président n’avait pas le pouvoir discrétionnaire de «manipuler» les données du recensement à son gré une fois le décompte terminé.

« Si le président peut réviser et modifier le décompte du recensement … il n’ya pas de véritable limite à ce qu’il peut faire », a déclaré Ho.

Un avocat du gouvernement, Sopan Joshi, a déclaré aux juges que le président avait une discrétion presque illimitée pour exclure illégalement des personnes dans le pays du compte de répartition, bien qu’il ait déclaré que le président ne pouvait pas exclure des personnes du compte de répartition en raison de la race ou de la religion.

Joshi a également déclaré que la contestation judiciaire du mémorandum du président arrivait prématurément car le Bureau du recensement n’a pas encore déterminé s’il serait en mesure de s’y conformer en calculant illégalement le nombre de personnes dans le pays. L’année dernière, Trump a ordonné au bureau de rassembler les dossiers administratifs fédéraux et étatiques pour aider à ce calcul, une ordonnance qu’une poursuite distincte conteste également comme inconstitutionnelle.

Interrogé par l’un des juges, Joshi a déclaré qu’il n’y avait pas de précédent historique pour exclure illégalement les habitants du pays du processus de répartition, mais cela n’avait pas d’importance puisque le président disposait d’une large marge de manœuvre pour prendre des décisions sur le recensement.

Face aux retards causés par la pandémie de coronavirus, le Bureau du recensement a repoussé plus tôt cette année le décompte des effectifs de chaque résident américain de fin juillet à fin octobre.

Le bureau a demandé au Congrès de prolonger le délai de transmission des données utilisées pour dessiner les districts du Congrès du 31 décembre 2020 au 30 avril 2021. Les principaux responsables du Bureau du recensement avaient déclaré qu’il serait impossible de respecter la fin de l’année. date limite et que le bureau attendait un soutien bipartisan pour la demande.

La demande a été adoptée par la Chambre contrôlée par les démocrates dans le cadre de la législation sur le soulagement des coronavirus, mais elle n’est allée nulle part dans le Sénat contrôlé par les républicains.

Trois juges de tribunal de district ont entendu l’affaire de New York, comme requis lorsqu’une poursuite conteste la constitutionnalité de la répartition. Ils ont promis de rendre une ordonnance dès que possible, bien que l’affaire fera probablement l’objet d’un appel devant la Cour suprême des États-Unis.

———

Suivez Mike Schneider sur Twitter à l’adresse https://twitter.com/MikeSchneiderAP


Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

État: un ambulancier paramédical de la région de Detroit a induit un médecin en erreur au sujet d’une femme «  morte  »

Un suspect recherché pour une fusillade mortelle à Portland tué lors d’un entretien avec les autorités