in

Fact Check Friday: Trump sur «  la loi et l’ordre  » et les manifestations

Washington, D.C. – Le président a fait de « la loi et l’ordre » un thème central de son discours de réélection.

Comme l’a déclaré cette semaine sa conseillère sortante Kellyanne Conway, la Maison Blanche estime que le président bénéficiera politiquement des troubles dans les villes américaines.

Portland, Oregon, a marqué 100 jours consécutifs de manifestations cette semaine et Kenosha, Wisconsin, a connu à la fois des manifestations pacifiques et des violences meurtrières à la suite de la fusillade de la police de Jacob Blake.

Mais à mesure que le président fait valoir ses arguments, lui et son administration se trompent sur bon nombre de faits, souvent d’une manière qui pourrait alimenter la division politique et raciale et, dans certains cas, pourrait en fait être contre-productive aux efforts visant à maintenir la loi et l’ordre sur le terrain.

Bienvenue à Fact Check vendredi.

Pas son magasin

PHOTO: Le président Donald Trump s'adresse à la presse alors qu'il visite une zone touchée par les troubles civils à Kenosha, au Wisconsin, le 1er septembre 2020, alors que John Rode (C), l'ancien propriétaire de Rode's Camera Shop, regarde en tenant une pancarte.

Le président Donald Trump s’adresse à la presse alors qu’il visite une zone touchée par les troubles civils à Kenosha, dans le Wisconsin, le 1er septembre 2020, alors que John Rode (C), l’ancien propriétaire de Rode’s Camera Shop regarde en tenant une pancarte.

Le président Donald Trump s’adresse à la presse alors qu’il visite une zone touchée par les troubles civils à Kenosha, dans le Wisconsin, le 1er septembre 2020, alors que John Rode (C), l’ancien propriétaire de Rode’s Camera Shop regarde en tenant une pancarte.

Avant que le président Trump ne parte pour Kenosha cette semaine, le gouverneur démocrate du Wisconsin, Tony Evers, lui a demandé de ne pas venir, affirmant que cela «ne ferait qu’entraver notre guérison».

Le porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deere, a répondu: « La Maison Blanche a été émue par la sensibilisation des individus de Kenosha qui ont salué la visite du président et qui aspirent à des dirigeants pour soutenir les forces de l’ordre locales et les entreprises qui ont été vandalisées. »

Mais lorsqu’un propriétaire d’une entreprise en panne à Kenosha a refusé de comparaître avec le président, la Maison Blanche a plutôt demandé à l’ancien propriétaire du magasin de se présenter – et Trump l’a faussement identifié comme le propriétaire actuel.

« John Rode, III, propriétaire de Rode’s Camera Shop », a déclaré le président, présentant l’ancien propriétaire, qui a ensuite félicité le président.

Un reportage local a révélé que Rode avait vendu ce magasin il y a quelques années.

Dans une interview avec la filiale de télévision locale, l’actuel propriétaire Tom Gram a expliqué qu’il avait refusé une invitation de la Maison Blanche à apparaître aux côtés de Trump parce qu’il ne voulait pas faire partie de ce qu’il pensait être une séance photo à la Maison Blanche.

La Maison Blanche a reconnu plus tard que John Rode III n’était pas le propriétaire de l’entreprise, mais a déclaré que sa famille était toujours propriétaire du bâtiment qui abrite le magasin endommagé.

garde national

PHOTO: Le président Donald Trump monte à bord d'Air Force One alors qu'il quitte Washington pour se rendre dans l'Illinois et le Wisconsin à Joint Base Andrews, Maryland, le 1er septembre 2020.

Le président Donald Trump monte à bord d’Air Force One alors qu’il quitte Washington pour se rendre dans l’Illinois et le Wisconsin à Joint Base Andrews, Maryland, le 1er septembre 2020.

Le président Donald Trump monte à bord d’Air Force One alors qu’il quitte Washington pour se rendre dans l’Illinois et le Wisconsin à Joint Base Andrews, Maryland, le 1er septembre 2020.

Le président a faussement déclaré qu’il avait déployé la Garde nationale à Kenosha ou prétendu à tort qu’il devrait obtenir du crédit.

Mardi, Trump a déclaré: «Mon administration s’est coordonnée avec l’État et les autorités locales pour déployer très, très rapidement la Garde nationale, faire venir la police fédérale à Kenosha et mettre fin à la violence».

La semaine précédente, a-t-il dit, « nous avons envoyé la garde nationale ».

Il n’a pas fait ça. En fait, il ne peut pas faire ça.

Le gouverneur du Wisconsin a autorisé le déploiement de la garde nationale le 24 août. Le président n’a pas le pouvoir de déployer la garde nationale d’un État.

Cela n’a pas empêché M. Rode susmentionné – lors de la séance de photos d’affaires incendiée – de remercier le président à profusion pour avoir envoyé ces troupes.

«J’apprécie juste que le président Trump soit venu aujourd’hui; tout le monde ici le fait. Nous sommes très reconnaissants d’avoir invité les troupes fédérales à aider car une fois qu’elles sont arrivées ici, les choses se sont un peu calmées», a-t-il déclaré, comme Trump l’a incité.

Le président a la possibilité de fédéraliser les troupes de la Garde nationale par le biais de la loi sur l’insurrection, mais il ne l’a pas fait et la loi n’a pas été utilisée depuis les émeutes de Los Angeles en 1992.

Le président a cependant déployé environ 200 agents de police fédéraux à Kenosha. Ils comprennent des agents du FBI, de l’ATF et des U.S. Marshals. Le ministère de la Justice a déclaré qu’ils étaient là pour «aider les forces de l’ordre nationales et locales à répondre aux émeutes et aux troubles», mais n’a pas précisé leur rôle au-delà de cela.

Vidéo, quelle vidéo?

PHOTO: Kayleigh McEnany, attachée de presse de la Maison Blanche, tient une conférence de presse dans la salle de presse Brady à la Maison Blanche, le 19 août 2020, à Washington.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, tient une conférence de presse dans la salle de presse Brady à la Maison Blanche, le 19 août 2020, à Washington.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, tient une conférence de presse dans la salle de presse Brady à la Maison Blanche, le 19 août 2020, à Washington.

Plus tôt cette semaine, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, a faussement affirmé que le président n’avait pas vu de vidéo de partisans de Trump tirant avec des pistolets à peinture sur des manifestants à l’arrière d’une camionnette.

L’incident s’est produit lorsqu’une caravane de partisans de Trump, encouragée par le président, s’est présentée à Portland samedi soir pour contrer les manifestations.

Lorsqu’on lui a demandé si elle ou le président avait vu la vidéo, non seulement McEnany a nié l’avoir fait, elle s’est indignée.

« Le président n’a jamais vu cette vidéo », a déclaré McEnany. «Et c’est incroyable qu’aujourd’hui soit la seule fois où vous vous intéressez à la violence quand ce sont les balles de peinture, et nous ne savons même pas qui a déclenché ces balles de peinture, mais vous n’avez pas demandé 90 jours sur la violence à une organisation anarchiste parce que cela arrive. être à gauche. « 

Le problème est que le président avait tweeté la vidéo en question juste un jour plus tôt.

Il est probablement préférable de donner à McEnany le bénéfice du doute et de supposer qu’elle n’a pas intentionnellement induit la presse en erreur.

Il est plus probable qu’elle (même si elle est l’attachée de presse) n’a pas suivi de près le fil Twitter du président au cours du week-end.

Après tout, il a tweeté plus de 100 fois rien que dimanche.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les employeurs américains ont ajouté 1,4 million d’emplois en août, le taux de chômage à 8,4%

Trump nie le rapport affirmant qu’il a fait des remarques désobligeantes sur les militaires tombés