in

Trump annonce qu’il pardonnera à titre posthume à Susan B.Anthony, reconnue coupable d’avoir voté illégalement en tant que femme en 1872

Cette décision intervient alors que Trump suit Biden dans les sondages auprès des électrices.

18 août 2020 à 14h53

7 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Le président Donald Trump a annoncé mardi qu’il accordait une grâce présidentielle posthume à Susan B.Anthony, une dirigeante du mouvement pour le suffrage des femmes qui a été reconnue coupable d’avoir voté illégalement – en tant que femme – lors de l’élection présidentielle de 1872.

« Plus tard dans la journée, je signerai un pardon complet et complet pour Susan B. Anthony. Elle n’a jamais été graciée. Le saviez-vous? Elle n’a jamais été graciée », a déclaré le président, qualifiant cette décision de « fantastique ».

Trump a fait cette annonce aux côtés de la première dame Melania Trump lors d’un événement à la Maison Blanche commémorant le 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement – qui garantissait aux femmes le droit de vote. Il a été ratifié le 18 août 1920, 14 ans après la mort d’Anthony.

Le président Donald Trump prend la parole avant de signer une proclamation sur le 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement de la Constitution américaine lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, le 18 août 2020.

Le président Donald Trump prend la parole avant de signer une proclamation sur le 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement de la Constitution américaine lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, le 18 août 2020.Patrick Semansky / AP

« Elle était coupable d’avoir voté. Et nous allons signer un pardon complet et complet », a déclaré Trump.

Bien qu’il ne l’ait pas dit spécifiquement, le geste symbolique semblait viser, au moins en partie, les électrices que Trump cherche à comparaître avant les élections – car les sondages montrent que la population préfère actuellement l’ancien vice-président Joe Biden.

Cela intervient également au milieu des affirmations implacables de Trump, sans preuves, d’une fraude généralisée s’il y a un vote universel par correspondance lors des élections de novembre, et de l’inquiétude croissante concernant les perturbations du service postal américain qui, selon les démocrates, mettent en danger les droits de vote de millions d’Américains prévoyant de voter par. courrier en raison de la pandémie.

Alors que Trump – qui se fait appeler le président de « la loi et de l’ordre » – a amplifié les craintes d’un vote illégal à l’approche des élections de 2020, l’ironie n’est pas perdue pour certains selon laquelle Anthony a été arrêté pour cela.

Lors d’un procès largement médiatisé en 1873, Anthony a protesté contre ce qu’elle a appelé «un outrage autoritaire contre les droits de mes citoyens» et a déclaré qu’elle «ne paierait jamais un dollar de votre peine injuste». Elle ne l’a jamais fait et les autorités ont refusé de prendre d’autres mesures.

La dirigeante du droit de vote des femmes Susan B. Anthony, vers la fin du XIXe ou le début du XXe siècle.

Susan B. Anthony, dirigeante du droit de vote des femmes, vers la fin du XIXe ou le début du XXe siècle.Photoquest / .

« Nous devons avoir un vote honnête », a déclaré Trump lors du même événement mardi, poursuivant ses attaques contre le vote par correspondance. « C’est de cela qu’il s’agit ici. Nous devons avoir un vote honnête. »

Le président a d’abord taquiné lundi qu’il pardonnerait une personne « très, très importante », ajoutant seulement à l’époque qu’il ne serait pas le perdant Edward Snowden ou Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale.

Anthony ne correspond pas au modèle typique d’un pardon Trump, généralement réservé à ceux qu’il connaît personnellement.

Le président Donald Trump prend la parole avant de signer une proclamation sur le 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement de la Constitution américaine lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, le 18 août 2020.

Le président Donald Trump prend la parole avant de signer une proclamation sur le 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement de la Constitution américaine lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, le 18 août 2020.Carlos Barria / .

Plus récemment, Trump a récemment accordé une clémence controversée à son conseiller politique de longue date Roger Stone, qui a été reconnu coupable de plusieurs chefs d’accusation liés à l’ingérence de la Russie dans les élections de 2016, y compris le mensonge à des responsables fédéraux.

Elle a notamment été critiquée ces dernières années alors que certains affirment qu’elle a écarté les femmes noires du mouvement pour le suffrage.

Le pardon d’Anthony a été accueilli par au moins un groupe en son nom, Susan B. Anthony List, représenté à la cérémonie de mardi à la Maison Blanche. L’organisation conservatrice influente collecte des fonds pour les candidats politiques anti-avortement.

« Nous sommes profondément émus et reconnaissants au président Trump d’avoir honoré l’héritage de ce grand héros américain et nous nous engageons à ne jamais nous lasser de poursuivre son travail inachevé », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Son alternative aux droits à l’avortement, Emily’s List, a déclaré dans un tweet commémorant le 100e anniversaire du 19e amendement: « En reconnaissant cette étape importante, nous devons également reconnaître les nombreuses femmes qui ont été laissées pour compte. »

Jordyn Phelps d’ABC News a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les Floridiens votent par correspondance en grand nombre par rapport à 2016

Alors que les États menacent de poursuites judiciaires, le ministre des Postes suspend les changements de traitement du courrier jusqu’à la fin des élections