in

Le Liban devient le 1er pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à entrer en hyperinflation

PARIS —
Le Liban pourrait faire face à sa plus grande crise depuis sa guerre civile, avertissent les économistes alors que la monnaie du pays atteint de nouveaux creux.

Le Liban est aujourd’hui le premier pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à voir son taux d’inflation dépasser 50% pendant 30 jours consécutifs, selon Steve H. Hanke, professeur d’économie appliquée à l’Université Johns Hopkins.

La forte hausse des prix des biens et services pousse le pays encore plus dans la crise. Une inflation élevée signifie que de nombreux biens sont devenus inabordables.

«Nous avons commencé à recevoir des messages de personnes éduquées … nous envoyant des e-mails juste pour obtenir de l’aide», a déclaré Soha Zaiter, directeur exécutif de la Banque alimentaire libanaise.

Elle a ajouté: « Il n’y a plus de classe moyenne ».

Les Libanais dépendent fortement des importations, qui constituent 60% des biens consommés, selon l’économiste libanais Roy Badaro. En raison de la très forte corrélation entre l’importation et la consommation, la flambée du taux de change par rapport au dollar se traduit alors par une augmentation massive des prix de détail. Les articles d’habillement et de chaussures à eux seuls ont connu une hausse annuelle de 345% des prix, selon le dernier rapport du Crédit Libanais. En outre, les mesures de verrouillage prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus, entraînant la fermeture de petites entreprises et des licenciements massifs, ont poussé le pays au bord du gouffre.

Le COVID-19 a « un effet multiplicateur », a déclaré Badaro.

Des manifestants se rassemblent sur la place des Martyrs pour protester contre le chômage et la crise économique à Beyrouth, au Liban, le 17 juillet 2020.

Des manifestants se rassemblent sur la place des Martyrs pour protester contre le chômage et la crise économique à Beyrouth, au Liban, le 17 juillet 2020. Mahmut Geldi / Anadolu Agency via .

Selon Zaiter, plus de la moitié de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté en conséquence. La Banque mondiale estime que 155 000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté extrême.

«Si vous comparez la situation avant et après, non seulement le COVID-19, mais même avant le début de la révolution en octobre 2019… maintenant les gens dépendent des ONG parce que le gouvernement n’a aucun plan pour ces personnes», a-t-elle déclaré.

Alors que les autorités libanaises ont promis une aide financière aux 43 000 familles les plus pauvres, on craint qu’elle n’atteigne les bonnes personnes.

« La liste des données pour les familles était si ancienne que certaines d’entre elles étaient déjà mortes ou ne vivaient plus au Liban », a déclaré Zaiter.

L’organisation à but non lucratif Embrace, qui dispose d’une ligne d’assistance nationale pour la prévention du suicide, a déclaré que les rapports de suicide avaient doublé dans le pays cette année, passant d’une moyenne de 200 appels par mois l’année dernière à entre 400 et 500 par mois en 2020.

Lors d’une visite au Liban le 23 juillet, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a été brutal dans sa critique du leadership du pays, en disant: «Aidez-nous à vous aider».

Alors que les pourparlers avec le Fonds monétaire international se trouvent dans une impasse, les Libanais doivent compter sur leur diaspora pour un afflux d’argent.

« Le Venezuela a du pétrole. Notre pétrole est la diaspora », a déclaré Badaro.

Les billets en livre libanaise sont vus dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 15 juin 2020.

Des billets en livres libanaises sont vus dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 15 juin 2020. Mohamed Azakir / .

Le cousin de Rabah, qui vit à l’étranger, envoyait de l’argent chez lui à sa famille.

Mais « beaucoup d’entreprises ont été fermées à cause du COVID et mon cousin n’a pas été payé au cours des cinq derniers mois … maintenant nous devons lui envoyer de l’argent », a déclaré Rabah.

Le seul moyen de sortir de la crise pour beaucoup au Liban est la réforme.

Selon Makram Rabah, professeur d’histoire à l’Université américaine de Beyrouth, le problème central est que «personne n’a aucune confiance dans le système politique».

La Banque centrale « s’est creusée si profondément » en sauvant le pays qu’elle « est incapable de faire quoi que ce soit », a déclaré Rabah.

« C’était le péché originel de la Banque centrale », a ajouté Badaro, faisant référence à la décision prise en 1997 de fixer le taux de la livre libanaise.

La position affaiblie du pays signifie qu’il est à la croisée des chemins.

« Nous sommes au milieu d’une confrontation avec la réalité sur le financement de la croissance et de notre économie et même de l’alimentation », a déclaré Badaro.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le programme de secours du Sénat contre le coronavirus du GOP comprend 1,75 milliard de dollars pour le nouveau siège du FBI près de l’hôtel Trump

Trump double la défense de l’hydroxychloroquine pour traiter le COVID-19 malgré des problèmes d’efficacité