in

Un employé de Raytheon condamné pour avoir conservé des documents classifiés à son domicile

Ahmed Serageldin a travaillé sur un système de défense antimissile balistique.

22 juillet 2020, 21:26

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Un ingénieur Raytheon qui « a mis en danger la sécurité nationale » a été condamné mercredi à 1 an et demi de prison.

Ahmed Serageldin avait travaillé sur un système radar utilisé pour se défendre contre les missiles balistiques et avait plaidé coupable d’avoir conservé chez lui des documents confidentiels de la défense nationale sur ce système sans autorisation.

Serageldin s’est excusé pour son comportement devant le tribunal mercredi.

« J’étais bâclé, mais j’ai toujours été fidèle à mon travail et au pays », a déclaré Serageldin avant que la sentence ne soit prononcée.

Les procureurs fédéraux de Boston avaient demandé cinq ans de prison.

« Il a pris plus de 3 100 documents numériques », a déclaré le procureur adjoint américain Scott Garland, ajoutant qu’il avait également pris plus de 100 documents physiques. Plus de 500 de ces documents ont été qualifiés de classifiés et «exposés» à quiconque souhaitait les voir.

« L’accusé mérite cette condamnation grave parce qu’il a délibérément mis en danger la sécurité nationale, au moins en gardant les informations de la défense nationale là où elles étaient visibles et accessibles aux autres », ont écrit les procureurs dans un mémorandum de condamnation.

Le juge a déclaré que cinq ans était trop et s’est demandé si l’infraction était aussi grave que les procureurs le décrivaient.

Le ciel se reflète sur la façade de l’installation des systèmes de défense intégrés de Raytheon, le lundi 10 juin 2019, à Woburn, dans le Massachusetts.

Le ciel se reflète sur la façade de l’installation de systèmes de défense intégrés de Raytheon, le lundi 10 juin 2019, à Woburn, dans le Massachusetts. Elise Amendola / AP, dossier

« Vous n’avez aucune preuve qu’il l’ait effectivement transmis à une puissance étrangère », a déclaré le juge Patti Saris.

« C’est exact, nous n’avons pas cette preuve », a répondu Garland.

« C’est très important », a déclaré Saris. « Ce n’est ni un commerçant ni un espion. Il a essentiellement utilisé à mauvais escient des informations classifiées chez lui. »

Les avocats de la défense ont appelé Serageldin, 67 ans, de Sharon, Massachusetts, un «Américain fidèle» qui ne méritait rien de plus que trois ans de probation.

« Il n’a transféré des documents secrets nulle part », a déclaré l’avocat de la défense George Vien. « Il a travaillé dessus à la maison. »

Le capitaine Jason Hall, qui supervise le radar double bande pour la marine américaine, a déclaré au juge que la conduite de Serageldin «pourrait dégrader l’efficacité» du système radar.

« La compromission de ces informations techniques sensibles réduirait l’avantage stratégique des radars successeurs », a déclaré Hall.

Alors que Saris a déclaré que Serageldin ne voulait pas de mal, elle a cité le volume de documents qu’il gardait à la maison lorsqu’elle lui a imposé sa peine de 18 mois.

« Je ne pense pas que vous ayez intentionnellement fait du mal aux États-Unis, mais vous les avez mis en danger », a déclaré le juge.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

1 mort et 1 blessé lors d’une fusillade dans un centre commercial dans la banlieue de Saint-Louis

Les autorités enquêtent sur le troisième décès lié à Fort Hood en un mois