in

La Cour suprême du Wisconsin approuve les lois sur le canard boiteux rédigées par le GOP

La Cour suprême du Wisconsin, contrôlée par les conservateurs, a confirmé les lois sur les canards boiteux rédigées par les républicains qui restreignaient les pouvoirs du nouveau procureur général démocrate

Par

TODD ​​RICHMOND Associated Press

9 juillet 2020 à 13h43

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

MADISON, Wisconsin –
Jeudi, la Cour suprême du Wisconsin, contrôlée par les conservateurs, a confirmé les lois sur les canards boiteux rédigées par les républicains qui ont privé le pouvoir du nouveau procureur général démocrate juste avant son entrée en fonction en 2019.

La cour a rejeté les arguments selon lesquels les lois étaient inconstitutionnelles, accordant une autre victoire aux républicains qui ont remporté plusieurs victoires de haut niveau devant le tribunal conservateur ces dernières années.

La décision marque la deuxième fois que le tribunal confirme les lois sur le canard boiteux adoptées en décembre 2018, quelques semaines seulement avant que le gouverneur Tony Evers et le procureur général Josh Kaul, tous deux démocrates, prennent leurs fonctions. Les actions dans le Wisconsin reflétaient les mouvements républicains après avoir perdu le contrôle des bureaux du gouverneur au Michigan en novembre 2018 et en Caroline du Nord en 2016. Les démocrates ont décrié la tactique comme des tentatives effrontées de conserver le pouvoir après la perte des élections.

Les lois du Wisconsin ont restreint les pouvoirs du gouverneur et du procureur général, mais l’affaire jugée jeudi concernait principalement les pouvoirs retirés à Kaul. La Cour suprême a précédemment rejeté une action en justice qui contestait la légalité de la session de canard boiteux elle-même.

La décision de jeudi concernait une affaire déposée par une coalition de syndicats dirigée par le Syndicat international des employés de l’État. La coalition a fait valoir que les lois accordent à l’Assemblée législative un pouvoir sur le bureau du procureur général, une violation de la doctrine de la séparation des pouvoirs dans la constitution de l’État. La doctrine confère à chaque branche du gouvernement des pouvoirs essentiels: le pouvoir législatif rédige des lois, le pouvoir exécutif les applique et le pouvoir judiciaire les interprète.

Les lois en cause interdisent à Evers d’ordonner à Kaul de se retirer des poursuites; laisser les législateurs intervenir dans les procès en utilisant leurs propres avocats plutôt que les avocats du département de la Justice de Kaul; et forcer Kaul à obtenir la permission du comité du budget contrôlé par les républicains de l’Assemblée législative avant d’engager des poursuites.

Cette dernière disposition s’est révélée la plus conflictuelle. Kaul a déclaré que les discussions sur le règlement sont confidentielles et a refusé de partager les détails des cas avec le comité, mettant en danger des dizaines de millions de dollars de revenus potentiels de règlement. Ces derniers mois, le comité a approuvé une poignée de règlements après que les plaideurs aient autorisé Kaul à partager les détails des accords.

Le tribunal a statué 5-2 que le procureur général tire ses pouvoirs des lois de l’État, et non de la constitution, et son rôle n’est pas une fonction essentielle de l’exécutif. Le législateur a clairement intérêt à se joindre aux poursuites de manière indépendante et à approuver les règlements parce qu’il est responsable de dépenser l’argent de l’État, a écrit le juge Brian Hagedorn pour la majorité.

« Bien que représenter l’État dans les litiges soit principalement une fonction exécutive, c’est à l’intérieur de ces frontières de pouvoirs partagés, notamment dans les cas qui impliquent un intérêt institutionnel du législateur », a écrit Hagedorn.

Les deux juges libéraux de la cour, Rebecca Dallet et Ann Walsh Bradley, étaient dissidents.

Le tribunal a obtenu une victoire partielle pour Evers, rejetant certaines des règles mises en place par la législature qui obligeait son administration à réécrire des milliers de «documents d’orientation» et de sites Web du gouvernement. La loi a également donné à l’Assemblée législative plus de pouvoir de bloquer les règles écrites par l’administration Evers.

Le tribunal a jugé que les règles écrites par l’Assemblée législative étaient trop larges et inconstitutionnelles. Evers avait fait valoir que les nouvelles exigences de réécriture des documents étaient si étendues qu’il serait impossible pour le pouvoir exécutif d’obtenir des informations auprès du public.

Les démocrates et les groupes libéraux ont tenté de repousser les lois depuis leur adoption, mais ont eu peu de succès.

Le groupe de défense libéral One Wisconsin Now a persuadé un juge fédéral en janvier 2019 de bloquer le libellé de la loi qui limitait le vote anticipé en personne aux deux semaines précédant les élections.

La League of Women Voters et d’autres groupes ont intenté une action en justice au motif que les lois dans leur ensemble étaient invalides car les législateurs républicains les avaient adoptées après la fin de la session ordinaire de la législature des mois plus tôt. Les juges ont décidé l’année dernière que les législateurs peuvent se réunir quand ils le souhaitent.

———

L’auteur de l’Associated Press, Scott Bauer, a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le chef de l’OMS fait appel à d’anciens dirigeants pour diriger le panel d’intervention COVID-19

Une femme arrêtée lors d’un délit de fuite lors d’une manifestation dans l’Indiana