in

L’Égypte assouplit ses restrictions malgré une recrudescence des infections virales

L’Égypte a levé de nombreuses restrictions mises en place contre la pandémie de coronavirus, malgré une tendance à la hausse continue de nouvelles infections

Par

SAMY MAGDY Associated Press

27 juin 2020 à 12h40

3 min de lecture

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LE CAIRE –
L’Égypte a levé samedi de nombreuses restrictions mises en place contre la pandémie de coronavirus, rouvrant des cafés, des clubs, des gymnases et des théâtres après plus de trois mois de fermeture, malgré une tendance à la hausse continue de nouvelles infections.

Les autorités ont également autorisé la réouverture limitée des mosquées et des églises et levé le couvre-feu nocturne.

Le gouvernement du président Abdel Fattah el-Sissi a tenu à sauver l’économie égyptienne durement touchée par l’épidémie de virus.

Vendredi, le Fonds monétaire international a approuvé un autre prêt de 5,2 milliards de dollars pour l’Égypte, à ajouter aux 2,8 milliards de dollars que le fonds avait déjà promis pour éviter les pires effets économiques de la pandémie.

Avant la pandémie, l’Égypte venait de sortir d’un programme de réforme économique de trois ans qui avait abouti à l’obtention d’un prêt du FMI de 12 milliards de dollars fin 2016.

Au Caire, métropole tentaculaire et animée de quelque 20 millions de personnes, les cafés ont rouvert pour recevoir des clients internes pour la première fois depuis la mi-mars. Mais la «chicha», la conduite d’eau à narguilé si populaire au Moyen-Orient, n’est plus largement offerte pour des raisons sanitaires.

Les cafés ont été autorisés à rouvrir à seulement 25% de leur capacité, selon le Premier ministre Mustafa Madbouly.

Les mosquées et les églises ne seront pas non plus autorisées à tenir leurs services principaux hebdomadaires, alors que de grandes foules se rassemblent traditionnellement pour le culte. Le gouvernement a interdit les prières musulmanes du vendredi dans les mosquées et les messes du dimanche dans les églises, a déclaré Madbouly.

Portant des masques faciaux, les fidèles se sont rendus samedi dans les mosquées pour le fajr, l’aube, les prières, pour la première fois depuis des mois.

« Les gens attendaient ce jour avec impatience », a expliqué Reda el-Sayed, le responsable de la prière d’une mosquée de Gizeh. « Ils manquent les mosquées. »

La réouverture a fait l’objet de critiques, notamment parce que l’Égypte enregistre toujours de nouvelles infections et décès de coronavirus relativement élevés, ce qui fait craindre que le système de santé du pays ne soit bientôt dépassé. Le syndicat des médecins égyptiens a averti le mois dernier que le pays se dirigeait vers une catastrophe.

Le ministère égyptien de la Santé a signalé 62 755 infections, dont 2 620 décès.

Cependant, le nombre réel d’infections et de décès dus au COVID-19, comme ailleurs dans le monde, serait beaucoup plus élevé pour un certain nombre de raisons, dont des tests limités.

Le gouvernement prévoit également la réouverture de certaines destinations touristiques à des vols charters internationaux à partir de jeudi, permettant aux voyageurs du monde entier de retourner dans des régions du pays moins durement touchées par le virus.

Il s’agit notamment de la partie sud de la péninsule du Sinaï, qui abrite la principale station balnéaire et destination balnéaire de Charm el-Cheikh, les zones de villégiature de la mer Rouge de Hurghada et Marsa Alam, ainsi que Marsa Matrouh, sur la côte méditerranéenne.

Le transporteur national, EgyptAir, a déclaré qu’il reprendrait ses vols sans escale vers plus de 29 destinations internationales à partir du 1er juillet. Les destinations comprennent 17 en Europe, quatre en Afrique, quatre au Moyen-Orient et trois en Amérique du Nord en plus de Guangzhou en Chine, a déclaré EgyptAir.

L’économie de l’Égypte dépend fortement du tourisme, qui représente environ 12% du produit intérieur brut. Le gouvernement craint qu’un verrouillage prolongé ne soit dévastateur sur le plan économique, car les vols internationaux échoués et les hôtels vides ont fait des ravages.

Avant que la pandémie ne mette des millions de travailleurs occasionnels au chômage, un Égyptien sur trois vivait déjà dans la pauvreté, selon les chiffres du gouvernement.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Samedi, les principales villes de la côte est devraient connaître des conditions météorologiques extrêmes

Une embuscade effrontée du chef de Mexico blâmée pour le cartel de Jalisco