ford ranger
in

Plan de relance pour relance pour sauver l’industrie automobile Française

La pandémie de coronavirus et le confinement ont entraîné des conséquences désastreuses dans l’industrie automobile. Au cours des derniers mois, la vente de véhicules neufs a chuté de 80 %. C’est pourquoi le 26 mai dernier, Emmanuel Macron a annoncé son plan de soutien pour l’industrie de l’automobile, une nouvelle intéressante pour les professionnels travaillant dans cette filière. Découvrez les détails de ce plan de relance dans la suite de l’article.

Une prime à la conversion plus intéressante

Une prime à la conversion plus généreuse a été annoncée par le chef de l’État pour sauver l’industrie automobile française. Les trois quarts des Français pourront bénéficier de cette prime selon Emmanuel Macron. La seule condition est d’avoir un revenu fiscal inférieur à 18.000 euros net. Pour les particuliers qui choisissent de remplacer leur voiture à essence ou diesel par un modèle écologique, qu’il soit d’occasion ou neuf, l’État leur offrira une aide de 3000 euros. Le but est de booster l’achat de véhicule électrique et d’encourager les consommateurs à se procurer des véhicules neufs. Par ailleurs, pour l’achat d’un véhicule électrique, le gouvernement s’engage à aider les acquéreurs à hauteur de 5000 euros, une somme qui est assez généreuse.

Un fonds d’investissement de 600 millions d’euros créé

Afin de pouvoir intervenir en fonds propre dans le secteur de l’automobile, le président a annoncé un fonds d’investissement à raison de 600 millions d’euros. Une contribution de 400 millions d’euros sera prise en charge par la France. Le reste sera complété par les groupes automobiles français. Dès l’année 2021, un investissement de 150 millions sera effectué pour aider dans la recherche des moyens de créer les véhicules du futur. Toujours selon Emanuel Macron dans son plan de relance pour sauver la filière automobile française, une aide de plus de 8 milliards d’euros est prévue dans les années à venir. En contrepartie de ce privilège financier, l’État demande aux constructeurs des relocalisations. Si pour groupe PSA composé de Peugeot, de Citroën et d’Opel, la production de voitures hybrides doit augmenter d’ici les prochaines années, Renault devra tripler sa production d’ici 2022.

Une bonne nouvelle pour les vendeurs automobiles

Le plan de relance pour sauver l’industrie automobile mise en place par le président de la République est une bonne nouvelle pour les vendeurs automobiles ainsi que tous les professionnels dans cette filière. En effet, ces professionnels de la vente de voiture ont eu une perte assez conséquente à cause du covid-19.

Les concessionnaires sont plus enthousiastes

Pour les concessionnaires automobiles, le plan de relance annoncé par le gouvernement a apporté une lueur d’espoir après une importante crise économique liée à la pandémie. Avec la prime à la conversion annoncée, les ventes pourront reprendre leur cours petit à petit. Des fonds d’investissement sont prévus en échange d’une délocalisation et d’une augmentation de la production de véhicules écologiques pour les prochaines années.

Les mandataires automobiles plus entrains

Bonne nouvelle pour les mandataires automobiles. Ils peuvent tout aussi se remettre petit à petit de la crise grâce au plan de relance annoncé par le président français. Les consommateurs peuvent désormais passer par un mandataire auto pour acquérir un véhicule neuf ou d’occasion au meilleur prix tout en profitant des avantages offerts par le gouvernement. Un bonus est prévu pour donner un coup de pouce à ces professionnels.

Malgré les enjeux présentés par le plan de relance annoncé par le président Emmanuel Macron, le secteur de l’automobile peut se relever et reprendre ses activités. Le gouvernement espère pouvoir transformer cette crise sanitaire en levier permettant d’accélérer le passage du pays vers une vie plus écologique avec le lancement des modèles de voiture du futur limitant l’émission de CO2.

Avatar

Ecrit par garconne

L’American Cancer Society supprime 1 000 emplois lors de la pandémie de COVID-19

L’économie britannique a chuté de 20,4% en avril