in

64% des Américains s’opposent au mouvement de « financement de la police », objectifs clés: POLL

De fortes majorités d’Américains s’opposent au mouvement de « financement de la police » et à certains de ses objectifs les plus importants, en particulier le remaniement du financement des forces de l’ordre pour soutenir les programmes de santé mentale, de logement et d’éducation, révèle un nouveau sondage ABC News / Ipsos publié vendredi.

Près des deux tiers des Américains s’opposent aux appels au financement des services de police, contre 34% qui soutiennent le mouvement, et 60% s’opposent spécifiquement à la réduction du budget de la police pour le réaffecter à d’autres programmes de santé publique et sociaux, tandis que 39% soutiennent cette décision.

Mais les Américains noirs atterrissent différemment sur la question, mais pas de manière écrasante.

Une majorité d’Américains noirs soutiennent le mouvement de «défonder la police» (57%) et de consacrer l’argent à d’autres programmes communautaires (64%), ce qui s’écarte des autres groupes. Le soutien des Noirs au mouvement de « défense de la police » est plus du double de celui des Blancs (26%), et les Noirs américains sont presque deux fois plus susceptibles que les Blancs (33%) de soutenir les principes clés du mouvement. Un égal 42% des Hispaniques soutiennent les deux.

Soutenez-vous ou vous opposez-vous au mouvement de «financement de la police»?

Soutenez-vous ou vous opposez-vous au mouvement de «financement de la police»? ABC News / Ipsos Poll

Dans le sondage, mené par Ipsos en partenariat avec ABC News à l’aide du Knowledge Panel d’Ipsos, près de trois Américains blancs sur quatre et 57% des Hispaniques sont contre le financement de la police, et les deux tiers des Blancs et 58% des Hispaniques s’opposent au déplacement budgets ailleurs.

À l’instar des Noirs américains, les démocrates sont la seule faction parmi les tribus politiques qui approuvent par une majorité de financer la police (55%) et de la réorienter vers des programmes de santé mentale, de logement et d’éducation (59%).

Mais les démocrates sont plus divisés dans leur soutien que les républicains et les indépendants sont dans leur opposition, avec 43% et 41% des démocrates s’opposant à la fois au financement de la police et à l’utilisation de l’argent à d’autres fins, respectivement.

Les républicains, en revanche, désapprouvent presque uniformément le financement de la police (89%) et la redistribution de l’argent (86%). Les indépendants s’inscrivent largement dans la même veine que les Américains, 67% s’opposant au financement de la police et 59% contre le retrait des fonds des services de police pour stimuler les programmes de soutien à base communautaire.

Bien que les appels à la révision des services de police ne soient pas nouveaux, la demande de remboursement est actuellement un message important pour des milliers de manifestants manifestant à la suite de la mort de George Floyd, un homme noir, aux mains d’un policier blanc. Après la mort de Floyd et les meurtres de Breonna Taylor et Ahmaud Arbery, les manifestants dans les rues appellent à une réforme importante.

Malgré le fait que certaines villes ont décidé de mettre en œuvre des changements, notamment le vote de Minneapolis pour dissoudre les forces de la ville, les dirigeants nationaux sont réticents à soutenir un changement aussi audacieux.

Le candidat présumé démocrate Joe Biden, marchant cette semaine entre écouter les demandes des manifestants sans aliéner les hommes et les femmes en bleu, a exprimé, pour la première fois, sa dissidence, déclarant à CBS News: « Je ne soutiens pas le financement du Je soutiens le fait de conditionner l’aide fédérale à la police selon qu’elle respecte ou non certaines normes fondamentales de décence et d’honorabilité. Et, en fait, elle est en mesure de démontrer qu’elle peut protéger la communauté et tout le monde dans la communauté.  »

Au milieu des calculs du pays sur l’injustice raciale, sur l’autre crise qui frappe la nation, les Américains semblent un peu moins inquiets à propos du coronavirus, et plus disposés à reprendre leurs activités antérieures.

Il y a une baisse de près de 10 points de pourcentage des inquiétudes chez les Américains par rapport à il y a trois semaines, 69% des Américains étant toujours préoccupés par la contraction du virus, contre 78% qui ont dit la même chose à la mi-mai.

Dans quelle mesure êtes-vous préoccupé par le fait que vous ou quelqu’un que vous connaissez serez infecté par le coronavirus?

Êtes-vous préoccupé par le fait que vous ou quelqu’un que vous connaissez serez infecté par le coronavirus? ABC News / Ipsos

Un peu moins d’un tiers des Américains ne craignent pas d’être infectés par COVID-19, contre 22% lors de ce sondage de mai.

La légère baisse de l’inquiétude s’accompagne d’une plus grande volonté des Américains de reprendre leurs activités normales, après un mois de réouverture dans les 50 États.

Dans le même temps, le pays a marqué une autre étape sombre cette semaine, frappant deux millions de cas confirmés de virus. Selon une analyse ABC News, au moins huit États du pays – Arizona, Arkansas, Mississippi, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Tennessee, Texas et Utah – connaissent une augmentation des hospitalisations liées aux coronavirus depuis le 25 mai.

Pourtant, la majorité des Américains sont maintenant prêts à manger dans un restaurant (59%), à rester dans un hôtel (57%), à aller à l’église (57%), à aller dans un centre commercial (53%) et à envoyer leur enfant à l’école (54%).

En mai, moins de la moitié des Américains voulaient manger dans un restaurant (41%), rester dans un hôtel (45%), aller à l’église (42%), faire du shopping (38%) et envoyer leur enfant à l’école ( 31%). Le plus grand moteur de toutes les activités était la volonté d’envoyer leur enfant à l’école.

Êtes-vous actuellement disposé ou non à effectuer chacune des actions suivantes?

Êtes-vous actuellement disposé ou non à effectuer chacune des actions suivantes? ABC News / Ipsos Poll

Moins du pays est prêt à aller dans un bar (34%), à assister à un événement sportif (29%), à aller au gymnase (33%), à prendre l’avion (44%), à aller au cinéma (39% ) ou faire du bowling (38%). Mais ces chiffres ont augmenté par rapport au mois dernier, quand il y avait moins de volonté d’aller dans un bar (24%), d’aller à un événement sportif (19%), d’aller au gymnase (27%), de voler dans un avion (29% ), aller au cinéma (29%) et au bowling (28%).

Des majorités écrasantes sont toujours prêtes à faire l’épicerie (94%), à se faire couper les cheveux (69%) et à aller travailler (82%).

En juin, malgré les manifestations à l’échelle nationale qui ont lieu dans des dizaines de villes, seulement 26% des Américains ont déclaré qu’ils étaient prêts à assister à une manifestation.

Ce sondage ABC News / Ipsos a été réalisé par KnowledgePanel® d’Ipsos Public Affairs du 10 au 11 juin 2020, en anglais et en espagnol, auprès d’un échantillon national aléatoire de 686 adultes, avec des échantillons de répondants noirs et hispaniques. Les résultats ont une marge d’erreur d’échantillonnage de 4,2 points, y compris l’effet de plan. Consultez les résultats du sondage et les détails de la méthodologie ici.

Avatar

Ecrit par garconne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les sanctions américaines imminentes ébranlent la Syrie et accélèrent la crise économique

Officiel: une bombe explose dans la mosquée de Kaboul, faisant au moins 4 morts