in

Le PIB mondial pourrait chuter de 7% en raison d’une pandémie, prévient l’OCDE

Les prévisions préviennent que le préjudice économique pourrait être bien pire qu’on ne le pensait.

Catherine Thorbecke

10 juin 2020 à 08h01

6 min de lecture

6 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

La crise économique induite par la pandémie de coronavirus pourrait faire chuter le PIB mondial de 7,6%, a averti l’Organisation de coopération et de développement économiques dans ses perspectives économiques publiées mercredi.

Les chiffres de ses dernières perspectives signifient plus de deux fois la dévastation de l’économie par rapport à ses prévisions antérieures publiées début mars, avant que l’ampleur de la crise ne devienne apparente.

« Tant qu’aucun vaccin ou traitement ne sera largement disponible, les décideurs politiques du monde entier continueront de marcher sur la corde raide », a écrit Laurence Boone, économiste en chef de l’OCDE, dans l’introduction aux nouvelles perspectives.

Au milieu d’une incertitude croissante sur la façon dont la pandémie se déroulera, l’organisation économique internationale a publié deux prévisions – l’une dans laquelle le virus est contrôlé d’ici la fin de l’année, et l’autre qui représente une deuxième épidémie mondiale.

En l’absence de vaccin – et si une deuxième flambée se déclare d’ici la fin de l’année, entraînant un renforcement des mesures de verrouillage – l’OCDE prévoit que le PIB mondial chutera de 7,6% en 2020 et rebondira de 2,8% en 2021. Cela signifie que le chômage devrait augmenter de plus du double du taux antérieur à l’épidémie dans les pays de l’OCDE.

Dans leur autre scénario, où une deuxième vague de COVID-19 est évitée, le PIB mondial devrait encore baisser de 6% en 2020, selon l’OCDE.

Pour rappel, en 2019, la croissance du PIB mondial a augmenté de 2,7%.

Dans cette photo d’archive du 2 avril 2020, un sans-abri passe devant des magasins fermés dans le quartier de la mode au centre-ville de Los Angeles.

Dans cette photo d’archive du 2 avril 2020, un sans-abri passe devant des magasins fermés dans le quartier de la mode au centre-ville de Los Angeles.Apu Gomes / . via ., FILE

Les chiffres des nouvelles perspectives sont beaucoup plus désastreux que les précédentes perspectives économiques de l’OCDE publiées en mars, avant le pic de la pandémie. Le 2 mars, l’organisation prévoyait, dans le pire des cas, que le PIB mondial annuel pourrait tomber à 1,5% de croissance.

Dans les nouvelles perspectives, le PIB aux États-Unis devrait chuter de 8,5% si une deuxième vague frappe et de 7,3% même sans deuxième vague. En Europe, le PIB devrait chuter de 11,5% en cas de deuxième vague et de 9% même sans.

Les économistes ont appelé à une coopération internationale accrue pour mettre fin à la pandémie et stimuler la reprise économique.

Les perspectives ont également mis en évidence la nécessité de chaînes d’approvisionnement plus résilientes.

Dans cette photo d’archive du 30 avril 2020, des gens passent devant des magasins fermés du centre-ville de Los Angeles.

Dans cette photo d’archive du 30 avril 2020, les gens passent devant des magasins fermés au centre-ville de Los Angeles.Robyn Beck / . via ., FILE

« La façon dont les gouvernements agiront aujourd’hui façonnera le monde post-COVID pour les années à venir », a déclaré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría. « Cela est vrai non seulement au niveau national, où les bonnes politiques peuvent favoriser une reprise résiliente, inclusive et durable, mais aussi en termes de coopération entre les pays pour relever ensemble les défis mondiaux. La coopération internationale, un point faible jusqu’ici dans la réponse politique, peut créer de la confiance et avoir des retombées positives importantes. « 

L’économiste en chef de l’OCDE, Laurence Boone, a ajouté que « des politiques extraordinaires seront nécessaires pour avancer sur la corde raide vers la reprise ».

« Le redémarrage de l’activité économique tout en évitant une deuxième flambée nécessite une élaboration des politiques souple et agile », a-t-elle ajouté.

« Les gouvernements doivent saisir cette opportunité pour bâtir une économie plus juste, rendre la concurrence et la réglementation plus intelligentes, moderniser les impôts, les dépenses publiques et la protection sociale », a déclaré Boone. « La prospérité vient du dialogue et de la coopération. Cela est vrai au niveau national et mondial. »

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le pape envoie un message fort aux catholiques américains après la mort de Floyd

Minneapolis se retire des négociations avec les syndicats de police