in

Des officiers d’Atlanta licenciés portent plainte contre le maire et le chef de police

Deux policiers qui ont été licenciés après que la vidéo les ait montrés en train d’utiliser des pistolets paralysants sur un couple d’étudiants lors d’une grande manifestation à Atlanta contre la violence policière cherchent à retrouver leur emploi

9 juin 2020 à 18h35

2 min de lecture

2 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

ATLANTA –
Deux policiers d’Atlanta qui ont été licenciés après que la vidéo les ait montrés en train d’utiliser des pistolets paralysants sur deux étudiants tirés d’une voiture dans la circulation lors d’une grande manifestation contre la brutalité policière cherchent à retrouver leur emploi.

Les anciens enquêteurs Mark Gardner et Ivory Streeter ont poursuivi lundi la mairesse Keisha Lance Bottoms et le chef de la police Erika Shields.

Le procès allègue que les policiers ont été licenciés en violation du code de la ville, sans enquête, sans préavis ni audition pré-disciplinaire.

Bottoms and Shields a déclaré avoir examiné les images des caméras corporelles de l’incident du 30 mai et décidé de licencier immédiatement les officiers et d’en placer trois autres sur le bureau. Le procureur du district de Fulton, Paul Howard, a porté des accusations criminelles le 2 juin contre Gardner, Streeter et quatre autres officiers impliqués dans l’incident.

Gardner et Streeter sont accusés de voies de fait graves – Gardner pour avoir utilisé un Taser contre Taniyah Pilgrim, 20 ans, et Streeter, pour avoir utilisé un Taser contre Messiah Young, 22 ans – selon des mandats.

Pilgrim and Young, qui sortent ensemble, sont étudiants dans différents collèges historiquement noirs près du centre-ville d’Atlanta. Pilgrim a été libéré la nuit de l’incident sans inculpation. Young a été arrêtée et accusée d’avoir éludé la police, mais le maire a déclaré qu’elle avait ordonné l’abandon des charges.

Shields a depuis remis en question le calendrier et la pertinence des accusations portées contre les policiers.

Dans leur procès, les officiers licenciés demandent la réintégration dans leur emploi, ainsi que des arriérés de salaire et des avantages sociaux. Le procès indique que les officiers n’ont pas bénéficié d’une procédure régulière et que les autres officiers qui «se sont livrés à une conduite essentiellement similaire» n’ont pas été licenciés.

Ni Bottoms ni le service de police n’ont répondu à une demande de commentaires lundi soir, a rapporté le Atlanta Journal-Constitution.

Les avocats des étudiants ont déclaré que leurs clients avaient été pris dans la circulation à la suite d’une manifestation contre la mort, le 25 mai, de George Floyd au Minnesota. Quatre officiers de Minneapolis ont été arrêtés dans la mort de l’homme afro-américain.

———

Cette histoire a été corrigée pour montrer que le dépôt était un procès, pas une ordonnance du tribunal.

Avatar

Ecrit par garconne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago voit 18 homicides dans la journée la plus meurtrière de 60 ans

Des vies perdues: une famille de médecins perd 2 lumières brillantes