in

L’Azerbaïdjan affirme s’emparer de villages lors des combats avec l’Arménie

L’Arménie et l’Azerbaïdjan affirment que de violents combats se poursuivent dans leur conflit sur le territoire séparatiste du Haut-Karabakh

Par

Presse associée AIDA SULTANOVA

3 octobre 2020, 20h07

• 4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

BAKOU, Azerbaïdjan – L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont déclaré que de violents combats se poursuivaient dans leur conflit sur le territoire séparatiste du Haut-Karabakh. Le président azerbaïdjanais a déclaré samedi soir que ses troupes avaient pris une ville et plusieurs villages tandis que les responsables arméniens affirmaient que leurs troupes avaient infligé de lourdes pertes.

Des combats ont éclaté le 27 septembre dans la région, située en Azerbaïdjan et sous le contrôle des forces locales de souche arménienne. C’est l’un des pires au Haut-Karabakh et dans ses environs depuis la fin d’une guerre en 1994.

La porte-parole du ministère arménien de la Défense, Shushan Stepanian, a déclaré que des combats intensifs «avaient lieu le long de toute la ligne de front» samedi et que les forces arméniennes avaient abattu trois avions.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a nié tout avion abattu et a déclaré que le personnel arménien avait bombardé le territoire civil. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré que l’armée de son pays avait «levé le drapeau» dans la ville de Madagiz et pris sept villages.

Les responsables du Haut-Karabakh ont déclaré que plus de 150 militaires de leur côté étaient morts jusqu’à présent. Les autorités azerbaïdjanaises n’ont pas donné de détails sur leurs pertes militaires mais ont déclaré que 19 civils avaient été tués et 55 autres blessés.

Vahram Poghosyan, un porte-parole du président du Haut-Karabakh, a affirmé samedi sur Facebook que les données des services de renseignement montraient que quelque 3 000 Azerbaïdjanais étaient morts dans les combats. Le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Ovannisian, a déclaré plus tard que 2 300 soldats azerbaïdjanais avaient été tués, dont environ 400 le dernier jour.

L’Azerbaïdjan n’ayant pas fait de commentaires sur les pertes de troupes, les déclarations n’ont pas pu être vérifiées.

Le Haut-Karabakh était une région autonome désignée en Azerbaïdjan à l’époque soviétique. Il a revendiqué l’indépendance de l’Azerbaïdjan en 1991, environ trois mois avant l’effondrement de l’Union soviétique. Une guerre à grande échelle qui a éclaté en 1992 a tué environ 30 000 personnes.

À la fin de la guerre en 1994, les forces arméniennes détenaient non seulement le Haut-Karabakh lui-même, mais des zones importantes en dehors des frontières officielles du territoire, y compris Madagiz, le village que l’Azerbaïdjan a affirmé avoir pris samedi.

Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies ont appelé au retrait de ces zones, ce que les forces arméniennes ont ignoré.

Aliyev a déclaré dans une interview télévisée que les Arméniens devaient se retirer de ces zones avant que les derniers combats ne puissent cesser.

Dans l’interview avec Al Jazeera, dont une transcription a été distribuée samedi par le bureau de presse présidentiel, Aliyev a critiqué le soi-disant groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui a tenté de négocier une résolution du Haut-Karabakh. contestation.

L’une des raisons derrière les combats actuels est que «les médiateurs n’insistent pas et n’exercent pas de pression pour commencer à appliquer les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies», a-t-il déclaré.

«Nous n’avons pas le temps d’attendre encore 30 ans. Le conflit doit être résolu maintenant. » Dit Aliyev.

L’Arménie a affirmé à plusieurs reprises au cours de la semaine dernière que la Turquie avait envoyé des combattants syriens en Azerbaïdjan et que l’armée turque aidait celle de l’Azerbaïdjan.

« La Turquie et l’Azerbaïdjan ne poursuivent pas seulement des objectifs militaro-politiques », a déclaré samedi le Premier ministre arménien Nikol Pashinian dans un discours à sa nation. « Leur objectif est l’Arménie, leur objectif est la poursuite du génocide des Arméniens. »

Quelque 1,5 million d’Arméniens sont morts dans des massacres en Turquie ottomane à partir de 1915, ce que l’Arménie et de nombreux autres pays ont qualifié de génocide. La Turquie rejette fermement ce terme, soutient que le nombre total de victimes est gonflé et affirme que les décès étaient la conséquence de la guerre civile.

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a publié samedi une déclaration alléguant que des milliers d’Arméniens de souche de l’étranger étaient déployés ou recrutés pour combattre pour l’Arménie.

«L’Arménie et les organisations de désapora arméniennes portent la responsabilité juridique internationale pour l’organisation de ces activités terroristes», indique le communiqué.

———

Les rédacteurs d’Associated Press Avet Demourian à Erevan, en Arménie, et Jim Heintz à Moscou ont contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

L’explosion du gonfleur d’airbag Takata tue un conducteur en Arizona

Chronologie du diagnostic et du traitement COVID rapportés par Trump