in

Le juge dit que la poursuite du gouvernement contre le livre de Bolton peut continuer

Un juge a décidé que l’administration Trump pouvait aller de l’avant avec son procès contre l’ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton pour que son livre révélateur, qui, selon les responsables, contient des informations classifiées.

Par

ERIC TUCKER Associated Press

1 octobre 2020 à 16:36

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

WASHINGTON – L’administration Trump peut aller de l’avant avec son procès contre l’ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton pour son livre révélateur, un juge a statué jeudi en refusant une demande de rejet de la plainte.

Le ministère de la Justice allègue que le livre de Bolton, «The Room Where It Happened», contient des informations classifiées, et le gouvernement a intenté un procès en juin pour tenter d’empêcher la publication. Bien que le livre ait été publié comme prévu, une poursuite accusant Bolton de rompre des contrats avec le gouvernement en divulguant des informations classifiées et en ne réussissant pas à effectuer un examen de prépublication requis peut se poursuivre, a déclaré le juge de district américain Royce Lamberth dans un avis de 27 pages.

Le ministère de la Justice, a écrit le juge, « plaide de manière plausible que Bolton a violé ces obligations. » Un avocat de Bolton n’a pas immédiatement renvoyé un e-mail demandant un commentaire.

Le livre, qui détaille les 17 mois de Bolton en tant que conseiller à la sécurité nationale de Trump, contient des descriptions de conversations avec des dirigeants étrangers qui pourraient être considérées comme politiquement dommageables pour le président. Celles-ci incluent des récits selon lesquels Trump a lié la fourniture d’une aide militaire à l’Ukraine à la volonté de ce pays de mener des enquêtes sur son rival démocrate Joe Biden et le fils de Biden, Hunter, et que Trump a demandé au président chinois Xi Jinping d’aider ses perspectives de réélection.

Lamberth a rejeté en juin la demande d’injonction du gouvernement de bloquer la publication du livre, étant donné que des milliers d’exemplaires avaient déjà été distribués. Mais il a également réprimandé Bolton pour avoir progressé dans la publication du livre sans attendre l’autorisation formelle et écrite que le livre avait été effacé.

Les avocats de Bolton ont déclaré qu’il avait travaillé pendant des mois pour un responsable de carrière à la Maison Blanche pour s’assurer que le manuscrit était soigneusement examiné et qu’il avait reçu une autorisation verbale en avril dernier que le livre ne contenait plus de documents classifiés. Mais les responsables de la Maison Blanche ont mené un deuxième examen qui, selon eux, identifiait des informations classifiées encore dans le livre.

L’affaire a pris une tournure notable lorsqu’un avocat de cette responsable de carrière, Ellen Knight, a soumis une déclaration selon laquelle Knight avait informé les avocats du Conseil de sécurité nationale qu’elle avait l’intention de libérer le livre pour publication, mais on lui a dit de ne rien faire et de dire à Bolton que le processus était «en cours».

Quelques semaines plus tard, elle a appris qu’un fonctionnaire de la Maison Blanche qui, selon elle, n’avait aucune expérience de classification, avait été chargé de procéder à une deuxième révision du manuscrit. Ce fonctionnaire, Michael Ellis, a signalé des centaines de passages qui, selon lui, étaient encore classifiés. Knight n’était pas d’accord avec cette conclusion et a considéré que le réexamen était «fondamentalement vicié», selon le dossier.

————

Suivez Eric Tucker sur Twitter à l’adresse http://www.twitter.com/etuckerAP

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Un tueur de l’Ohio alléguant qu’un jury entaché de racisme demande un nouveau procès

Google paiera 1 milliard de dollars sur 3 ans pour du contenu d’actualité