in

L’échec de Trump à condamner la suprématie blanche au débat fait partie d’un schéma bien établi

Interrogé par Fox News Chris Wallace, le modérateur du débat de mardi, s’il était « disposé à condamner les suprémacistes blancs et les milices et à dire qu’ils doivent se retirer et ne pas aggraver la violence », a d’abord déclaré le président: « Bien sûr , Je suis prêt à le faire. « 

«Alors faites-le, monsieur», a poursuivi Wallace, poussant le président à dénoncer directement et spécifiquement les groupes accusés, en partie, des violences récentes dans des villes comme Portland.

Mais il ne l’a pas fait, répliquant plutôt: «Presque tout ce que je vois vient de l’aile gauche. Pas de la droite.

PHOTO: Le président Donald Trump participe au premier débat présidentiel contre le candidat démocrate à la présidence Joe Biden au Campus d'éducation à la santé de l'Université Case Western Reserve le 29 septembre 2020 à Cleveland.

Le président Donald Trump participe au premier débat présidentiel contre le candidat démocrate à la présidence Joe Biden au campus d’éducation sanitaire de l’Université Case Western Reserve le 29 septembre 2020 à Cleveland.

Le président Donald Trump participe au premier débat présidentiel contre le candidat démocrate à la présidence Joe Biden au campus d’éducation sanitaire de l’Université Case Western Reserve le 29 septembre 2020 à Cleveland.

Lorsque Wallace l’a pressé, le président a demandé: «Comment voulez-vous les appeler?

«Les suprémacistes blancs et les milices de droite», a déclaré Wallace, alors que Biden prononçait le nom de «Proud Boys».

« Proud Boys, prenez du recul et restez à l’écart », a alors répondu Trump, dans ce qui semblait être une référence à un groupe extrémiste d’extrême droite ayant des liens présumés avec la suprématie blanche. « Mais je vais vous dire quoi, quelqu’un doit faire quelque chose contre l’antifa et la gauche parce que ce n’est pas un problème de droite, c’est un problème de gauche. »

Selon le Southern Poverty Law Center, «les Proud Boys de base et les dirigeants répandent régulièrement des mèmes nationalistes blancs et entretiennent des affiliations avec des extrémistes connus». L’Anti-Defamation League décrit l’idéologie du groupe comme « misogyne, islamophobe, transphobe et anti-immigration » et dit que « certains membres épousent des idéologies suprémacistes blanches et antisémites ».

Malgré toute la valeur choquante de la non-dénégation du président lors du débat de mardi soir, ce n’était que le dernier d’une série d’épisodes dans lesquels le président a entretenu des notions racistes et s’est opposé à condamner les groupes radicaux et racistes.

Des années avant son improbable candidature à l’élection présidentielle, le président a commencé à attirer l’attention sur la scène politique nationale dès 2011 lorsqu’il a commencé à colporter une conspiration de birther sans fondement, se demandant si l’ancien président Barack Obama était réellement né aux États-Unis.

Le président n’a toujours jamais vraiment désavoué sa promotion de cette théorie du complot raciste.

PHOTO: le président Donald Trump participe au premier débat présidentiel, le 29 septembre 2020, à Cleveland.

Le président Donald Trump participe au premier débat présidentiel, le 29 septembre 2020, à Cleveland.

Le président Donald Trump participe au premier débat présidentiel, le 29 septembre 2020, à Cleveland.

En tant que candidat en 2016, lorsque les nationalistes blancs et ancien dirigeant du Ku Klux Klan, David Duke, ont approuvé la candidature du président à la Maison Blanche, le candidat de l’époque Trump n’a pas immédiatement désavoué le soutien.

Et quand il l’a fait, ce n’était qu’à contrecœur et en réponse directe à un journaliste qui l’a interrogé sur l’approbation lors d’une conférence de presse.

« David Duke m’a approuvé? D’accord, d’accord. Je désavoue, d’accord? » Trump a dit, offrant une répudiation sournoise et sans enthousiasme.

Lorsque les néo-nazis ont défilé avec des torches Tiki à Charlottesville, en Virginie, scandant « Les juifs ne nous remplaceront pas » au cours de la première année de sa présidence, Trump ne les a pas appelés dans sa première déclaration en réaction aux événements.

Au lieu de cela, Trump a équivoque et a déclaré qu’il condamnait la violence «de plusieurs côtés».

PHOTO: le président Donald Trump parle de la violence, des blessures et des décès lors du rassemblement

Le président Donald Trump parle de la violence, des blessures et des décès lors du rassemblement « Unite the Right » à Charlottesville, en Virginie, à Trump Tower, New York, le 15 août 2017.

Le président Donald Trump parle de la violence, des blessures et des décès lors du rassemblement « Unite the Right » à Charlottesville, en Virginie, à Trump Tower, New York, le 15 août 2017.

La réticence de Trump à condamner clairement les manifestants racistes a conduit à un torrent de critiques à travers le spectre politique.

Deux jours après sa déclaration initiale, le président a cédé aux pressions de son personnel pour lire une deuxième déclaration du téléprompteur qui condamnait le suprémaciste blanc.

«Le racisme est un mal», a-t-il déclaré. « Et ceux qui provoquent la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK, des néo-nazis, des suprémacistes blancs et d’autres groupes haineux qui répugnent à tout ce que nous chérissons en tant qu’Américains. »

Après avoir clairement condamné, le président l’a regretté presque immédiatement – blâmant son personnel de l’avoir obligé à le faire et leur disant: «C’est la dernière fois que je fais ça».

Le lendemain même après avoir fait la déclaration soigneusement rédigée, le président était revenu à établir une équivalence morale entre les manifestants néo-nazis et ceux qui étaient venus contre-protester.

« Vous aviez également des gens qui étaient de très bonnes personnes, des deux côtés », a déclaré Trump lors d’une conférence de presse impromptue dans le hall de la Trump Tower.

Et mardi, le président a répété sa tendance à ne pas condamner carrément les suprémacistes blancs et leur point de vue – cette fois sur la scène du débat national.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Helen Reddy, chanteuse et icône féministe, décédée à 78 ans

Comey défend l’enquête sur la Russie comme «  essentielle  » dans son témoignage devant un panel du Sénat