in

La Russie emprisonne un historien qui a découvert des charniers de Staline pendant 13 ans

Des groupes de défense des droits disent que Yury Dmitriyev est puni pour son travail

30 septembre 2020 à 12:23

• 6 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Le cas de Yury Dmitriyev a suscité des critiques internationales lorsqu’il a été condamné à trois ans et demi de prison plus tôt cette année sur des accusations condamnées par des organisations de défense des droits humains comme fabriquées.

Il devait cependant être libéré dans quelques semaines en raison de la peine purgée en détention provisoire.

Mais mardi, un tribunal supérieur de la ville de Petrozavodsk, dans le nord du pays, a brusquement annulé la décision initiale et condamné Dmitriyev à 13 ans de prison.

Dmitriyev, 64 ans, est membre de Memorial, un groupe qui commémore les victimes de la répression soviétique. Il fait face à des poursuites pénales depuis 2016 sur la base de nouvelles accusations fondées sur des allégations selon lesquelles il aurait pris des photos pornographiques de sa jeune fille adoptive et l’avait maltraitée.

Ses partisans disent cependant que son emprisonnement, en réalité, est lié à son rôle dans la découverte de fosses communes liées au système carcéral du goulag soviétique et disent que les accusations sont une tentative de salir un personnage qui a joué un rôle de premier plan dans la commémoration du meurtre de masse perpétré sous Joseph Staline.

Memorial a condamné mardi la décision en disant qu’elle était clairement «politiquement motivée».

«La phrase d’aujourd’hui est la vengeance du système qui est héritier du système soviétique et voudrait laisser dans l’oubli les noms que Yury Dmitry a renvoyés, l’ayant sali lui-même, son travail et sa vie», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Human Rights Watch a précédemment qualifié les charges contre Dmitriyev de «bidon». L’ambassade des États-Unis à Moscou a condamné la nouvelle condamnation comme «scandaleuse».

La porte-parole de l’ambassade, Rebecca Ross, a écrit sur Twitter que «c’est un autre pas en arrière pour les # droits de l’homme et les vérités historiques en #Russie».

Dans les années 1990, Dmitriyev et d’autres ont trouvé une tombe dans sa région natale de Carélie, dans le nord de la Russie, dans un endroit connu sous le nom de Sandarmokh près de la frontière avec la Finlande. Le site contiendrait les corps d’au moins 6 000 prisonniers exécutés par la police secrète soviétique pendant ce que l’on appelle la «grande terreur» de Staline entre 1937 et 1938.

Mais ces dernières années, un groupe conservateur nationaliste soutenu par l’État a cherché à modifier le récit autour de la tombe.

PHOTO: Dans ce fichier, photo prise le 5 avril 2018, l'historien russe Yury Dmitriyev, qui dirige la branche du groupe de défense des droits Memorial en Carélie, arrive pour le verdict de son procès pour pornographie juvénile devant un tribunal de la ville de Petrozavodsk, dans le nord-ouest de la Russie.

(FICHIERS) Dans ce fichier photo prise le 5 avril 2018, l’historien russe Yury Dmitriyev, qui dirige la branche du groupe de défense des droits Memorial en Carélie, arrive pour le verdict dans son procès pour pornographie juvénile devant un tribunal de la ville de Petrozavodsk, dans le nord-ouest de la Russie. – Un tribunal russe a condamné le 29 septembre 2020 un historien respecté du Goulag, Yury Dmitriyev, à 13 ans de prison pour une accusation controversée de sexe d’enfant.

(FICHIERS) Dans ce fichier photo prise le 5 avril 2018, l’historien russe Yury Dmitriyev, qui dirige la branche du groupe de défense des droits Memorial en Carélie, arrive pour le verdict dans son procès pour pornographie juvénile devant un tribunal de la ville de Petrozavodsk, dans le nord-ouest de la Russie. – Un tribunal russe a condamné le 29 septembre 2020 un historien respecté du Goulag, Yury Dmitriyev, à 13 ans de prison pour une accusation controversée de sexe d’enfant.

La Military-Historical Society, dont les membres comprennent de nombreux hauts fonctionnaires du gouvernement russe, a promu une théorie selon laquelle la tombe contient également des soldats soviétiques tués par les troupes finlandaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Le groupe a mené des fouilles sur la tombe et, en 2018, il a exhumé 16 cadavres qui, selon lui, étaient des soldats de l’Armée rouge afin de soutenir la théorie selon laquelle non seulement les Soviétiques ont été tués sur le site.

Les critiques ont déclaré que cela faisait partie d’un effort plus large visant à minimiser les crimes soviétiques sous le président Vladimir Poutine. Poutine ne nie pas la répression de masse sous Staline, mais a cherché à mettre l’accent sur le rôle du dictateur dans la modernisation de la Russie et la défaite de l’Allemagne nazie.

L’affaire contre Dmitriyev a montré des problèmes répétés. Il a été acquitté des accusations d’avoir pris des photos pornographiques par un tribunal en avril 2018, mais une juridiction supérieure a annulé la décision et ordonné une enquête plus approfondie. La police a alors de nouveau porté l’affaire et ajouté une nouvelle accusation alléguant que Dmitriyev avait violemment agressé sexuellement sa fille.

En juillet de cette année, un tribunal a déclaré Dmitriyev coupable de cette accusation et lui a infligé une peine de trois ans et demi. Les groupes de défense des droits ont condamné cela comme une parodie de justice, mais l’ont également célébré comme une victoire parce que la peine plus courte signifiait qu’en raison de sa longue période de détention provisoire, Dmitriyev serait libéré en novembre. Le tribunal l’a également acquitté de l’accusation de pornographie initiale.

Ses partisans à l’époque ont déclaré que le verdict équivalait essentiellement à un «acquittement» et ses avocats ont fait appel pour que le verdict de culpabilité soit entièrement annulé.

Les procureurs ont cependant fait appel de la décision et le tribunal a satisfait mardi leur demande d’emprisonnement de Dmitriyev pendant 13 ans. Il a également annulé son acquittement sur l’accusation de pornographie et l’a renvoyé pour enquête.

Le procès de Dmitriyev s’est déroulé entièrement à huis clos et, à l’audience de mardi, son avocat n’était pas présent car il était en quarantaine en raison d’une suspicion d’infection à coronavirus. Le tribunal a rejeté une demande de retard jusqu’à ce que son avocat puisse être présent et a rejeté son objection à être représenté par un avocat désigné par le tribunal.

Memorial a été fréquemment harcelé ces dernières années, y compris une série d’affaires criminelles douteuses. L’organisation fait également campagne contre les abus actuels et ses bureaux ont été pillés et ses membres parfois attaqués physiquement.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump affirme que les incendies en Californie brûlent en raison d’un manque de gestion Vidéo

Conditions météorologiques critiques d’incendie possibles pour les incendies de Glass et Dolan en Californie dans les prochains jours