in

Dems to Facebook: prenez au sérieux la désinformation, la haine

Deux des critiques les plus virulents de Facebook à Capitol Hill ont exhorté la plate-forme de médias sociaux à prendre au sérieux la désinformation, la suppression des électeurs et les discours de haine avant les élections de 2020.

Par

DAVID KLEPPER Associated Press

28 septembre 2020, 13:41

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

«À moins de 50 jours des élections, le manque d’action concertée de Facebook pour faire face à cette menace pour notre démocratie est une grave préoccupation», ont écrit les deux législateurs. «Nous sommes au bord d’une crise démocratique, et Facebook doit prendre toutes les mesures immédiates en son pouvoir pour éviter cette crise.»

Le Congrès n’a pas fait grand-chose pour accroître la surveillance des entreprises de médias sociaux, de sorte que la lettre ne représente guère plus qu’une réprimande publique. Les responsables fédéraux ont largement laissé les entreprises définir leurs propres politiques en matière de discours de haine et de désinformation.

Facebook n’a pas immédiatement répondu à la lettre, ce qui reflète des tensions de longue date entre l’entreprise et les législateurs des deux parties. Alors que les républicains ont accusé Facebook d’étouffer les opinions conservatrices, les démocrates affirment qu’il n’a pas réussi à lutter pleinement contre la désinformation et l’exploitation de la plate-forme par des groupes étrangers et nationaux cherchant à diviser le pays.

Plus précisément, les législateurs ont demandé à Facebook de supprimer tout message, groupe ou page faisant la promotion de la violence raciale, de la suppression des électeurs ou de la désinformation liée aux élections.

Facebook a annoncé plusieurs changements destinés à freiner la désinformation sur les votes et a également supprimé des centaines de comptes liés à des groupes haineux ou à des individus qui encourageaient les adeptes à se présenter armés lors de manifestations contre la police raciste. Mais Cicilline et Jayapal disent que les efforts ne sont pas allés assez loin.

Cicilline, du Rhode Island, et Jayapal, de l’État de Washington, sont devenues deux des critiques les plus féroces de l’entreprise dans la capitale nationale. Les deux ont grillé le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, sur les politiques de son entreprise lors d’une audition cet été par le sous-comité antitrust de la Chambre, dirigé par Cicilline.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Avocat: un suspect russe nie son implication dans l’abattage du MH17

Un jury déclare un nationaliste blanc coupable de menace de viol