in

Deux autres anciens livreurs de journaux se présentent pour alléguer des abus sexuels commis par un superviseur: action en justice

Vendredi, deux anciens livrets d’un journal appartenant à Gannett ont déposé une plainte alléguant avoir été agressés sexuellement par leur superviseur il y a près de 40 ans, rejoignant cinq autres anciens livreurs de journaux qui ont fait des allégations similaires.

Ballard Tackett, 47 ans, et Kelby Ash, 49 ans, affirment avoir été agressés à plusieurs reprises par Jack J. Lazeroff, ancien directeur des ventes de district pour le Democrat & Chronicle, basé à Rochester, dans l’État de New York, lorsque Lazeroff a supervisé leur route papier entre 1982 et 1985, quand Tackett avait 11 à 12 ans et Ash 11 à 13 ans.

L’inconduite de Lazeroff était largement connue parmi le personnel de D&C, selon la plainte, mais le journal et son propriétaire d’entreprise Gannett Co., Inc., n’ont pas protégé les garçons dont ils avaient la garde, la garde et le contrôle, ce qui a directement entraîné leurs abus.

«Le D&C a embauché par négligence Lazeroff, puis n’a pas réussi à le superviser correctement … a permis à Lazeroff un accès sans entrave et sans surveillance à … de jeunes enfants, n’a pas abordé les abus sexuels qui se produisaient à la vue de tous et a exposé les plaignants à un danger», indique le dossier. suite à la conduite fautive du D&C, les plaignants ont été abusés sexuellement.

Lazeroff a été arrêté en 1987 et accusé de conduite désordonnée, selon le procès, après qu’un employé d’une beignerie ait dit à la police que Lazeroff venait dans la beignerie «presque quotidiennement avec un jeune livreur de journaux» qu’il toucherait de manière inappropriée. Le rapport de police identifie trois paperboys D&C que Lazeroff y avait emmenés. On ne sait cependant pas comment l’affaire a été résolue.

Lazeroff a de nouveau été arrêté en 1988, selon le procès, et «accusé d’abus sexuels au deuxième degré», mais il aurait été autorisé à plaider coupable à une accusation moindre afin d’éviter une peine de prison.

Lazeroff est décédé en 2003, mais cinq autres anciens paperboys de D&C l’ont depuis publiquement accusé d’abus sexuels, déposant deux plaintes distinctes contre le journal et la société mère en octobre 2019 et février 2020. Les trois dépôts allèguent que Lazeroff a été embauché par le D&C après avoir été licencié de son poste dans une banque de Rochester pour avoir ouvertement maltraité des lycéens venus solliciter des prêts étudiants.

Les porte-parole du journal et de sa société mère n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire d’ABC News.

PHOTO: Sur cette capture d'écran tirée de Google Maps, les bureaux du Rochester Democrat & Chronicle sont montrés à Rochester, NY.

Dans cette capture d’écran tirée de Google Maps, les bureaux du Rochester Democrat & Chronicle sont montrés à Rochester, NY.

Dans cette capture d’écran tirée de Google Maps, les bureaux du Rochester Democrat & Chronicle sont montrés à Rochester, NY.

Selon les déclarations de plusieurs anciens employés détaillées dans les plaintes, Lazeroff a finalement été renvoyé du journal pour «avoir joué avec un livreur de journaux», bien que la date exacte ne soit pas claire. Le D&C a publié plusieurs articles sur Lazeroff, écrivant dans un article que les plaintes «ne citent aucune preuve directe» justifiant la raison de la résiliation de Lazeroff du journal.

En 2019, le D&C a rapporté que Lazeroff «aurait pu être un prédateur sexuel», mais qu ‘«il n’a pas été possible de déterminer si l’un des superviseurs de Lazeroff au Democrat and Chronicle était au courant des allégations d’inconduite à son encontre ou s’il les a agi.»

Les enfants porteurs de nouvelles sont en grande partie une relique du passé. Une étude de 1987 menée par ce qui deviendra plus tard la News Media Alliance aurait révélé que les journaux avaient remplacé au moins 70 000 livreurs de journaux et filles par des adultes dans les années 80.

Mais une compréhension des dangers de la profession ne fait que commencer à émerger. En 2018, The Columbia Journalism Review a rapporté qu’au moins 12 enfants porteurs de journaux ont été «enlevés, agressés sexuellement ou tués» entre 1970 et 1993.

Selon James Marsh, associé du Marsh Law Firm PLLC, qui représente les sept victimes présumées de Lazeroff, ces cas «mettent en évidence le risque auquel tous les enfants sont confrontés».

« La prise de conscience que ce ne sont pas seulement les scouts, les étudiants ou les garçons qui sont à risque d’abus sexuels sur les enfants est profonde et ces poursuites sont un bon exemple de la façon dont les prédateurs profiteront des enfants partout et comme ils le peuvent », a déclaré Marsh ABC News dans un communiqué. «Le pouvoir, l’accès et l’opportunité peuvent mettre n’importe quel enfant en danger n’importe où et n’importe qui. Même un livreur de papier qui fait de son mieux pour terminer son parcours avant l’école peut être victime, ce qui, bien que choquant, est aussi malheureusement tout à fait logique.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le magnat «  rebelle  » de Hong Kong, Jimmy Lai, affirme que son journal pro-démocratique continuera malgré les obstacles

Au nom de Breonna Taylor: Dévastation et recherche d’espoir