in

À l’ONU, l’Inde promet d’aider à produire un vaccin contre le virus pour le monde

Les remarques de Modi à l’Assemblée générale des Nations Unies – préenregistrées parce que le rassemblement est virtuel cette année – n’ont également rien dit sur les tensions croissantes avec le Pakistan voisin, dont le Premier ministre, Imran Khan, a consacré une grande partie de son discours vendredi à l’assaut de l’Inde, conduisant à une vive échange entre les diplomates des deux pays dans la salle de l’Assemblée. Modi n’a pas non plus discuté du différend entre l’Inde et la Chine au sujet de la région frontalière du Ladakh, où une impasse de plusieurs mois a vu la violence la plus meurtrière entre les deux parties depuis des décennies.

Au lieu de cela, Modi a présenté l’Inde comme un pays qui traite «le monde entier comme une seule famille», a souligné la pression du pays pour un rôle plus important aux Nations Unies et a vanté les initiatives nationales dans des domaines allant de la technologie à l’assainissement des eaux usées. Et il a promis que la solide industrie pharmaceutique du pays serait un atout international dans la pandémie.

«La production de vaccins et la capacité de livraison de l’Inde seront utilisées pour aider toute l’humanité à lutter contre cette crise», a déclaré Modi, ajoutant que son pays aiderait également d’autres à renforcer leur capacité à fournir une chambre froide pour les vaccinations potentielles.

L’Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde, a signalé plus de 93000 décès dus au COVID-19, moins que les États-Unis et le Brésil, selon les chiffres recueillis par l’Université Johns Hopkins. L’Inde n’est également derrière que les États-Unis en nombre de cas, avec 5,9 millions signalés à ce jour. Cependant, le nombre quotidien de nouveaux cas en Inde est en baisse, les récupérations dépassant les nouveaux cas signalés cette semaine.

Modi a déclaré que l’ONU n’en avait pas fait assez dans la lutte contre le virus – «où est sa réponse efficace?» Affirmant que l’organisme mondial n’a pas réussi à résoudre d’autres problèmes au cours de ses 75 ans, il a profité de cet anniversaire pour faire pression en faveur du changement.

«Pendant combien de temps l’Inde sera-t-elle tenue à l’écart des structures décisionnelles des Nations Unies?» a demandé Modi, dont le pays a longtemps cherché un siège permanent au Conseil de sécurité, l’organe le plus puissant de l’ONU. L’Inde entame un mandat en tant que membre non permanent en janvier.

Il n’a fait aucune référence aux relations de plus en plus houleuses de l’Inde avec ses voisins, la Chine et le Pakistan.

L’Inde et le Pakistan ont partagé le contrôle sur le Cachemire, une région himalayenne à majorité musulmane revendiquée par les deux. Les voisins dotés d’armes nucléaires ont mené deux guerres sur le territoire.

L’Inde accuse le Pakistan d’armer et d’entraîner des insurgés qui luttent pour l’indépendance du Cachemire vis-à-vis de l’Inde. Le Pakistan nie l’accusation et affirme qu’il n’offre qu’un soutien diplomatique et moral aux rebelles.

La tension a atteint un nouveau tournant en août 2019, lorsque le gouvernement dirigé par les nationalistes hindous de Modi a dépouillé la partie du Cachemire sous contrôle indien et le district voisin de Jammu de leur semi-autonomie, supprimé les protections héritées sur la terre et les emplois et réprimé la sécurité et les communications. Une panne d’Internet et des réseaux sociaux a duré jusqu’en mars.

Les habitants de la zone sous contrôle indien affirment que les forces de sécurité ont arrêté des milliers de jeunes hommes, fait des descentes dans les maisons, infligé des coups et des décharges électriques et menacé d’emmener et d’épouser leurs proches. Des milliers de manifestants ont été blessés par des balles de fusil de chasse au cours de l’année écoulée. Des experts indépendants des droits de l’homme nommés par l’ONU ont qualifié la situation d ‘«alarmante».

Khan, dans son discours préenregistré diffusé vendredi, a exhorté la communauté internationale à enquêter et à «poursuivre le personnel civil et militaire indien impliqué dans le terrorisme d’État et les crimes graves contre l’humanité», et il a qualifié l’Inde de parrain de la haine anti-musulmane préjudice.

L’Inde a déclaré vendredi que Khan répandait «des mensonges, de la désinformation, du bellicisme et de la malice» alors que les deux pays échangeaient des propos barbelés dans la salle de l’Assemblée, où les règles permettent aux nations de répondre aux discours de l’autre.

Pendant ce temps, l’Inde et la Chine s’affrontent au Ladakh, une région jouxtant le Cachemire. Une guerre frontalière de 1962 a débordé sur le Ladakh et s’est terminée par une trêve difficile. Les deux pays ont convenu de ne pas s’attaquer avec des armes à feu, mais les troupes gardant la frontière se sont parfois bagarrées.

Une nouvelle impasse a commencé en mai et s’est transformée en juin en un affrontement dans lequel les soldats ont utilisé des matraques, des pierres et leurs poings. Vingt soldats indiens ont été tués et des dizaines d’autres ont été blessés. La Chine aurait également subi des pertes, mais n’a fourni aucun détail.

Les rivaux ont depuis amassé des dizaines de milliers de soldats, soutenus par des artilleries, des chars et des avions de combat, au Ladakh.

Ces dernières semaines, l’Inde et la Chine se sont accusées mutuellement d’envoyer des soldats sur le territoire de l’autre dans une zone proche du lac glaciaire de Pangong et ont tiré des coups de semonce pour la première fois en 45 ans, soulevant le spectre d’un conflit militaire à grande échelle entre les deux nations dotées de l’arme nucléaire avec les plus grandes populations du monde.

Leurs ministres des Affaires étrangères se sont réunis le 10 septembre et ont convenu que leurs troupes devraient se désengager de l’impasse frontalière tendue, maintenir une distance appropriée et apaiser les tensions. Mais ils n’ont pas fixé de calendrier pour le désengagement.

Ni Modi ni le président chinois Xi Jinping ne l’ont mentionné dans leurs discours à l’assemblée cette semaine.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Seuls 10% des adultes américains peuvent avoir des anticorps COVID-19: étude

Boris Johnson exhorte les dirigeants mondiaux à s’unir contre le COVID-19