in

20 détenus, complices accusés de fraude au chômage COVID-19

Ils auraient conspiré pour obtenir 300 000 $ de prestations.

24 septembre 2020, 03h00

• 5 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Les responsables de la Pennsylvanie ont inculpé près de deux douzaines de détenus et de complices extérieurs qui auraient conspiré pour obtenir quelque 300000 dollars d’allocations de chômage COVID-19 frauduleuses.

Le procureur général de Pennsylvanie, Josh Shapiro, a inculpé 20 détenus et complices dans trois prisons d’État où des détenus auraient recueilli des informations personnelles d’autres détenus et les auraient distribués à des personnes de l’extérieur qui ont demandé des fonds de secours frauduleux à leur nom, ont annoncé mercredi des responsables.

« Après avoir annoncé notre première série d’arrestations dans ces escroqueries de chômage COVID, j’ai promis qu’il y en avait d’autres à venir », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, 20 autres personnes ont été accusées d’avoir illégalement retiré des avantages à des Pennsylvaniens qui travaillent dur pendant cette crise », a déclaré Shapiro dans un communiqué.

Il a évoqué la possibilité d’accusations supplémentaires, déclarant: « Ces arrestations ne sont pas la fin de notre enquête, et je continuerai de travailler avec mes collègues au niveau fédéral pour retrouver ceux qui dirigent ces stratagèmes, ainsi que ceux qui participent volontairement et enfreindre la loi. »

PHOTO: Sur cette photo du 14 août 2018, le procureur général de Pennsylvanie Josh Shapiro prend la parole lors d'une conférence de presse au Capitole à Harrisburg, en Pennsylvanie.

Dans cette photo du 14 août 2018, le procureur général de Pennsylvanie Josh Shapiro prend la parole lors d’une conférence de presse au Capitole à Harrisburg, en Pennsylvanie.

Dans cette photo du 14 août 2018, le procureur général de Pennsylvanie Josh Shapiro prend la parole lors d’une conférence de presse au Capitole à Harrisburg, en Pennsylvanie.

Sa déclaration est intervenue peu de temps après que les responsables ont annoncé une plus grande rafle d’arrestations dans les établissements pénitentiaires d’État du comté du Centre, hors de l’établissement correctionnel d’État Benner et dans le comté de Schuylkill, à l’établissement correctionnel d’État Mahanoy.

Le ring Benner comprenait deux meneurs – le détenu James Neff Zonge et sa petite amie Adele Moore – ainsi que huit autres détenus.

Moore, un résident du State College, en Pennsylvanie, et Zonge ont été accusés d’avoir aidé à démarrer le ring. Les responsables ont déclaré que Moore avait demandé avec succès des allocations de chômage COVID-19 au nom de Zonge et avait commencé à faire de même pour les autres. Zonge aurait reçu environ 3 000 $ des détenus pour son aide dans le dépôt des réclamations.

Moore aurait gardé la majorité de l’argent pour son usage personnel. Elle a également reçu environ 7 000 $ des détenus pour le dépôt des demandes et de deux des cartes de débit des détenus qu’elle a reçues pour les détenus de sa résidence. Zonge, quant à lui, a récolté environ 3000 $ des détenus pour sa participation au stratagème.

Au total, la bague SCI Benner a obtenu 153 470 $ en paiements de chômage COVID-19 frauduleux, selon le bureau du procureur général.

PHOTO: Sur cette photo non datée, le panneau de l'établissement correctionnel d'État Benner Township est affiché à Bellefonte, PA.

Sur cette photo non datée, le panneau de l’établissement correctionnel d’État Benner Township est affiché à Bellefonte, en Pennsylvanie.

Sur cette photo non datée, le panneau de l’établissement correctionnel d’État Benner Township est affiché à Bellefonte, en Pennsylvanie.

L’autre réseau, exploité à partir de l’établissement correctionnel d’État Mahanoy, aurait été dirigé par Wendy Danfora, de York, en Pennsylvanie, et son petit ami détenu, Markal Munford, qui aurait recueilli des informations personnelles auprès des détenus pour demander des allocations de chômage COVID-19 en leur nom. .

Dans le cadre du programme, Danfora a donné une partie des avantages frauduleux aux détenus, mais a conservé la majorité des 109 900 $ en avantages pour elle-même, selon le bureau.

Munford aurait donné à Danfora les noms, les dates de naissance et les numéros de sécurité sociale des autres détenus par le biais des communications de la prison à partir de la fin du mois de mai. Les registres des prisons montrent qu’ils ont fréquemment discuté du projet lors de leurs appels téléphoniques.

Danfora a gardé les fonds à dépenser pour elle-même et ses trois enfants. Ensemble, Danfora et Munford sont responsables d’au moins 13 dépôts frauduleux, qui s’élèvent à 78 994 $.

Les personnes ne sont éligibles à l’assistance chômage COVID-19 que si elles sont toutes les deux au chômage pour des raisons liées à la pandémie COVID-19 et disponibles pour travailler. Les détenus ne sont pas admissibles aux allocations de chômage lorsqu’ils sont derrière les barreaux.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Un soignant non autorisé d’un homme inapte de 89 ans arrêté pour vol de milliers de dollars

Un fonctionnaire sud-coréen abattu puis incendié sur les côtes nord-coréennes