in

Plus de 330 éléphants se sont soudainement effondrés et sont morts. Les scientifiques ont maintenant une explication

Une neurotoxine mortelle et le changement climatique sont soupçonnés de jouer un rôle.

22 septembre 2020 à 08h55

• 6 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Le mystère entourant des centaines de morts soudaines d’éléphants au Botswana semble avoir été résolu et les résultats mettent fin à des mois de spéculation sur les raisons pour lesquelles au moins 330 éléphants ont été retrouvés morts dans la région nord-ouest du pays d’Afrique australe plus tôt cette année.

«Comme dans de nombreuses autres situations, telles que les incendies de forêt en Californie et en Oregon et les inondations au Royaume-Uni, le changement climatique est le multiplicateur de la menace», a déclaré le Dr Niall McCann, cofondateur de l’association caritative britannique National Park Rescue, à ABC News. . «Le changement climatique et l’effet du réchauffement climatique sur la région augmentent à la fois l’intensité et la gravité des proliférations d’algues nuisibles, ce qui rend ce problème plus susceptible de se reproduire.»

PHOTO: Cette image fournie le 3 juillet 2020, gracieuseté de l'association caritative National Park Rescue, montre la carcasse de l'un des nombreux éléphants morts mystérieusement dans le delta de l'Okavango au Botswana.

Cette image fournie le 3 juillet 2020, gracieuseté de l’association caritative National Park Rescue, montre la carcasse de l’un des nombreux éléphants qui sont morts mystérieusement dans le delta de l’Okavango au Botswana.

Cette image fournie le 3 juillet 2020, gracieuseté de l’association caritative National Park Rescue, montre la carcasse de l’un des nombreux éléphants qui sont morts mystérieusement dans le delta de l’Okavango au Botswana.

«Nos derniers tests ont détecté des neurotoxines cyanobactériennes comme étant la cause de décès. Ce sont des bactéries anaérobies trouvées dans l’eau des bassins d’eau saisonniers », a déclaré Mmadi Reuben à ABC News par téléphone depuis Gaborone, la capitale du pays.

Ils ont passé des mois à étudier des échantillons de carcasses, des échantillons environnementaux du sol et de l’eau ainsi que des échantillons d’animaux vivants et les ont envoyés à des laboratoires régionaux spécialisés ainsi qu’à des laboratoires aux États-Unis, au Canada et en Europe, selon Reuben.

La plupart des carcasses, repérées par des relevés aériens, ont été retrouvées regroupées autour de sources d’eau proches du delta de l’Okavango qui, en temps normal, est une destination de safari touristique majeure. Certains animaux ont même été vus marchant vertigineusement en cercles avant de mourir soudainement.

«Les morts inexpliquées ont cessé car ces points d’eau saisonniers et ces bassins d’eau se sont asséchés fin juin, au début de notre chute», a expliqué Reuben. «Nous avons un certain nombre d’hypothèses que nous étudions.»

À l’exception d’un cheval, les autres espèces animales n’ont pas été affectées par le phénomène des algues bleues.

« Une hypothèse de travail est que, contrairement à d’autres animaux, les éléphants sucent l’eau avec leur tronc par le dessous, donc ils boivent à des niveaux plus profonds dans les points d’eau, plus près du limon où les toxines anaérobies sont contenues », a expliqué Reuben.

Bien qu’il n’y ait aucune indication officielle que la mort d’éléphants au Botswana pourrait être liée à la mort non résolue de plus de 20 éléphants près de Hwange, un parc national du Zimbabwe voisin, en août, McCann pense qu’un dénominateur commun est le changement climatique.

PHOTO: Cette image fournie le 3 juillet 2020, gracieuseté de l'association caritative National Park Rescue, montre la carcasse de l'un des nombreux éléphants morts mystérieusement dans le delta de l'Okavango au Botswana.

Cette image fournie le 3 juillet 2020, gracieuseté de l’association caritative National Park Rescue, montre la carcasse de l’un des nombreux éléphants qui sont morts mystérieusement dans le delta de l’Okavango au Botswana.

Cette image fournie le 3 juillet 2020, gracieuseté de l’association caritative National Park Rescue, montre la carcasse de l’un des nombreux éléphants qui sont morts mystérieusement dans le delta de l’Okavango au Botswana.

«Le changement climatique est la cause ultime, même si la cause immédiate est quelque chose de différent», affirme McCann. «Ce type de choses ne fera que devenir plus courant, plus fréquent et le problème du réchauffement des points d’eau va s’aggraver avec le temps.»

En raison du changement climatique, les températures de l’Afrique australe augmentent deux fois la moyenne mondiale, selon le CSAG, l’un des principaux groupes de recherche sur le climat en Afrique.

Le Botswana abrite environ 130000 éléphants – la plus grande population d’éléphants au monde – avec plus d’un tiers des éléphants d’Afrique, selon le dernier recensement des grands éléphants, que les collègues de Reuben du Département de la faune et des parcs naturels ont contribué à produire. C’est également l’un des pays les plus stables d’Afrique avec l’un des meilleurs enregistrements de la faune. Le tourisme représente un cinquième du PIB du Botswana.

«L’important est que les enquêtes se poursuivent sur les raisons pour lesquelles cela s’est produit afin qu’à l’avenir, nous puissions empêcher que cela se reproduise à temps», a conclu Reuben. «Le pays est déjà engagé dans l’élaboration d’un plan de surveillance visant à détecter les proliférations précoces dans l’eau avant qu’elles ne causent des dommages aux animaux et à prendre les précautions nécessaires».

Avatar

Ecrit par garconne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chine: des allégations d’espionnage contre un flic de New York sont de «  pure fabrication  »

TikTok dit une attaque coordonnée derrière le téléchargement de clips suicide