in

L’équipe de Navalny dit qu’un agent neurotoxique avait l’habitude de l’empoisonner trouvé sur une bouteille d’eau d’une chambre d’hôtel

La découverte suggère que le chef de l’opposition russe y a été empoisonné.

17 septembre 2020 à 10h48

• 7 min de lecture

Des traces de l’agent neurotoxique Novichok qui aurait été utilisé pour empoisonner le chef de l’opposition russe Alexey Navalny ont été retrouvées dans une bouteille d’eau dans sa chambre d’hôtel de la ville sibérienne de Tomsk, où il séjournait avant de tomber gravement malade, ont déclaré jeudi les collègues de Navalny.

La découverte suggère que Navalny a été empoisonné avant de quitter l’hôtel et non à l’aéroport, où ils ont d’abord soupçonné qu’il aurait pu ingérer le poison dans une tasse de thé.

Navalny est tombé gravement malade lors d’un vol de Tomsk à Moscou il y a près d’un mois et a ensuite été transporté par avion à Berlin dans un coma provoqué. Des tests de toxicologie en Allemagne ont montré que Navalny avait été empoisonné avec un agent neurotoxique de la famille Novichok, un type d’arme chimique militaire développée secrètement par la Russie et utilisée dans l’empoisonnement en 2018 de l’ancien agent double russe Sergey Skripal en Grande-Bretagne.

L’équipe de Navalny dans une publication Instagram jeudi a déclaré qu’un laboratoire allemand avait trouvé des traces de l’agent neurotoxique sur l’une des nombreuses bouteilles d’eau de l’hôtel que ses collègues de Tomsk sont allés récupérer immédiatement après avoir appris qu’il était tombé malade. Craignant que Navalny n’ait été empoisonné, ils ont décidé de rassembler rapidement tout ce qui aurait pu en contenir des signes.

PHOTO: Des bouteilles d'eau sont vues dans une chambre d'hôtel où le politicien de l'opposition russe Alexei Navalny a séjourné lors de sa récente visite dans la ville sibérienne de Tomsk, sur cette image fixe d'une vidéo sur les réseaux sociaux obtenue par Reuters.

Des bouteilles d’eau sont vues dans une chambre d’hôtel où le politicien de l’opposition russe Alexei Navalny a séjourné lors de sa récente visite dans la ville sibérienne de Tomsk, sur cette image fixe d’une vidéo de médias sociaux obtenue par . le 17 septembre 2020. Les marques rouges proviennent de la source.

Des bouteilles d’eau sont vues dans une chambre d’hôtel où le politicien de l’opposition russe Alexei Navalny a séjourné lors de sa récente visite dans la ville sibérienne de Tomsk, sur cette image fixe d’une vidéo de médias sociaux obtenue par . le 17 septembre 2020. Les marques rouges proviennent de la source.

La publication Instagram comprenait une vidéo montrant les collègues de Navalny dans la chambre d’hôtel portant des gants en caoutchouc et collectant des bouteilles d’eau de la marque « Holy Source ».

« Il n’y avait aucun espoir de trouver quelque chose de spécial », lit-on dans le message de l’équipe Navalny. « Mais comme nous étions absolument convaincus que Navalny n’était pas ‘légèrement malade’ ou ‘surchauffé’ … il a été décidé de prendre tout ce qui pouvait théoriquement utile et remettez-le aux médecins allemands.

Ils ont écrit que le laboratoire allemand a trouvé des traces de l’agent neurotoxique Novichok deux semaines plus tard et que trois autres laboratoires qui ont prélevé des échantillons de Navalny ont confirmé que c’était le même qu’il avait été empoisonné.

Les collègues de Navalny ont d’abord soupçonné qu’il aurait pu être empoisonné dans un café de l’aéroport de Tomsk où il avait bu une tasse de thé, la seule chose qu’ils croient avoir ingérée ce matin-là.

«Nous comprenons maintenant que cela a été fait avant qu’il ne quitte sa chambre, pour se rendre à l’aéroport», ont écrit les collègues de Navalny.

Navalny a repris conscience du coma provoqué la semaine dernière et semble se remettre. Cette semaine, il a publié son premier message public depuis l’empoisonnement, ainsi qu’une photo de lui-même assis et réveillé dans son lit d’hôpital entouré de sa famille. Sa porte-parole a déclaré qu’il avait l’intention de retourner en Russie une fois qu’il se rétablirait.

Un certain nombre de personnalités de l’opposition et de critiques du Kremlin ont déjà été empoisonnés en Russie, qui ont eu du mal par la suite à identifier le poison parce qu’ils n’ont pas été en mesure de fournir des échantillons assez rapidement aux laboratoires indépendants à l’étranger et les autorités russes ont refusé d’enquêter. L’équipe de Navalny a accusé le Kremlin d’être à l’origine de l’empoisonnement de Navalny et d’avoir délibérément fait pression sur les médecins russes qui l’avaient initialement traité pour le dissimuler.

Navalny a été emmené dans un hôpital d’Omsk, où l’avion a effectué un atterrissage d’urgence après s’être effondré à bord. Il y a d’abord été soigné avant que sa famille ne le fasse transporter par avion en Allemagne. Les proches et collègues de Navalny ont accusé les autorités d’Omsk d’avoir délibérément retardé l’évacuation de Navalny pour essayer de rendre plus difficile pour les médecins allemands d’identifier ce avec quoi il était empoisonné.

« Il était assez évident que l’affaire ne fera pas l’objet d’une enquête en Russie. Et c’était juste: près d’un mois après, la Russie n’a pas reconnu l’empoisonnement d’Alexey », a écrit l’équipe de Navalny.

PHOTO DE DOSSIER: le politicien d'opposition russe Alexei Navalny prend part à un rassemblement pour marquer le 5e anniversaire du meurtre du politicien de l'opposition Boris Nemtsov et pour protester contre les amendements proposés à la constitution du pays.

PHOTO DE DOSSIER: Le politicien d’opposition russe Alexei Navalny prend part à un rassemblement pour marquer le 5e anniversaire du meurtre du politicien de l’opposition Boris Nemtsov et pour protester contre les amendements proposés à la constitution du pays, à Moscou, en Russie, le 29 février 2020.

PHOTO DE DOSSIER: Le politicien de l’opposition russe Alexei Navalny prend part à un rassemblement pour marquer le 5e anniversaire du meurtre du politicien de l’opposition Boris Nemtsov et pour protester contre les amendements proposés à la constitution du pays, à Moscou, en Russie, le 29 février 2020.

La Russie a nié toute implication dans la maladie de Navalny et s’est demandé s’il avait été empoisonné, accusant l’Allemagne de faire des allégations non fondées. Les médecins en chef d’Omsk ont ​​continué à insister pour que les tests sur Navalny n’aient trouvé aucun signe d’empoisonnement et ils lui ont plutôt diagnostiqué un épisode d’hypotension.

La police russe a jusqu’à présent déclaré qu’elle ne voyait aucune raison d’ouvrir une enquête pénale sur le cas de Navalny puisque les médecins russes n’ont pas confirmé qu’il avait été empoisonné.

Le chef du service de renseignement extérieur russe, Sergey Naryshkin, a déclaré lundi que tous les stocks de Novichok en Russie avaient été détruits et a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune preuve que Navalny avait été empoisonné.

Deux laboratoires en Suède et en France ont également confirmé que Navalny avait été empoisonné avec un agent neurotoxique Novichok. Le président français Emmanuel Macron a appelé le président Vladimir Poutine cette semaine, exigeant que la Russie fasse la lumière de toute urgence sur les circonstances de l’empoisonnement de Navalny.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump sur la mairie d’ABC News: Trump sur le soulagement économique s’il y a une deuxième vague COVID-19 Vidéo

Le Royaume-Uni défend la violation prévue de l’accord sur le Brexit alors que Biden critique la décision