in

Le Royaume-Uni défend la violation prévue de l’accord sur le Brexit alors que Biden critique la décision

Le gouvernement britannique a du mal à surmonter l’opposition américaine à ses projets de rupture de l’accord de retrait du Brexit avec l’Union européenne

Par

JILL LAWLESS Associated Press

17 septembre 2020 à 09h26

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

La décision du Premier ministre Boris Johnson de rompre certaines parties de l’accord de divorce de l’UE concernant l’Irlande du Nord a fait craindre qu’elle ne sape l’accord de paix du Vendredi saint de 1998 qui a mis fin à des décennies de violence entre les nationalistes irlandais et les unionistes britanniques.

«Tout accord commercial entre les États-Unis et le Royaume-Uni doit être subordonné au respect de l’Accord et à empêcher le retour d’une frontière dure. Période », a-t-il écrit.

La Grande-Bretagne et l’UE ont conjointement promis dans l’accord sur le Brexit de garantir l’absence de postes de douane ou d’autres obstacles à la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande du Nord. La frontière ouverte est la clé de la stabilité qui sous-tend le règlement de paix.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, est à Washington cette semaine, et a tenté d’apaiser les craintes américaines selon lesquelles un projet de loi gouvernemental en attente compromettrait la paix en Irlande du Nord, s’il était adopté par les législateurs.

Il rencontre des politiciens américains, dont la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui a averti que la Grande-Bretagne n’obtiendrait pas un accord commercial très recherché avec les États-Unis, s’il compromettait l’accord de paix.

Raab a insisté sur le fait que le Royaume-Uni avait un engagement «absolu» envers l’accord du Vendredi saint. Il a qualifié le projet de loi britannique de «précaution» et de «proportionné».

Johnson soutient que la loi est destinée à être une police d’assurance contre les comportements déraisonnables de l’Union européenne qui pourraient menacer l’unité du Royaume-Uni en perturbant le commerce entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni.

Le bloc a demandé au Royaume-Uni d’abandonner le plan d’ici la fin septembre sous peine de poursuites judiciaires.

Le projet de loi, qui a commencé son parcours au Parlement cette semaine, a également provoqué un tollé en Grande-Bretagne.

Cinq anciens premiers ministres britanniques ont critiqué la volonté de Johnson de violer le droit international, et le plus haut fonctionnaire juridique du gouvernement et le plus haut responsable juridique de l’Écosse ont tous deux démissionné.

Dans une tentative de calmer le malaise parmi les législateurs du parti conservateur de Johnson, le gouvernement a proposé mercredi soir un compromis qui obligerait le Parlement à voter avant que le gouvernement ne prenne des mesures qui enfreignent le droit international.

Le Royaume-Uni s’est retiré des institutions politiques de l’UE le 31 janvier, mais reste dans une période de transition sans droits de douane jusqu’à la fin de l’année pendant que les négociateurs élaborent les termes d’une future relation commerciale.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

L’équipe de Navalny dit qu’un agent neurotoxique avait l’habitude de l’empoisonner trouvé sur une bouteille d’eau d’une chambre d’hôtel

Les équipes des Big Ten commencent le sprint vers une saison de football inhabituelle