in

La Barbade abandonne la reine Elizabeth II à la tête de l’État

C’est la première fois en près de 30 ans depuis qu’un pays a abandonné un monarque.

16 septembre 2020, 17:31

• 6 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

La Barbade a annoncé son intention de destituer la reine Elizabeth II à la tête de l’État l’année prochaine, marquant la première fois en près de 30 ans depuis qu’un pays du Commonwealth a abandonné un monarque.

La gouverneure générale de la Barbade, Sandra Mason, a fait cette annonce mardi dans un discours, révélant que la nation des Caraïbes se dirigerait « vers la pleine souveraineté et deviendrait une république » d’ici le 30 novembre 2021, à l’occasion du 55e anniversaire de l’indépendance du pays vis-à-vis de l’empire britannique.

Les partisans des changements ont longtemps plaidé pour un chef d’État barbadien, qualifiant le règne de la reine du pays de symbole de l’impérialisme.

PHOTO: la reine Elizabeth de Grande-Bretagne pose au château de Windsor, en Grande-Bretagne, le 17 juillet 2020.

La reine britannique Elizabeth pose au château de Windsor, en Grande-Bretagne, le 17 juillet 2020.

La reine britannique Elizabeth pose au château de Windsor, en Grande-Bretagne, le 17 juillet 2020.

« Ayant accédé à l’indépendance il y a plus d’un demi-siècle, notre pays ne peut avoir aucun doute quant à sa capacité d’auto-gouvernance. Le moment est venu d’abandonner complètement notre passé colonial », a déclaré Mason, lisant un discours du Premier ministre de la Barbade, Mia. Mottley. « Les Barbadiens veulent un chef d’État barbadien. C’est la déclaration ultime de confiance en qui nous sommes et en ce que nous sommes capables d’accomplir. »

Mottley a également cité le premier premier ministre du pays, Errol Barrow, qui a mis en garde contre « flâner dans les locaux coloniaux ».

PHOTO: La Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, prend la parole lors de la séance plénière d'ouverture du Sommet mondial d'action sur le climat à San Francisco, le 13 septembre 2018.

Le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley, prend la parole lors de la séance plénière d’ouverture du Sommet mondial d’action sur le climat à San Francisco, le 13 septembre 2018.

Le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley, prend la parole lors de la séance plénière d’ouverture du Sommet mondial d’action sur le climat à San Francisco, le 13 septembre 2018.

Lorsqu’on lui a demandé de commenter les plans, un porte-parole du palais de Buckingham a déclaré à ABC News que c’était une question qui relevait du gouvernement et du peuple de la Barbade.

La reine est reconnue comme chef d’État dans plus d’une douzaine de pays qui étaient auparavant sous contrôle britannique. La reine est, pour la plupart, retirée des affaires gouvernementales quotidiennes à la Barbade, selon le site Web royal, qui la décrit comme une « monarque constitutionnelle »

PHOTO: la reine Elizabeth II inspecte une garde d'honneur à son arrivée à la Barbade, le 31 octobre 1977.

La reine Elizabeth II inspecte une garde d’honneur à son arrivée à la Barbade, le 31 octobre 1977.

La reine Elizabeth II inspecte une garde d’honneur à son arrivée à la Barbade, le 31 octobre 1977.

«La reine n’est pas impliquée dans les activités quotidiennes du gouvernement de la Barbade», indique le site Web. « Cependant, elle est en contact régulier avec le gouverneur général – son représentant là-bas – qui la tient au courant de toute nouvelle ou évolution importante. »

Les responsables ont lancé l’idée pendant des années et d’autres pays autrefois dirigés par la Grande-Bretagne, y compris la Jamaïque, ont également exprimé le désir de devenir des républiques.

En 2012, lors de la visite du jubilé de diamant du prince Harry, la Première ministre jamaïcaine Portia Simpson Miller a réitéré ses plans antérieurs pour que le pays devienne une république.

PHOTO: Le Premier ministre de la Barbade Mia Mottley accompagne Charles, le prince de Galles, lors d'une visite royale à Bridgetown, Barbade, le 18 mars 2019.

Le Premier ministre de la Barbade Mia Mottley accompagne Charles, le prince de Galles, lors d’une tournée royale à Bridgetown, Barbade, le 18 mars 2019.

Le Premier ministre de la Barbade Mia Mottley accompagne Charles, le prince de Galles, lors d’une tournée royale à Bridgetown, Barbade, le 18 mars 2019.

« Aucune race n’aurait dû être soumise à ce à quoi nos ancêtres ont été soumis », a-t-elle déclaré dans une interview à la BBC. « Nous avons gagné notre liberté grâce à la sueur, au sang et aux larmes de nos ancêtres et nous sommes maintenant libres. Si la Grande-Bretagne souhaite s’excuser, ça va avec nous, pas de problème. »

Elle a ajouté: « Il ne s’agit pas de se débarrasser de la reine – qui pourrait se débarrasser de la reine? C’est une femme magnifique et magnifique. La décision de devenir une république ne devrait pas être prise dans le contexte de notre volonté de nous débarrasser. de la reine. « 

Plusieurs pays ont abandonné la reine à la tête de l’État au fil des ans, Maurice étant le dernier à le faire en 1992.

Zoe Magee d’ABC News a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump exhorte les républicains à soutenir un projet de loi plus important sur les coronavirus

Les responsables de la santé publique disent qu’ils ont besoin de plus d’argent pour la distribution des vaccins alors que le projet de loi de secours contre le COVID-19 reste bloqué