in

Hôtel de ville d’ABC News de Trump: transcription complète

Lisez la transcription complète de la mairie d’ABC News du président Donald Trump, mardi au National Constitution Center de Philadelphie.

Remarque: il s’agit d’une transcription urgente qui n’est peut-être pas dans sa forme définitive et qui peut être mise à jour.

GEORGE STEPHANOPOULOS: Bienvenue à notre mairie avec le président Trump.

Monsieur le Président, merci de vous joindre à nous.

PRÉSIDENT DONALD ATOUT: Merci beaucoup.

STEPHANOPOULOS: Nous sommes ici avec un groupe d’électeurs de Pennsylvanie, et vous pouvez voir que nous nous distançons socialement en cette ère COVID.

ATOUT: Je peux le voir. Absolument. Il n’y a aucun doute là-dessus.

STEPHANOPOULOS: Et tout le monde a été testé.

Vous devez savoir que certaines de ces personnes ont voté pour vous la dernière fois. Certains ont voté pour Hillary Clinton, certains ont voté pour des candidats tiers, ou aucun, ou personne du tout.

Tous ont rédigé leurs propres questions.

ATOUT: D’ACCORD.

STEPHANOPOULOS: Et le premier vient de Paul Tubiana.

Paul, emportez-le.

ATOUT: Salut Paul.

TUBIANA: Monsieur le Président, j’ai voté pour vous en 2016. Je suis un conservateur, pro-vie et diabétique. J’ai dû éviter les gens qui ne se soucient pas de la distance sociale et du port de masques.

Je pensais que vous faisiez du bon travail avec la riposte à la pandémie jusqu’au 1er mai environ. Ensuite, vous avez enlevé votre pied de la pédale d’accélérateur. Pourquoi as-tu jeté des personnes vulnérables comme moi sous le bus?

ATOUT: Eh bien, ce n’est vraiment pas le cas, Paul. Nous avons travaillé très dur sur la pandémie. Nous avons travaillé très dur. Il venait de Chine. Ils n’auraient jamais dû laisser cela se produire.

Et si vous regardez ce que nous avons fait avec les ventilateurs, et maintenant, franchement, avec les vaccins, nous sommes très près d’avoir le vaccin.

Si vous voulez savoir la vérité, l’administration précédente aurait pris peut-être des années pour avoir un vaccin à cause de la FDA et de toutes les approbations, et nous en sommes à quelques semaines de l’obtenir. Vous savez, cela pourrait durer trois semaines, quatre semaines, mais nous pensons que nous l’avons. Johnson & Johnson, Pfizer, nous avons d’excellentes entreprises et elles sont très, très proches.

C’est très … c’est une chose terrible, mais si vous regardez … par exemple, êtes-vous de New York? D’où êtes-vous?

TUBIANA: À l’origine, je viens de New York. J’ai vécu à Bethléem, en Pennsylvanie.

ATOUT: Je vois.

TUBIANA: Depuis 18 ans 1/2. C’est l’endroit le plus long que j’ai jamais vécu.

ATOUT: Eh bien, c’est très bien. C’est un bon endroit. Mais en fait, si vous regardez ce que nous avons fait pour diverses choses, nous avons construit des hôpitaux. New York, nous avons pris le centre des congrès, l’avons converti en 2 800 chambres. Nous avons amené les navires. J’aurais aimé qu’ils l’aient utilisé, car, franchement, ils auraient sauvé beaucoup de gens s’ils l’avaient utilisé.

Mais nous avons vraiment – nous commençons à obtenir de très bonnes notes. Si vous regardez ce que nous avons fait par rapport à d’autres pays, avec la surmortalité, le taux de surmortalité, nous avons très, très bien fait.

Quand vous voyez nos tests, nous allons être à 84 millions de tests, 84 millions, pensez-y. Et le prochain serait l’Inde avec environ 50 millions de programmes de test en moins, bien plus.

J’ai apporté cela aujourd’hui parce que je pense que c’est quelque chose de vraiment très spécial. Nous avons un nouveau test. Il est sorti littéralement aujourd’hui. Cela vous montre simplement les chiffres de nos performances par rapport aux autres pays.

Mais c’est en fait un nouveau test, sorti tout juste d’Abbott, très sophistiqué. Vous ne penseriez pas, c’est un morceau de très petit carton léger. Et cela est sorti, et c’est un test très précis. Et les gens pourront avoir cela, et ils pourront tester ou aller – idéalement aller chez un médecin, mais c’est très simple et très précis.

Et nous avons fourni aux gouverneurs, y compris cet État, un équipement comme personne n’en a jamais eu. Nous manquions de ventilateurs car les armoires étaient vides lorsque nous l’avons repris.

Et nous fabriquons maintenant des milliers de ventilateurs par mois, des milliers, et nous les envoyons – nous n’en avons plus besoin dans notre pays – pas une seule personne qui avait besoin d’un respirateur n’a pas eu de ventilateur.

Tout le monde a un ventilateur. Et ils sont très – Paul – ils sont très complexes, ils sont très difficiles à fabriquer. Mais nous en fabriquons des dizaines de milliers par mois et les envoyons dans d’autres pays qui en ont cruellement besoin.

Je pense donc que nous avons fait un travail formidable en fait, et c’est quelque chose qui, je ne pense pas que cela ait été reconnu comme il se doit, mais quand vous regardez nos tests, quand vous regardez nos écouvillons, quand vous regardez notre ventilateurs, quand vous regardez ce que nous avons fait avec les hôpitaux – et nous avons fait en sorte que beaucoup de gouverneurs paraissent très bien, et maintenant certains sont en arrêt et d’autres non. Nous aimerions le voir s’ouvrir et s’ouvrir dès que possible.

Mais nous sommes très fiers du travail que nous avons accompli et nous avons sauvé beaucoup de vies, un nombre incroyable de vies.

STEPHANOPOULOS: Monsieur le Président, vous avez mentionné un certain nombre de choses ici. Parlons d’abord de la mortalité. Vous avez dit que nous faisons mieux en matière de mortalité que d’autres pays.

Mais voici ce graphique ici. Il dit que les États-Unis sont ici. C’est le nombre de décès par million d’habitants. Voici l’Europe occidentale, ici, le Canada là-bas. Nous ne sommes pas en tête de liste.

ATOUT: Le taux de surmortalité est parmi les meilleurs au monde. Je veux dire, je peux te montrer. Il y a un graphique qui vient de sortir il y a peu de temps, le taux de surmortalité est comparé à l’Europe, comparé à d’autres endroits, il est environ 25% meilleur.

Dans un cas, c’est plus de 60% mieux. Et nous avons aussi un très grand pays. Vous savez, ceci – nous parlons de beaucoup plus grand que la plupart des pays.

Quand vous regardez les tests, à titre d’exemple, quand l’Inde fait 40 millions de tests de moins que nous; ils ont 1,5 milliard de personnes; Chine, vous n’. pas les chiffres exacts de la Chine, mais la Chine a perdu beaucoup de monde. Ils ne disent tout simplement pas quoi…

STEPHANOPOULOS: Mais vous savez que nous avons 4% de la population mondiale, plus de 20% des cas, plus de 20% des décès.

ATOUT: Eh bien, nous avons 20% des cas en raison du fait que nous faisons beaucoup plus de tests. Si nous ne faisions pas de test, vous n’auriez pas de cas. Vous auriez très peu de cas.

STEPHANOPOULOS: Mais ce sont des cas réels.

ATOUT: Eh bien, le Dr Fauci a dit que nous avons fait un travail fantastique. Il vient de le dire hier en fait. Il a dit que nous avions fait un travail fantastique, que nous n’avions induit personne en erreur.

Maintenant, je ne vais pas donner aux gens l’impression que je veux – écoutez, nous sommes le chef d’un grand pays. Nous voulons qu’il en soit ainsi. Je ne veux pas effrayer les gens. Je ne veux pas faire paniquer les gens. Et vous n’allez pas sortir et dire, oh, ça va être – c’est la mort, la mort, la mort.

Vous devez diriger un pays, nous sommes dans un pays. Nous avons été frappés par quelque chose de très injuste.

Mais je remarque où hier le Dr Fauci a dit que nous étions – nous avons fait du très bon travail et nous n’avons induit personne en erreur. Il a fait cette déclaration, que j’apprécie.

Mais que ce soit le Dr Fauci ou n’importe qui d’autre, beaucoup de gens se sont trompés. Ils ont parlé de ne pas porter de masques, et maintenant ils disent de porter des masques. Bien que certaines personnes disent ne pas porter de masques.

Je veux dire que vous avez beaucoup d’idées différentes. Certaines personnes disent qu’il suffit de laisser les choses telles qu’elles sont et de ne pas procéder à des arrêts, et d’autres disent de faire des arrêts. Et j’ai ma propre opinion à ce sujet …

STEPHANOPOULOS: Mais qu’est-ce que vous vous êtes trompé? Vous dites que beaucoup de gens se sont trompés.

Je veux dire, vous avez mentionné la Chine en haut à droite. Tout au long des mois de janvier et février, vous avez minimisé, de votre propre aveu, la gravité de la crise, que vous ne vouliez pas paniquer les gens.

ATOUT: Ne pas minimiser.

STEPHANOPOULOS: Permettez-moi de vous poser la question en premier.

ATOUT: Ne pas minimiser. Je ne veux pas plonger notre nation dans la panique. Je suis une pom-pom girl pour cette nation. Je suis celui qui a fermé notre pays. Je l’ai fermé bien avant qu’aucun des experts ne pense que je devrais le faire – et j’ai sauvé des centaines de milliers de vies.

Mais quand je l’ai fermé, j’ai interdit notre pays. Et l’interdiction était une interdiction très importante parce que…

STEPHANOPOULOS: Je voulais vous poser des questions sur…

ATOUT: … La Chine était fortement infectée. Et personne, au fait, j’ai lu où d’autres personnes ont dit de le faire. Personne que j’ai vu n’a dit de le faire. Et je sais qu’ils ont dit des conseillers en sécurité et d’autres. J’ai mis une interdiction quand ce n’était pas du tout populaire.

Joe Biden a dit que j’étais xénophobe parce que j’avais mis l’interdiction, et je pensais que c’était très injuste – et au fait, il l’a totalement repris. Mais je ne suis pas sûr qu’il sache ce que cela signifie …

STEPHANOPOULOS: Je veux cependant vous poser une question sur la Chine, car à l’époque, vous faisiez l’éloge du président Xi. Vous disiez qu’il était transparent, vous disiez qu’il était fort. Vous disiez qu’il faisait du bon travail.

Vous vous trompez? Avez-vous mal jugé le président Xi?

ATOUT: Je ne pense pas que je l’ai fait. Nous venons de conclure un accord commercial. Nous venons de recevoir la plus grosse commande de maïs de l’histoire de notre pays la semaine dernière, la plus grosse commande de soja, la plus grosse commande de bœuf, car ils savent que je suis très mécontent. Ils savent que je suis très, très malheureux.

STEPHANOPOULOS: Mais vous avez dit qu’il faisait du bon travail, et maintenant vous blâmez la Chine.

ATOUT: Non non. Je n’ai pas dit d’une façon ou d’une autre. Je ne dis pas d’une manière ou d’une autre. Au début, avant que quiconque ne sache ce que c’était, j’ai parlé avec le président Xi et il a dit que nous le faisons bien, nous le contrôlons. Et j’étais très ouvert avec ça. Il m’a dit que tout était sous contrôle, que tout était, et que ce n’était pas vrai, parce que ce n’était pas sous contrôle. Il est allé partout dans le monde, 188 pays.

Je n’ai donc rien dit de mal à propos du président Xi au départ, car personne ne savait grand-chose sur la maladie. Personne ne savait que les personnes âgées étaient vulnérables. Ils pensaient que les gens seraient vulnérables, mais pas seulement, vous savez que les personnes âgées sont vraiment un groupe de personnes très, très en danger, surtout si elles ont des problèmes de cœur, de diabète ou de tout cela.

STEPHANOPOULOS: Vous avez mentionné les masques. Nous avons Julie Bard qui est de Gibsonia, en Pennsylvanie.

ATOUT: Ouais.

STEPHANOPOULOS: Elle est juste ici. Elle a une question à ce sujet. Vous avez voté pour Hillary Clinton la dernière fois, je crois.

BARDE: Oui je l’ai fait. Le port de masques s’est avéré réduire la propagation du COVID. Pourquoi ne soutenez-vous pas un mandat pour le port du masque national? Et pourquoi ne portez-vous pas de masque plus souvent?

ATOUT: Eh bien, je les porte quand je le dois et quand je suis dans les hôpitaux et dans d’autres endroits. Mais je vais dire ceci. Ils ont dit lors du congrès démocrate qu’ils allaient remplir un mandat national. Ils ne l’ont jamais fait, car ils ont vérifié et ne l’ont pas fait.

Et une bonne question est, vous demandez pourquoi Joe Biden – ils ont dit que nous allions faire un mandat national sur les masques.

STEPHANOPOULOS: Il a appelé tous les gouverneurs à les avoir. Il y a une responsabilité de l’État…

ATOUT: Eh bien non, mais il ne l’a pas fait. Je veux dire, il ne l’a jamais fait. Maintenant, d’ailleurs, beaucoup de gens ne veulent pas porter de masque. Il y a beaucoup de gens qui pensent que les masques ne sont pas bons. Et il y a beaucoup de gens que vous avez comme exemple…

STEPHANOPOULOS: Qui sont ces gens?

ATOUT: Je vais vous dire qui sont ces gens – des serveurs. Ils viennent et ils vous servent, et ils ont un masque. Et je l’ai vu l’autre jour où ils me servaient, et ils jouent avec le masque … Je ne les blâme pas … Je dis juste ce qui se passe. Ils jouent avec le masque, donc le masque est terminé, ils le touchent, puis ils touchent l’assiette. Cela ne peut pas être bon.

Il ya beaucoup de personnes. Si vous regardez la déclaration originale du Dr Fauci … vous regardez beaucoup de gens, CDC, vous regardez la déclaration originale de beaucoup de gens, ils ont dit très fortement, George, ne portez pas de masques. Puis, tout à coup, ils sont allés porter des masques.

Le concept de masque est bon, mais il le fait aussi … vous le touchez constamment, vous touchez votre visage, vous touchez des assiettes. Il y a des gens qui pensent que les masques ne sont pas bons.

STEPHANOPOULOS: Posons une dernière question sur COVID.

Nous avons Joni Powell ici. Elle vient de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Et vous n’avez pas voté auparavant.

ATOUT: Comment allez-vous?

POWELL: Salut. Ma question est la suivante: si vous pensez qu’il incombe au président de protéger l’Amérique, pourquoi minimiseriez-vous une pandémie dont on sait qu’elle nuit de manière disproportionnée aux familles à faible revenu et aux communautés minoritaires?

ATOUT: Ouais. Eh bien, je ne l’ai pas minimisé. En fait, à bien des égards, je l’ai joué en termes d’action. Mon action a été très forte.

POWELL: Tu ne l’as pas admis toi-même?

ATOUT: Oui, parce que ce que j’ai fait, c’est avec la Chine – j’ai mis une interdiction avec l’Europe, j’ai mis une interdiction. Et nous aurions perdu des milliers de personnes supplémentaires si je n’avais pas mis l’interdiction.

Donc, cela a été appelé action, pas avec la bouche, mais un fait réel. Nous avons fait un très, très bon travail lorsque nous avons mis cette interdiction. Que vous l’appeliez talent ou chance, c’était très important. Nous avons donc sauvé beaucoup de vies en faisant cela.

STEPHANOPOULOS: Il y avait des trous dans l’interdiction, et l’interdiction européenne n’est pas venue avant un mois…

ATOUT: Eh bien, c’étaient des Américains. Je veux dire, les trous dans … c’était, si vous avez quelqu’un en Chine qui est citoyen américain, nous devions le laisser entrer. Je veux dire, il y avait en fait des gens qui disaient, eh bien – une fois que ça a commencé, ils ont dit: attendez une minute, c’est vraiment un endroit fortement infecté.

Et nous avons eu un cas où nous avions beaucoup d’Américains, ils étaient probablement … ils avaient probablement un COVID, et nous disons, les laissons-nous entrer dans notre pays? Nous les avons laissés entrer très soigneusement, nous les avons mis en quarantaine, mais nous les avons laissés entrer.

Mais oui, ils disent que nous avons autorisé certaines personnes à entrer. C’est vrai, mais c’était des citoyens américains.

STEPHANOPOULOS: Je veux passer à d’autres sujets. Mais nous sommes toujours en train de faire face à 195 000 décès aux États-Unis en ce moment. Quand vous voyez ça … quand vous y réfléchissez, est-ce que cela vous donne une pause? Cela vous fait-il penser, y a-t-il quelque chose que j’aurais pu faire différemment? N’importe quoi…

ATOUT: Je pense que nous aurions pu avoir deux millions de morts si nous n’avions pas fermé le pays …

STEPHANOPOULOS: Alors tu ne regrettes rien?

ATOUT: Nous l’avons fermé – non, je pense que nous avons fait un excellent travail. Si nous ne fermions pas le pays … écoutez, nous avons créé … J’ai créé, nous avons tous créé ensemble … vous avez aidé tout le monde. Le fait est que nous avons créé la plus grande économie de l’histoire du monde, les meilleurs chiffres d’emploi pour les femmes afro-américaines, asiatiques-américaines, hispano-américaines, tout.

Le meilleur emploi, lycée, pas de lycée, collège, nous avions la meilleure économie que nous ayons jamais eue. Cent seize millions de personnes – presque un peu moins de 160 millions de personnes – nous n’avons jamais été proches.

Et puis quelqu’un entre et puis quelqu’un d’autre, des médecins, et ils commencent à parler de la pandémie et de la fermeture, ils veulent fermer notre pays.

J’ai dit, attendez une minute. Nous sommes le meilleur pays, la plus grande économie, et il se rassemblait même en termes d’unité, car il avait tellement de succès que des gens qui ne s’entendaient pas commençaient à s’entendre, George. C’est ainsi que nous avons résolu ce problème.

Mais nous avons eu la meilleure économie de tous les temps et nous devons la fermer. Si je ne l’ai pas fermé, je pense que vous auriez deux millions de morts au lieu d’avoir les 185 000 – 190 000. C’est un nombre terrible – un c’est de trop.

STEPHANOPOULOS: Plus tôt, il y aurait eu moins de décès.

ATOUT: George, j’étais tellement en avance sur ma clôture – et je vais vous donner un exemple. Quand j’ai fermé à la fin janvier, Joe Biden parlait, en mars, de, c’est totalement exagéré. Nancy Pelosi se tenait dans les rues de Chinatown à San Francisco à la fin – un mois – plus d’un mois après – en disant que cette chose était totalement exagérée. Venez, vous savez, essayer de développer le tourisme.

Et tous ces gens disent maintenant …

STEPHANOPOULOS: Vous disiez qu’il allait disparaître.

ATOUT: Quoi?

STEPHANOPOULOS: Vous disiez qu’il allait disparaître.

ATOUT: Il va disparaître. Ça va disparaître, je le dis encore.

STEPHANOPOULOS: Mais pas si nous n’agissons pas, n’est-ce pas?

ATOUT: Non, je le dis toujours. Ça va disparaître, George. Nous allons revenir – nous n’allons pas avoir de studios comme celui-ci, où vous avez tout cet espace vide entre les deux.

Je veux voir des gens et vous voulez voir des gens. Je veux voir des matchs de football. Je pousse très fort pour Big Ten, je veux voir Big Ten ouvert – laissez les matchs de football – laissez-les faire du sport.

Mais non, ça va disparaître, George, et je dis ceci –

STEPHANOPOULOS: Mais le Dr Fauci a dit que nous devons être préparés pour – nous devons reculer. Nous devons nous préparer à une éventuelle deuxième vague.

Je comprends que vous ne voulez pas paniquer les gens, vous avez dit que vous vouliez que les gens soient calmes. Vous avez souvent parlé de Winston Churchill et de FDR, et ils ont rassuré les gens, ils étaient forts. Ils ont gardé les gens calmes.

Mais ils étaient aussi droits. Ils ont dit que cette guerre allait être difficile, que ce serait un vrai combat, que nous devions persévérer.

ATOUT: Quand Churchill était au sommet d’un immeuble et qu’il a dit que tout irait bien, tout va être – soyez calme. Et vous avez les nazis qui lâchent des bombes partout à Londres, il était très courageux parce qu’il était au sommet d’un immeuble. Il était bien connu qu’il se tenait sur des bâtiments et qu’ils bombardaient. Et il dit que tout le monde sera en sécurité.

Je ne pense pas que ce soit nécessairement honnête, et pourtant je pense que c’est un excellent leader. Mais il a dit, vous allez être en sécurité. Soyez calme, ne paniquez pas. Et vous aviez des bombardiers larguant des bombes partout dans Londres.

Donc, je suppose que vous pourriez dire que ce n’est pas si honnête, mais c’est toujours un excellent leader.

STEPHANOPOULOS: Alors, pensez-vous qu’il est normal d’être malhonnête?

ATOUT: Je ne cherche pas à être malhonnête. Je ne veux pas que les gens paniquent. Et nous allons être OK. Nous allons être OK, et ça s’en va. Et cela va probablement disparaître maintenant beaucoup plus rapidement à cause des vaccins.

Cela disparaîtrait sans le vaccin, George, mais cela disparaîtrait beaucoup plus rapidement avec lui.

STEPHANOPOULOS: Cela disparaîtrait sans le vaccin?

ATOUT: Bien sûr, sur une période de temps. Bien sûr, avec le temps, cela disparaît.

STEPHANOPOULOS: Et de nombreux morts.

ATOUT: Et vous développerez – vous développerez le troupeau – comme une mentalité de troupeau. Ça va être – ça va être développé par le troupeau, et ça va arriver. Tout cela arrivera.

Mais avec un vaccin, je pense qu’il disparaîtra très rapidement.

STEPHANOPOULOS: Nous devons faire une courte pause.

ATOUT: Mais je crois vraiment que nous tournons le coin, et je le crois fermement.

STEPHANOPOULOS: Comme vous le savez, le Dr Fauci n’est pas d’accord avec cela.

ATOUT: Eh bien, je veux dire, mais beaucoup de gens sont d’accord avec moi. Vous regardez Scott Atlas, vous regardez certains des autres médecins qui sont très – de Stanford. Regardez certains des autres médecins. Ils pensent que nous aurions peut-être pu le faire depuis le début.

Je pense que nous l’avons fait parfaitement. Nous l’avons fermé, maintenant nous ouvrons. Et nous nous ouvrons à un super V parce que les chiffres sont fantastiques, les chiffres de l’emploi. Regardez … nous avons embauché 10,4 millions d’emplois en quatre mois. C’est de loin un record.

Nous avons tous les records. Les ventes au détail explosent. Nous avons tous les records. Nous avons fait la bonne chose. Si nous ne la fermions pas, je crois que nous aurions deux millions, deux millions et demi, peut-être trois millions de morts.

STEPHANOPOULOS: La question suivante vient de Laura Galvas. Elle est de Glenshaw, en Pennsylvanie, une infirmière autorisée qui a toujours voté républicain à la présidence.

Laura, vas-y.

GALVAS: Bonjour Monsieur le Président. Martin Luther King Jr. a écrit un jour: « L’injustice partout est une menace pour la justice partout. »

À la lumière des manifestations en cours autour de la mort de George Floyd, de Breonna Taylor et de la récente fusillade de Jacob – Jacob Blake, pensez-vous que des injustices raciales se produisent dans ce pays? Et si oui, que peut-on faire pour y remédier?

ATOUT: Eh bien, je pense que c’étaient des événements tragiques, et je pense que nous devons également tenir compte du fait que, si vous regardez notre police, elle fait un travail phénoménal. Vous allez avoir des gens qui s’étouffent, font des erreurs, et cela arrive … ça arrive, où ils doivent prendre une décision rapide et de mauvaises choses se produisent.

Et vous avez aussi des pommes pourries. Mais vous avez 99% de gens formidables. Je connais très bien les forces de police. Je pense que presque chacun d’entre eux, si vous regardez, j’ai été approuvé par tant d’entre eux. Et ce sont des gens formidables.

Et je dirai ceci, si vous voulez arrêter le crime, nous devons rendre le … le respect à la police qu’elle mérite. Ils ont fait un travail fantastique dans de nombreux endroits, mais de mauvaises choses se produisent.

Regardez New York. New York était une ville très sûre. Rudy Giuliani a fait un travail fantastique. La ville était sûre, et tout d’un coup, nous avons un maire qui commence à réduire la police et la criminalité est en hausse de 100%, 150%. J’ai vu une forme de crime augmenter de 300%.

Je pense donc que c’est très important, que vous parliez de Seattle, où ils ont une très bonne police, mais ils n’ont pas le droit de faire leur travail. Vous devez permettre à la police de faire son travail.

Je suis d’accord avec vous, ces événements sont terribles. Mais nous devons permettre à la police de faire son travail, sinon la criminalité va monter en flèche.

Maintenant, le problème est que dans les villes démocrates, généralement dirigées par des démocrates libéraux, nous avons d’énormes problèmes. Les 10 villes les plus dangereuses sont dirigées par des démocrates. Vous entrez dans le top 25 et le top 35, presque tous sont dirigés par des démocrates. Pas de caution en espèces, juste des politiques faibles sur la criminalité.

Nous devons donner à la police le respect qu’elle mérite et nous devons lui donner son mojo. Nous devons les laisser nous protéger.

Que diriez-vous de cet horrible crime qui a eu lieu il y a deux jours, où ce terrible être humain se dirige vers une voiture de police avec deux personnes assises dans la voiture, et il commence à tirer des balles à travers la vitre, en plein visage? Et vient de détruire. Je veux dire, je … j’ai entendu dire qu’ils vont réussir mais ils vont avoir du mal à être les mêmes.

STEPHANOPOULOS: Monsieur le Président, vous…

ATOUT: C’est juste une chose terrible.

STEPHANOPOULOS: C’était monstrueux, cela ne fait aucun doute. Mais beaucoup de gens regardent les statistiques…

ATOUT: Mais c’est un manque de respect. Quand quelqu’un peut faire ça, c’est un manque de respect. Il n’ya pas de rétribution sur le terrain. Il n’y a pas de rétribution.

Ce type se dirige vers une voiture de police, et il commence à tirer à bout portant sur deux personnes innocentes. Vous ne pouvez pas laisser cela se produire. Vous devez, vous devez être un crime très dur quand il s’agit de choses comme ça.

STEPHANOPOULOS: Résistant à la criminalité, mais obéissez également aux règles et règlements de la police.

Et pourtant, vous parlez d’étouffement de la police, vous parlez de pommes pourries. Mais beaucoup de gens regardent les statistiques, les Américains noirs sont plus de trois fois plus susceptibles que les Américains blancs d’être tués par la police.

Et cela indique que ce ne sont pas des pommes pourries, ce n’est tout simplement pas choquant. C’est un vrai problème systémique. Croyez-vous cela? Que ferez-vous pour y remédier?

ATOUT: Donc, je viens de voir un sondage où les Afro-Américains de ce pays, les communautés noires, sont à 81% en faveur d’avoir plus de policiers. Ils veulent plus de policiers, ils veulent une protection.

Ils souffrent plus que quiconque d’une mauvaise protection policière – toutes minorités; que ce soit hispanique ou noir ou – ou asiatique. Ils souffrent plus que quiconque, George.

Nous devons donner – nous devons redonner à la police le pouvoir d’arrêter le crime. Quand vous avez quelque chose comme à Portland où c’est juste nuit après nuit, je pourrais arrêter ça avec les gens que nous avons dans une demi-heure, s’ils me laissaient faire ça mais ils…

STEPHANOPOULOS: Qu’est-ce que tu ferais?

ATOUT: Apportez la garde nationale. Nous l’apporterions et nous arrêterions cela avec … eh bien, nous l’avons fait à Minneapolis. Jetez un œil à Minneapolis.

STEPHANOPOULOS: Mais comment empêcher la police de tuer des Noirs trois fois plus vite que de tuer des Blancs?

ATOUT: Je peux seulement dire ceci, que les policiers de ce pays ont généralement fait un excellent travail. Il y a des crimes, il y a des problèmes et il y a des chokers. Ils s’étouffent sous la pression. Je veux dire, ils ont un quart de seconde pour prendre une décision, et parfois ils prennent une mauvaise décision, et c’est une chose terrible.

Le problème, c’est que ce sera aux nouvelles pendant deux semaines ou trois semaines d’affilée, et les centaines de milliers et les milliers de bons actes dont personne ne parle…

STEPHANOPOULOS: Vous ne pensez donc pas que ce soit un signe de racisme systémique?

ATOUT: … Mais notre service de police – non. Je pense qu’il y a des problèmes, mais je pense aussi qu’il y a de très gros problèmes où, si vous ne redonnez pas à la police son autorité – en ce moment, la police a peur de perdre sa pension, elle va perdre leur travail s’ils parlent à quelqu’un de la mauvaise manière.

Quand j’ai regardé New York, la police de New York m’approuvait, et je les adore, mais j’ai vu il y a six mois des policiers marcher dans la rue et des gens déverser de l’eau sur leur tête. Ils n’avaient absolument aucune peur. Ils n’avaient absolument … il n’y avait pas de châtiment. Je pensais que c’était un point bas, je pensais que c’était un point bas pour les meilleurs de New York.

Et franchement, ces gens devraient se retourner – ces flics devraient se retourner et vraiment faire quelque chose.

STEPHANOPOULOS: Nous avons une autre question à ce sujet du pasteur Carl Day, il est de Philadelphie, a voté pour Jill Stein la dernière fois.

JOURNÉE: Comment allez-vous Monsieur le Président?

ATOUT: Bien.

JOURNÉE: Vous avez inventé une phrase, rendez l’Amérique à nouveau formidable.

ATOUT: Droite.

JOURNÉE: Quand l’Amérique a-t-elle été formidable pour les Afro-Américains dans le ghetto d’Amérique? Êtes-vous conscient de la façon dont le ton sourd qui se dégage de la communauté afro-américaine?

ATOUT: Eh bien, je peux dire ceci, nous avons un énorme soutien afro-américain. Vous l’avez probablement vu dans les sondages. Nous nous débrouillons extrêmement bien avec les Afro-Américains, les Hispano-Américains à des niveaux que vous avez rarement vu un républicain.

Si vous parlez de rendre l’Amérique formidable – si vous regardez juste avant – et je parle de la communauté noire – vous regardez juste avant cette horrible situation en provenance de Chine, lorsque le virus est arrivé, que était le – probablement le point le plus élevé, l’accession à la propriété pour la communauté noire, l’accession à la propriété, la réduction de la criminalité, les meilleurs emplois qu’ils aient jamais eu, les revenus les plus élevés, les meilleurs chiffres d’emploi qu’ils aient jamais eu.

Si vous revenez en arrière et que vous voulez regarder sur de nombreuses années, vous pourriez revenir en arrière dans six ou sept mois, c’était le meilleur moment de l’histoire du peuple afro-américain dans ce pays, je pense – je le ferais dire.

JOURNÉE: Eh bien, je veux dire, votre déclaration est bien, faites-la encore une fois. Donc historiquement, l’expérience afro-américaine, en particulier dans ces – hors de ces ghettos qui ont été soulignés, historiquement ces ghettos qui ont été systématiquement mis en place …

ATOUT: Oui oui.

JOURNÉE: … ont été traités comme ils l’ont été, les conditions de la drogue, des armes à feu et tout le reste qui a réellement créé les symptômes de ce que nous voyons que vous prétendez être juste des villes démocratiques en elles-mêmes, ces choses se sont historiquement produites pour les Africains – Américains dans ces ghettos. Et nous n’avons pas vu de changement, très franchement sous votre administration, sous l’administration Obama, sous Bush, sous Clinton, la même chose se passe, le même système, les cycles continuent à s’ensuivre.

Et nous avons besoin de voir, parce que vous le répétez, nous devons voir quand c’était si grand, parce que cela nous ramène à une époque où nous ne pouvons pas nous identifier à une telle grandeur.

Et je veux dire que vous avez tout dit sur l’étouffement et tout le reste, mais vous n’avez pas encore abordé et reconnu qu’il y a eu un problème de race en Amérique.

ATOUT: Donc si vous y allez, eh bien, j’espère qu’il n’y a pas de problème de course. Je peux vous dire qu’il n’y en a pas avec moi, car j’ai un grand respect pour toutes les courses, pour tout le monde. Ce pays est formidable à cause de cela.

Mais lorsque vous revenez six mois en arrière et que vous regardez ce qui se passait, vous ne pouvez même pas comparer cela avec les administrations passées.

Quand vous regardez les niveaux de revenu, et beaucoup de choses, à cause de la situation de l’emploi, où ils avaient les revenus les plus bas – les meilleurs chiffres de chômage qu’ils aient jamais connus, la communauté noire de loin.

Et cela résolvait beaucoup de problèmes. Et vous savez ce qu’il y a d’autre? Cela rassemblait les gens. Je commençais à avoir, juste avant que cela ne soit – nous avions une longue série de succès. Je commençais à recevoir des appels de démocrates qui – hé, ça commence à travailler, allons-y. Des gens avec lesquels vous n’auriez jamais pensé que cela se serait produit.

Il y aurait une unité. Mais malheureusement, cela a été blessé parce que nous avons reculé. Mais maintenant, je pense que l’année prochaine sera l’une de nos meilleures années sur le plan économique.

JOURNÉE: Mais, mais l’inégalité des revenus est toujours, mais l’inégalité des revenus est plus élevée. Donc, je veux dire, des emplois peuvent être créés, mais en même temps dans beaucoup de ces grandes villes où les Afro-Américains sont mal desservis, sous-financés, c’est – un travail à 8 $ de l’heure ne signifie pas qu’ils peuvent nécessairement se permettre vivre là où ils doivent vivre ou là où ils habitent depuis 20 ans.

ATOUT: Eh bien, l’inégalité des revenus, qui, je suis d’accord avec vous, est un problème. J’ai toujours été d’accord avec ça. Mais si vous regardez sous le président Obama et Biden, l’inégalité des revenus était phénoménale. C’était … c’était un record. C’était … c’était …

STEPHANOPOULOS: Ça empire maintenant.

ATOUT: Eh bien, nous parlons d’une peste qui arrive. Avant la peste, nous allions très bien.

Maintenant, nous allons bientôt faire de nouveau bien, car nous allons avoir un troisième quart-temps fantastique. Vous voyez les chiffres entrer. Je pense que vous allez avoir un PIB de 20 ans et peut être beaucoup plus élevé. Quelqu’un a dit 35 ans, je ne sais pas. Ce serait – ce sont tous des disques dont nous parlons. Et vous allez avoir une – économiquement, vous allez avoir une très bonne année l’année prochaine.

Mais je suis d’accord avec beaucoup de choses que vous dites. Mais il faut regarder en arrière, parce que ça se passait vraiment bien. Si nous n’avions pas été touchés par cette horrible maladie qui est entrée dans notre pays – et partout dans le monde d’ailleurs, elle est venue partout dans le monde – nous serions dans une position où, je pense, l’inégalité des revenus serait différente. C’était vraiment en train d’y arriver. Nous étions vraiment en train de le réduire. Nous le conduisions –

STEPHANOPOULOS: Monsieur le Président, nous avons – nous avons – nous devons avancer. Mais même avant la pandémie, la famille noire moyenne gagnait la moitié de ce que la famille blanche moyenne gagnait. Même si vous avez la formation…

ATOUT: Vous avez raison. Je ne peux que le comparer au passé. La communauté afro-américaine, noire, s’en sortait mieux qu’elle ne l’avait jamais fait de loin en termes de chômage, d’accession à la propriété. Tant de statistiques différentes, même en termes de criminalité…

STEPHANOPOULOS: Mais il y avait encore un écart entre les noirs et les blancs.

ATOUT: Eh bien, je veux dire, il y avait un écart mais nous faisions du bon travail. Cela allait mieux, puis il a été artificiellement arrêté par cette maladie qui est arrivée sur nos terres.

STEPHANOPOULOS: La question suivante vient de Leah Schweitzer de Pittsburgh.

SCHWEITZER: Bonjour.

ATOUT: Salut.

SCHWEITZER: Je m’inquiète d’une deuxième ou troisième vague de chômage. Les employeurs qui ont résisté aux six premiers mois du COVID-19 voient maintenant leurs entreprises considérablement affectées en raison de l’effet de ce virus sur notre économie.

What, as the president, is your plan to aid these workers who may not lose their jobs today but in the months to come?

TRUMP: Well, as you know, we did paycheck, but we’re doing a lot of other things. But what I want to do is see some additional stimulus. And we’re trying to get it, and we may. I mean, we just…just before I came here, we had some pretty good talks with the Democrats. Nous verrons. But they’ve been very difficult.

STEPHANOPOULOS: Why not call the speaker down to your office? Hammer it out in the Oval Office?

TRUMP: Because they know exactly where I stand. At the right time, I’ll do right, but they know exactly where I stand.

What they want is a bailout of Democrat-run states that are doing poorly, and, you know, I don’t think this is the right.

STEPHANOPOULOS: Why do you keep talking about Democrat states, Democrat states?

TRUMP: They are.

STEPHANOPOULOS: They’re American states, American states.

TRUMP: No. The Democrat-run states are the ones that are doing badly, George.

If you look at New York, if you look at Illinois, if you look at a lot of different places, they’re doing poorly. And cities, in particular, cities, I mean, these cities are being run so poorly…

STEPHANOPOULOS: But don’t you have a responsibility to those states and cities as well?

TRUMP: …largely because of the debt, but largely because of the crime. They don’t want to do anything about crime. Sanctuary cities — they have sanctuary cities where they’re protecting criminals.

They have things that the Republicans don’t have. So they are — I mean, I don’t want to say — look, I’m the president of everybody, but — I don’t want to say it, but they’re Democrat-run cities. C’est ce que c’est.

STEPHANOPOULOS: So will you be calling the speaker, and can you hammer out a deal?

TRUMP: At the right time, yes.

I would like to see additional stimulus for people that really it wasn’t their fault. It wasn’t your fault. It wasn’t anybody’s fault. It was China’s fault. I don’t care how you want to define it. This was China’s fault.

And our people shouldn’t be hurt, and we should do stimulus. We did a lot of it initially, and now they stopped, because they think it’s going to be better for the election. Je ne sais pas.

STEPHANOPOULOS: They say if you’ll — if you’ll come up, they said — they said they’ll meet you halfway on the money.

TRUMP: Well, we can do something maybe. But I’m just hearing for the first time, about an hour ago, that maybe there is a chance to get something. And I’d like to do it. I’d like to… I would like to see it happen, George.

STEPHANOPOULOS: Next question’s on healthcare. It comes from Alycee Block. She’s from Philadelphia, an assistant professor who voted for Hillary Clinton last time.

BLOCK: Hi.

TRUMP: Hi.

BLOCK: Mr. President, I was born with a disease called sarcoidosis, and from the day I was born, I was considerable uninsurable. That disease started in my skin, moved to my eyes, into my optic nerves, and when I went to graduate school, into my brain.

When it hit my brain, I was automatically eligible for disability for the rest of my life. I chose instead to get a bachelor’s degree, a master’s degree, a Ph.D. and become a professor.

TRUMP: That’s great.

BLOCK: It is great, except I still have similar healthcare problems. It costs me — with co-pays, I’m still paying almost $7,000 a year in addition to the co-pay.

And should preexisting conditions, which ObamaCare brought into…brought to fruition be removed?

TRUMP: No.

BLOCK: Please stop and let me finish my question, sir. Should that be removed? Within a 36 to 72-hour period, without my medication, I will be dead.

And I want to know what it is that you’re going to do assure that people like me who work hard, we do everything we’re supposed to do can stay insured.

It’s not my fault that I was born with this disease. It’s not my fault that I’m a black woman, and in the medical community I’m minimized and not taken seriously.

I want to know what you are going to do about that.

TRUMP: So first of all, you are taken seriously. I hope you are.

And we are not going to hurt anything having to do with preexisting conditions. We’re not going to hurt preexisting conditions. And, in fact, just the opposite.

If you look at what they want to do, where they have socialized medicine, they will get rid of preexisting conditions, if they go into Medicare for All, which is socialized medicine, and you can forget about your doctors and your plans, just like you could forget under President Obama. He said, you can have your doctor. You can have your plan.

And that turned out to be a lie, and he said it 28 different times at least. We have 28 different times. You can have your doctor. You can have your plan. Well, it’s not true.

But what we’re doing is, we’re going to be doing a healthcare plan – preexisting, protecting people with preexisting conditions — as an example, yourself, it sounds like that’s exactly perfect. That’s exactly what we’re talking about. We’re going to be doing a healthcare plan very strongly and protect people with preexisting conditions.

I will say this, they will not do that, because they have socialized…

STEPHANOPOULOS: Mr. President, I have to stop you there…

TRUMP: George, they have socialized…

STEPHANOPOULOS: I just have to stop you there, because it’s just on a couple of points.

Number one, Joe Biden has ran against Medicare for All in the primaries.

But much more importantly, Obamacare guaranteed people with preexisting conditions could buy insurance, guaranteed they could buy it at the same price as everyone else, guaranteed a package of essential benefits, guaranteed that insurance companies couldn’t put a lifetime limit on those benefits.

You fought to repeal Obamacare, you are arguing…

TRUMP: Well, I essentially did, because…

STEPHANOPOULOS: You’re arguing the Supreme Court right now to strike it down, that would do away with preexisting conditions.

TRUMP: No.

STEPHANOPOULOS: You’ve promised…

TRUMP: So that we can do new healthcare.

STEPHANOPOULOS: But you’ve been promising a new healthcare plan.

We interviewed – I interviewed you in June of last year, you said the healthcare plan would come in two weeks. You could Chris Wallace that this summer it’d come in three weeks. You promised an executive order on preexisting…

TRUMP: I have it all ready. I have it all ready.

STEPHANOPOULOS: But it’s…you’ve been trying to strike down preexisting conditions…

TRUMP: Cela n’a pas d’importance. I have it all ready, and it’s a much better plan for you, and it’s a much better plan.

STEPHANOPOULOS: What is it?

TRUMP: And when you say Obamacare, I got rid of the individual mandate, which is the worst part of Obamacare…

STEPHANOPOULOS: You’re striking down the whole law.

TRUMP: …which wouldn’t be…pertain to you, but it’d pertain to a lot of people. Where they were going literally bust because they didn’t want to have health insurance, and they were paying for it anyway, and it was no good.

Obamacare was a disaster. Obamacare is too expensive, the premiums are too high. It’s a total disaster.

You’re going to have new healthcare, and the preexisting condition aspect of it will always be in my plan. And I’ve said that loud and clear…

STEPHANOPOULOS: But you haven’t come up with it.

TRUMP: And we got rid of the individual mandate, which essentially ended Obamacare. And I had a decision…

STEPHANOPOULOS: Only because you’re arguing for it.

TRUMP: George, I had a decision to make. Do I run? We got it out, the worst parts of Obamacare. Now I have to make this decision. This is three years ago. Do we run Obamacare well, and do a good job and do the best, even though it’s never going to be very good. Or, do we let it run badly?

Probably letting it run badly would have been a better political decision, but I couldn’t do that. We have run it so much better than Obama ran it.

Now, it’s not the same because I got rid of the most unpopular thing — and a very unfair thing which is the individual mandate —

STEPHANOPOULOS: You’re trying to strike down the whole law.

TRUMP: George, we have run it really well.

But we also have now other… if you go to Department of Labor, a great secretary, as you know — and you know him well…we have other alternatives to Obamacare that are 50 percent less expensive, and they’re actually better.

STEPHANOPOULOS: It’s been three and a half years.

TRUMP: George, it’s been forty years since you had good healthcare – you’ve never really had good healthcare in this country. This country has never had it.

But when you say that Biden doesn’t want to do it – everybody else does. Bernie does, he agreed to the manifesto, as I call it — the agreement with Bernie is that you’re going to go to socialized medicine.

STEPHANOPOULOS: He ran against Medicare for All.

TRUMP: If you go to socialized medicine…well, he agreed.

And Harris,who he today said Harris-Biden, because he thinks she’s president. Harris, and someday you’ll have to explain that to me – but Harris is all for doing that. She wants to go to socialized medicine. So, you no longer have your doctor really, and you no longer have your plan.

And Joe can say all he wants — he’s only doing it because he sees his poll numbers going down so substantially. But Joe can say all he wants about healthcare.

You know, Obamacare has been a failure from day one. It’s too expensive, whether it’s the premium or whether it’s the cost generally. And they don’t have their doctors, and they don’t have their plans. We’re going to have a very good healthcare. I think maybe a great healthcare for less money.

STEPHANOPOULOS: The next question comes from Jim Rowdeski, he’s from Irwin, Pennsylvania; that’s around Pittsburgh.

And you voted for President Trump last time around.

TRUMP: Hi Jim.

ROWDESKI: Hi.

At times, some have called your behavior not presidential. What, if anything, would you do differently if reelected, to create a more unified message where all sides can take responsibilities for their actions and come together to make positive change?

TRUMP: Good, Jim.

So, I’m fighting a battle. It’s a big battlefield, and I have a lot of forces against me. I have the media, which I call the fake news, because a lot of it is fake — and I mean a big full — as you understand. A lot of it is fake.

I’m fighting a lot of forces. Sometimes you don’t have time to be totally, as you would say, presidential. You have to get things done. I think I’ve done more than other president in the first three and a half years.

When you look at what we’ve done for tax cuts and regulation cuts and the vets, all of the things that we’ve done for the vets…we have a 91 percent approval factor now for the vets. We rebuilt our military, we created Space Force.

I mean, we did so many things, Right to Try, which is so incredible and so successful. You know what Right to Try is?

We did more, I really believe it, more than any other president in the first three and a half years.

By the way, at the end of my first term, we’re going to have close to 300 — maybe over 300 new federal judges including Court Of Appeals, two Supreme Court justices.

And honestly, we move very fast and I have to get rid of people fast, because they’re not doing their job. I could tell you people that weren’t doing their job. And when I do that to get somebody else that is good, and if they don’t do it, we get rid of that person.

We do a lot of things, and we have to get them done. I could be so — I always used to sort of kid on the campaign trail that I could be — trail — that I could be more presidential — it would be very easy — more presidential than other candidate except for possibly Abraham Lincoln when he’s wearing the hat, right? The high hat.

But the fact is, being presidential is easier than what I have to do, but I get things done. I get things done like nobody has ever gotten. When you look at — including environmental things. When you look at what’s going on in the country and all that we’ve done, we unfortunately got hit by this plague, but it’s going to be back very soon.

We opened it up, and we have — you talk, Jim, about the V? We have a super V; it looks like it’s going to be a super V. We’re going to have a great economy next year, and I think we’re going to have a great economy in the third quarter.

And thank you for voting me for — voting for me in 2016, I hope you’re going to do it again.

ROWDESKI: Thanks, sir.

TRUMP: Je vous remercie. Merci beaucoup.

STEPHANOPOULOS: You talk about a super V, Mr. President. A lot of people look at this and say it’s more like a K-shaped recovery. The people at the top who have a lot of stocks are doing pretty well.

TRUMP: They’re doing well.

STEPHANOPOULOS: But not only…we’ve only gotten half the jobs back.

TRUMP: George, stocks are owned by everybody. You know, they talk about the stock market is so good, that’s 401(k)s — I’m meeting people with — as long as they didn’t sell when the market went down, when we first realized the extent of this horrible thing from China, I mean these people are doing — some of them are doing better than they were doing before the pandemic came.

They — if people held onto their stocks — and remember this, because I notice you say wealthy, sure wealthy — but you have people that aren’t wealthy but have done well because of the stock market.

I have — I’ve set records on the stock market even during the pandemic. And that doesn’t happen by accident.

I will tell you this, if Joe Biden ever got this position — and that’s a headwind on the stock market — our stock market would be much higher if it weren’t for that. If Joe Biden ever got in, I think you’d have a depression the likes of which we have never seen in this country.

If you look at his policies, where he wants to raise everybody’s taxes, you look at what he wants to do in terms of regulation, where he wants to put all of the regulations back on that I took off and then some — and in many cases, double it up. You will have a depression the likes of which we haven’t seen in this country.

And that doesn’t affect big people, it affects everybody. It affects a person that owns $10,000 worth of stock in IBM or whatever company it may be.

Look, we’re having a tremendous thing in the stock market, and that’s good for everybody. But people that aren’t rich own stock, and they have 401(k)s. You take a look at the 401(k)s, they’re in many cases better than they were before the pandemic came.

STEPHANOPOULOS: Next question comes Alexandra Stamen from Pittsburg, who sat out the last presidential election, I believe.

STAMEN: Unfortunately so, I did. Good evening, Mr. President.

So I’d like to ask, regarding your recent comments about our United States soldiers, referring to them as suckers.

TRUMP: Could you say that again?

STAMEN: Our United States soldiers, referring to them as suckers, and particularly the late John McCain, our prisoners of war, as losers.

TRUMP: I see. D’ACCORD. D’ACCORD. The fake…it was a fake statement. Go ahead.

STAMEN: And recently requesting amputee veterans from the military parade. How do you expect to win back the support of our military, their families, their friends and military supporters?

TRUMP: It’s easy, because I never made those statements. They were never made by me.

They said I stood over the grave of soldiers killed many years ago and I said they were suckers. I never made that. Do you know we had 26 people as of today come out to say it never happened, and many people were there.

Then they said about…the rain didn’t happen, that that wasn’t the reason. The Secret Service said…we have a statement from them…they said that we could not travel because the helicopter couldn’t be used.

We would not be able to travel, because when you do that through a major city, it takes them days to get it prepared.

I wanted to go anyway. I said let me just go separately in a car in disguise, I don’t care. I wanted to be there so badly. But the statements never happened, they were lies.

As far as John McCain, I was never a fan of John McCain. I never thought he treated our vets well, he didn’t do the job. I was never a fan of his. But — and I think that’s fine and everybody knows that, and I said it to his face. I was very much up in that.

But as far as…

STEPHANOPOULOS: You said he’s not a war hero.

TRUMP: I have done so much for our vets and for our military. I rebuilt our military.

Our military, when I came into this great office, our military was depleted. It was in the worst shape it was in probably ever. It was depleted. The planes were old and broken, the ships, everything.

You see what I’ve done. I’ve rebuilt…$2.5 trillion and you think that was easy getting that money from Democrats? Because they don’t like the military.

This magazine came up. They made up this quote. It was a made up quote, and you know, the gloves are off with Biden…who I’ve never respected greatly, I’ve never respected him greatly. But when they took this made up quote, that was now knocked out by over 25 people, and they made an ad out of it, I thought it was a disgrace.

Do you know what disinformation is? That’s what it was. They made up a phony quote, and then they went with it. It was a phony deal. And the one who started it was a big friend of President Obama and Clinton. And it was phony deal from a very — not very successful magazine —

STEPHANOPOULOS: Mr. President, you have — you have used language like that in the past. You did say that John McCain wasn’t a war hero. And notably silent in the wake of this article were General John Kelly, who was your chief of staff at the time. General James Mattis, who served as defense secretary for you has said you’re…

TRUMP: They didn’t hear me say that.

STEPHANOPOULOS: …has said you’re…well, I’m getting to a broader point.

TRUMP: Because I never said it.

STEPHANOPOULOS: With the generals. General Mattis said you’re a divider; you’re not trying to unite the country.

General Kelly said he agreed with that.

John Bolton, who was your national security advisor, said you are a danger to the country.

The people in these top military positions who served most closely with you have said you’re unfit for office. How do you respond to that?

TRUMP: These are people that I let go. These are disgruntled former employees, to put it in a nice way — a term people would understand. Mattis was a highly overrated general, didn’t do a good job, didn’t do good on ISIS. I took over 100 percent of the ISIS caliphate. I had the people that I wanted in. Mattis was fired, as you know, by President Obama and I fired him also. OK?

STEPHANOPOULOS: Mr. President, he resigned.

TRUMP: He didn’t resign. I said give me a letter. No more, give me a letter. I was being nice. One of the problems when you’re nice, oftentimes it comes back to hit you. I said, Jim, give me a letter. It’s time for you to move on.

He gave me a letter. But I fired him. That’s called, I fired him. Now, General Mattis didn’t do a good job. I wasn’t happy with him.

If you look at John Bolton, John Bolton — all he wanted to do was blow people up. He wanted to go to war with everybody and, frankly, I used him very nicely. I’d bring him on a negotiation. When people saw them they said, oh, wow, he’s going to go to war.

I brought — I’m bringing our troops back from Afghanistan. I’m bringing our troops back from Iraq. We’re almost out of almost every place. You know, everybody said — because of my personality, they said he’ll be in a war immediately.

Look at North Korea, how that’s worked out. We haven’t — the sanctions are on. Everything’s the same. We haven’t spent anything. We’re getting along with him. I get along with Kim Jong-un. That was supposed to be a war.

If President Obama were president, if Hillary Clinton ever got in, that would be a war, probably a nuclear war with North Korea. In the meantime, I’m getting calls all the time from friends of mine in South Korea. Je vous remercie. We love you. Je vous remercie. It’s really been rather amazing.

So instead of wars, everybody said — look at what we had today what we had today with the United Arab Emirates and — UAE. And just take a look at what happened with Israel today — with that. Take a look at what’s going on. If you — if you — that was going to be a problem. We’re actually creating peace in the Middle East without blood staining our sand…

But look at — look at what happened with Bahrain —

STEPHANOPOULOS: You criticized Jim Mattis.

TRUMP: But George, look at…look at what happened with Bahrain. Well, I guy like Jim Mattis would have disagreed with the way I went about it and I turned out to be correct.

Tom Friedman of « The New York Times » wrote incredible, glowing articles last week about this incredible thing that I’ve been able to do in the Middle East. A guy like Jim Mattis could have never done it because they were all doing it the old-fashioned way. They were going in the wrong outlets and the wrong doors.

And what happened today with UAE and with Bahrain and with Israel, people don’t even believe it. And George, as sure as you’re sitting there, I have numerous other countries in that region that are going to be signing very soon also.

You’ll have peace in the Middle East, and this is without war and without losing — and I’m talking about on both sides — but without losing our great, young soldiers.

You know, I go to Dover and I greet, oftentimes, soldiers coming in, and they’re dead. And there’s no sadder thing than to sit with a widow or a mother, and watch these big massive cargo planes, and that back opens up and these incredible Marines are walking off a casket and they were killed in the Middle East. And in many ways nobody even knows why.

Going there was the worst decision in the history of our country. We’ve spent $8 trillion and we’ve lost thousands of lives but really millions of lives because I view both sides. D’ACCORD. But that’s OK.

Millions of lives. This was the worst decision. And by the way, Iraq did not like — you know, Saddam Hussein did not knock down the World Trade Center, in case you don’t know and I’m sure you do know that.

They said they had weapons of mass destruction. They made a mistake. So we’re now $8 trillion, we’ve been in there 20 years — almost 20 years and Afghanistan I guess it’s getting very close to that, it’s over 19.

And we’re bringing our soldiers back home. Nobody expected that from me. And people are so happy about it. And you know who’s the happiest? The soldiers, I see them all the time. What do you think, should we be here? No, sir, you shouldn’t be here. Pourquoi? They don’t like us, sir.

And I’ll tell you what, I’ve rarely met a soldier that’s over there — they’re better than anybody because they can tell you better than anybody what’s happening.

Rarely do I meet a soldier that says we should be there. It was the worst mistake, the most costly mistake in the history of our country going into the Middle East.

STEPHANOPOULOS: The next question comes from Alexander J. Floyd of Dallas, Pennsylvania. He voted for President Trump last time around.

FLOYD: Hello, Mr. Trump. My question is actually about police reform and how can we balance common sense police reform without sacrificing public safety in a — in a time when part of the country is calling to defund the police and actively cheering when they’re gunned down in the street and another part is tired of seeing the lawlessness?

TRUMP: So we have a great senator named Tim Scott from South Carolina and he had a plan that was very much of a compromised plan but it was a plan that everybody pretty much agreed to. A lot of Democrats agreed to it but they wouldn’t vote for it.

And it was really good. It was a compromise of a lot of different factors and it didn’t get done and it should have gotten done. And it could still be out there, it could still be resurrected very easily but they just didn’t want to do it.

Because I think the Democrats are viewing this as a political issue and I probably agree with them. I think it’s very bad for them because we’re about law and order. We have to be about law and order, otherwise you’re going to see your cities burn and that’s the way it is.

If we can do a plan like Tim Scott’s plan, which is really — it goes far enough but it doesn’t take the dignity away from our police. We have incredible people. They’ve been protecting us for a long time. I mean we’re here and I feel very save being in this room. These are great people.

We can’t take their dignity away. We have to let them be able to do what they do better than anybody else. So I think we have to look at it that way. We have to — we have to be very, very careful.

Police are so afraid today that if they do something slightly wrong, slightly wrong and their pensions gone, their jobs gone, who knows what happens. Their live is ruined; their wife or their husband will leave. The whole thing, it’s a very scary thing to do.

And then you look at safety. I mean you look at that horrible human being that shot these two police cold, blank, right next — just a disgusting and then ran off. You look at that, this is a very tough job and it’s a very unsafe job, it’s a very dangerous job. We have to give them back their dignity and we have to give them back respect.

These are great people for the most part. There’s always going to be a bad apple in your business, in my business — no matter what, I mean there’s going to be bad apples. And we have to weed out the bad apples.

But we have to give — we have to give the police back that strength that they had a short while ago and that they have in Republican cities, frankly, and states. But you take a look, this is a Democrat problem, George.

I know you’re a Democrat but this is largely a Democrat — if you just take a look at the list. Every Democrat city, almost, not all but a lot of them, certainly in the top 25 even if you go to the top 50 — almost every city is run by the Democrats. People don’t respect our police and they have to respect —

STEPHANOPOULOS: Mr. President, you promised four years ago at the Republican Convention, I’m going to restore law and order.

TRUMP: And I have, except in Democrat run cities. Look, we have laws. We have to go by the laws. We can’t move in the National Guard. I can call insurrection but there’s no reason to ever do that, even in a Portland case.

We can’t call in the National Guard unless we’re requested by a governor. If a governor or a mayor is a Democrat and they — like in Portland, we call them constantly. I just spoke to the governor yesterday because we’re giving them relief on the fires. We’re giving them a — an emergency declaration.

I say, governor, let us go in and we’ll clean up Portland so fast. In a half an hour it’ll be all right. And she’s just torn by it. I don’t understand the thinking but they’re torn by it. I have a lot of respect for the governor frankly. The — and what happened in Minneapolis was pretty amazing.

Unfortunately, this went on for a week or a week and a half before he allowed us to bring in the National Guard. When we brought in the National Guard, everything stopped, the crime was gone meaning the whole thing. But by that time a big portion of the city was burned down.

You’re talking about Minneapolis. In Seattle, we let them know we’re coming in. They took over a big chunk of the city, 20 percent of the city. We said we’re coming in. As soon as we said that, the police department went in and these other people were exhausted.

But had we not said we’re going in — we were ready to go in. We were going in the following morning. Where ever you have a Democrat city — not in all cases, but if you look at the really troubled cities in our country, they’re Democrat-run and that’s Biden. They’re weak, they’re in effective.

STEPHANOPOULOS: Mr. President, you’re president for those cities for those cities right now.

TRUMP: I’m president, but I can only do what I’m allowed to do, George. I don’t need insurrection…I don’t need an Insurrection Act to take care of 250 anarchists. We can do that very easily with the National Guard. We proved that Minneapolis. They came in after the city was burning.

And the thing I don’t really get is that the news media is saying, no, these are peaceful. These are peaceful.

And right over the reporter…it was a CNN reporter, and right over his shoulder…and you saw that right over his shoulder, the city is burning. It looked like it was Berlin during the war.

It was the craziest thing I’ve ever seen. And he’s trying to say — I don’t know why the news media tries to make so light of it. These are not protests. These are far greater than protests.

STEPHANOPOULOS: The next one comes Flora Cruceta. She’s from Harrisburg, Pennsylvania. She has not voted before because she just became a citizen.

TRUMP: Oh, very good.

CRUCETA: Merci beaucoup. Hi, Mr. President and…

TRUMP: Je vous remercie.

CRUCETA: Mr. George. My name is Flora Cruceta . I’m sorry if I can’t hold my…hold my tears…

TRUMP: I love…I love what you just did.

CRUCETA: I came in 2006 with my mom from Dominican Republic…sorry.

TRUMP: That’s all right. And just take your time, that’s fine. George has plenty of time, I hope, right?

STEPHANOPOULOS: Absolument.

TRUMP: Je vous remercie. Did you say your mom got COVID? Your mom?

CRUCETA: We come from Dominican Republic in 2006 to live our American dream. But she forgot how to take care of herself and she died last month..I’m sorry.

TRUMP: Terrible. And that’s OK. It’s OK.

CRUCETA: She had breast cancer but it made metastases on her brain, bone, and lungs and she passed on the 19th. One of her biggest dreams was to become a citizen to vote, and she did. She did, 10 days before she died. And I did it too. She pushed me so hard to do it and I did it this past 28th.

I’m here because of her. She was supposed to be here and ask you and thank you for this — if they should take — during this epidemic, you made people closer. We lost our jobs but we learned how to love our family. So I’m saying that from her.

TRUMP: Very nice.

CRUCETA: Her question for you was — because she write this question — what will you do for our immigration system? What will you change to make more people, like me and like her, to become citizens and vote?

TRUMP: So we are doing something with immigration that I think is going to be very strong because we want people to come into our country, people like you and like your mother. And that just shows how vicious the COVID is, especially when you have another problem, you have a heart problem or another type of a problem.

And it’s a very sad story but we want people to come into our country. We want them to come in — a lot of people but we want them to come in through a legal system. Through a system that — they love our country. They work to come into our country.

A merit system and we’re working on something very hard right now. And in a very short time we’re going to be announcing it. And I think it’s going to have quite an impact. I think it’s going to be something that actually will be popular for all.

I mean as far as your situation with your mother, that is just devastating because I can imagine how you feel and it sounds like a great woman and I’ll tell you she.. and I can…I’m pretty good with people.

She gave us a great daughter, a great child, what she’s done with you, the way you are. The love that you have for your mother, I can see that, it’s hard. And so many people and they die alone. They die alone because this is such a vicious thing. You can’t go there and hold their hand.

You can’t give them a kiss good night. It’s a terrible, terrible thing. And hopefully the vaccines are going to be very soon, hopefully. Did you have COVID? You didn’t have it right?

CRUCETA: No.

TRUMP: You didn’t have it, your mother. We’ll have it taken care of. It’s going to get taken care of. The vaccines are going to make a big difference. What has made a big difference is Remdesivir.

We have many things now and things are going to be announced here, which frankly if you take a look at some of the things we’re doing in terms of — the word wouldn’t be cure but the word be therapeutically or therapeutics, we have some incredible things happening, which is so important.

And I view that actually in a certain way as more important than the vaccine where you can into a hospital and get your mother and give her a transfusion on a shot and they can get better — get better much faster.

So we have some of those things and they’ve been very, very successful. But we have others coming out. And in order to get them, we had to get the FDA to approve this product, these very sophisticated medicines and I guess you could call them a medicine.

But we had to get them approved very quickly and they did it. Dr. Hahn, the head of the FDA, Alex Azar, they’ve really done a fantastic job. I believe, George, that none of this would have happened in another administration.

We — and I think you know that. The FDA is approving things at a level that they’ve never done and a speed with which they’ve never acted before.

STEPHANOPOULOS: We have time for one final question. It comes from Ashley West of Bethel Park, Pennsylvania.

WEST: Hi, Mr. Trump.

TRUMP: Hi, Ashley.

WEST: Désolé. My question is, what has been the most difficult part of your presidency? And what have you learned from it?

TRUMP: So I think without question, I would say, because things were going so well, I think I’d have to say the whole COVID, the China virus, as I call it, because it comes from China, I think it’s a much more accurate term.

But it’s been very difficult, it’s been so sad. As an example, talking to you about your mother, it’s just a sad situation. Yes, we’re getting there, we will get there, it’s going to happen. But it’s a very difficult — nobody’s seen anything like probably since 1917…

STEPHANOPOULOS: What did you learn from it?

TRUMP: I learned that life is very fragile. I knew people that were powerful people, strong people, good people, and they got knocked out by this, and died — six people. It was five until about two weeks ago, now it’s six.

But I’ve learned that life is very fragile, because these were strong people, and all of a sudden they were dead; they were gone. And it wasn’t their fault. It was the fault of a country that could have stopped it. And I made a great deal with China…I feel so differently about that deal. It’s a great deal. It was good for the farmers, good for the manufacturers, but I don’t view it the same way. It was good for us, but I don’t view it the same way because of the horror of this disease, that could have been stopped at the border.

STEPHANOPOULOS: Could you have done more to stop it?

TRUMP: I don’t think so. I think what I did by closing up the country, I think I saved two, maybe two and a half, maybe more than that lives. I really don’t think so. Je pense que nous avons fait du très bon travail.

I don’t know if that’s been recognized; we’ve made a lot of governors feel good, we’ve made some reputationally…we’ve enhanced their reputation. They didn’t have anything, we got them the supplies, we got them the ventilators. We’ve made a lot of people look good that shouldn’t look good, to be honest with you.

STEPHANOPOULOS: We’re out of time, Mr. President. Thank you for your time.

TRUMP: Merci beaucoup.

STEPHANOPOULOS: Thanks to all the questioners here and thanks to all of you at home for watching, have a good night.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

5 points à retenir de la mairie du président Donald Trump en Pennsylvanie

Trump sur la mairie d’ABC News: « Nous avons fait un travail formidable » avec la vidéo de réponse au COVID-19