in

Le dirigeant biélorusse visite la Russie pour obtenir un soutien au milieu des manifestations

Le président autoritaire biélorusse se rend en Russie dans le but d’obtenir davantage de prêts et de soutien politique alors que les manifestations contre la prolongation de son règne de 26 ans entrent dans leur sixième semaine

Par

Presse Associée VLADIMIR ISACHENKOV

14 septembre 2020 à 09h39

• 2 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

MOSCOU – Le président autoritaire du Bélarus s’est rendu en Russie lundi dans le but d’obtenir davantage de prêts et de soutien politique, alors que les manifestations contre l’extension de son règne de 26 ans entraient dans leur sixième semaine.

Les pourparlers d’Alexandre Loukachenko avec le président russe Vladimir Poutine dans la station balnéaire de la mer Noire à Sotchi interviennent un jour après que 150 000 personnes environ ont envahi les rues de la capitale biélorusse, exigeant la démission de Loukachenko. Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 774 personnes avaient été arrêtées à Minsk et dans d’autres villes de Biélorussie pour avoir organisé dimanche des rassemblements non autorisés.

Les manifestants en Biélorussie ont rejeté la réélection de Loukachenko pour un sixième mandat lors du vote du 9 août comme truquée. Il a rejeté les manifestants comme des marionnettes occidentales et a rejeté les demandes des États-Unis et de l’Union européenne de mener un dialogue avec l’opposition.

Dans le but de gagner le soutien de Moscou, l’ancien directeur de la ferme d’État, âgé de 66 ans, a tenté de présenter les manifestations comme un effort de l’Occident pour isoler la Russie, qui considère le voisin comme un rempart clé contre l’OTAN et un important vecteur d’énergie. exportations vers l’Europe.

La Russie et la Biélorussie ont un traité d’union prévoyant des liens politiques, économiques et militaires étroits, mais ils se sont souvent engagés dans des conflits acrimonieux. Avant les élections, Loukachenko a accusé à plusieurs reprises le Kremlin de faire pression sur la Biélorussie pour qu’elle abandonne son indépendance.

Mais avec les États-Unis et l’Union européenne critiquant les élections comme n’étant ni libres ni équitables et préparant un ensemble de sanctions, Loukachenko doit désormais compter carrément sur le soutien de la Russie.

Malgré les frictions du passé, le Kremlin a horreur de la perspective de manifestations publiques forçant la démission du chef du pays, craignant que cela ne puisse enhardir les critiques de Poutine chez lui.

Poutine a rapidement félicité Loukachenko pour sa réélection et a promis d’envoyer la police russe en Biélorussie si les manifestations y tournaient violentes, notant que cela n’était pas encore nécessaire.

Moscou a également indiqué qu’il était prêt à discuter de la restructuration de la dette de 1 milliard de dollars de la Biélorussie envers la Russie, une question clé dans les pourparlers de lundi entre Poutine et Loukachenko.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Meilleur pari pour battre COVID-19 cet automne? Vaccin contre la grippe

Le chef des droits de l’ONU dénonce le racisme aux États-Unis et surveille Hong Kong