in

Le chef des droits de l’ONU dénonce le racisme aux États-Unis et surveille Hong Kong

Le chef des droits humains de l’ONU a appelé à «une action urgente et profonde pour lutter contre le racisme systémique» aux États-Unis

Par

Presse associée JAMEY KEATEN

14 septembre 2020, 11h30

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

GENÈVE – Le chef des droits de l’homme de l’ONU a appelé lundi à «une action urgente et profonde pour lutter contre le racisme systémique» aux États-Unis, et a encouragé les autorités de Hong Kong à «surveiller de près» l’application d’une loi sur la sécurité nationale en Chine, ridiculisée par de nombreux militants.

Les commentaires de Michelle Bachelet sont venus dans un discours fourre-tout pour ouvrir lundi la dernière session du Conseil des droits de l’homme soutenu par l’ONU. Elle a également fait part de ses préoccupations concernant la situation des droits de l’homme au Myanmar, au Nicaragua et au Venezuela, entre autres points de son ordre du jour.

Bachelet, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a souligné les préoccupations concernant le recours à la force par la police dans des affaires telles que la fusillade de Jacob Blake à Kenosha, Wisconsin le mois dernier, et a récemment révélé des détails sur la mort de Daniel Prude à Rochester, New York, plus tôt cette année. Dans l’ensemble, elle a déclaré que le manque de responsabilité «pour de nombreux meurtres antérieurs souligne la gravité de cette crise».

Elle a déclaré que les engagements pris par les autorités américaines de se réformer après le meurtre de George Floyd à Minneapolis en mai «doivent s’accompagner d’un réel changement pour créer un environnement dans lequel les Afro-Américains se sentent protégés par les forces de l’ordre et l’État.

Bachelet a déclaré qu’elle s’exprimerait plus tard lors de la session de trois semaines du conseil pour donner suite à une résolution adoptée en juin pour commander un rapport sur le racisme systématique et la discrimination à l’encontre des Noirs.

Dans son discours, Mme Bachelet a également déclaré que son bureau gardait un œil sur l’impact d’une loi sur la sécurité nationale en Chine axée sur Hong Kong qui a conduit à des accusations contre au moins deux douzaines de personnes depuis juillet.

Beaucoup considèrent la loi comme la décision la plus audacieuse de Pékin à ce jour de supprimer un pare-feu légal entre le territoire semi-autonome de Hong Kong et le système du Parti communiste du continent.

«Les autorités de Hong Kong ont toujours déclaré que la loi n’avait pas pour but d’avoir un impact négatif sur l’exercice pacifique des droits de l’homme par les résidents de Hong Kong», a déclaré Bachelet. «En conséquence, j’encourage les autorités de Hong Kong à surveiller de près l’application de la loi par la police et les tribunaux, et à prendre des mesures pour réviser la loi en réponse à toute conséquence négative qu’elle pourrait avoir sur la jouissance des droits de l’homme.»

Elle a également dénoncé la «répression continue» des personnes et des militants LGBTI en Pologne, et a qualifié le blocus de Gaza par Israël d’illégal au regard du droit international et d’instaurer la sécurité ou la paix pour les Israéliens et les Palestiniens. Elle a déclaré que son bureau avait documenté 47 meurtres de défenseurs des droits humains en Colombie cette année.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le dirigeant biélorusse visite la Russie pour obtenir un soutien au milieu des manifestations

Trump se rend en Californie au milieu d’incendies dévastateurs, alors que les gouverneurs se concentrent sur le changement climatique