in

L’Iran exécute un homme dont le cas a attiré l’attention internationale

La télévision d’État iranienne rapporte que les autorités du pays ont exécuté un lutteur pour avoir prétendument assassiné un homme après que le président Donald Trump a demandé que la vie de l’homme condamné de 27 ans soit épargnée

Par

Presse associée AMIR VAHDAT

12 septembre 2020 à 09h23

• 2 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Téhéran – La télévision nationale iranienne rapporte que les autorités du pays ont exécuté un lutteur pour avoir prétendument assassiné un homme après que le président Donald Trump a demandé que la vie de l’homme condamné de 27 ans soit épargnée.

La télévision d’État a cité samedi le juge en chef de la province du Fars, Kazem Moussavi: «La condamnation à des représailles contre Navid Afkari, le meurtrier d’Hassan Turkman, a été exécutée ce matin dans la prison d’Adelabad à Shiraz.

Le cas d’Afkari avait attiré l’attention d’une campagne sur les réseaux sociaux qui le présentait, lui et ses frères, comme des victimes ciblées pour avoir participé à des manifestations contre la théocratie chiite iranienne en 2018. Les autorités ont accusé Afkari d’avoir poignardé un employé d’une compagnie d’approvisionnement en eau dans la ville méridionale de Shiraz au milieu des troubles. .

L’Iran a diffusé la confession télévisée du lutteur la semaine dernière. Le segment ressemblait à des centaines d’autres aveux présumés forcés diffusés au cours de la dernière décennie en République islamique.

L’affaire a ravivé une demande à l’intérieur du pays pour que l’Iran cesse d’appliquer la peine de mort. Même l’avocate iranienne des droits humains emprisonnée Nasrin Sotoudeh, elle-même près d’un mois dans une grève de la faim au sujet des conditions à la prison d’Evin à Téhéran au milieu de la pandémie de coronavirus, a fait savoir qu’elle soutenait Afkari.

Auparavant, le président américain Donald avait tweeté sa propre inquiétude concernant le cas d’Afkari.

« Aux dirigeants iraniens, j’apprécierais beaucoup que vous épargniez la vie de ce jeune homme et que vous ne l’exécutiez pas », a écrit Trump la semaine dernière. « Je vous remercie! »

L’Iran a répondu au tweet de Trump avec un programme télévisé d’État de près de 11 minutes sur Afkari. Il comprenait les parents en pleurs de l’employé de la compagnie des eaux assassiné, Hassan Torkaman. Le paquet comprenait des images d’Afkari à l’arrière d’une moto, disant qu’il avait poignardé Torkaman dans le dos, sans expliquer pourquoi il aurait commis l’assaut.

Le segment de la télévision d’État a montré des documents de police flous et a décrit le meurtre comme une «dispute personnelle», sans donner de détails. Il a déclaré que le téléphone portable d’Afkari se trouvait dans la zone et il a montré des images de surveillance de lui marchant dans une rue, parlant sur son téléphone.

En outre, l’agence de presse semi-officielle iranienne Tasnim a rejeté le tweet de Trump dans un reportage, affirmant que les sanctions américaines avaient frappé les hôpitaux iraniens au milieu de la pandémie.

« Trump s’inquiète pour la vie d’un meurtrier alors qu’il met la vie de nombreux patients iraniens en danger en imposant des sanctions sévères », a déclaré l’agence.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Rudy Giuliani, autrefois «  maire de l’Amérique  », maintenant embourbé dans la controverse et soumis à un examen juridique

La dépression tropicale 19 frappe la Floride, qui devrait devenir la tempête tropicale Sally