in

L’incendie de Beyrouth maîtrisé après une nation terrifiante

De la fumée blanche monte toujours de l’épave couvante du port de Beyrouth quelques heures après que les pompiers ont déclaré qu’ils étaient en mesure de maîtriser un énorme incendie

Par

Presse associée FADI TAWIL

11 septembre 2020, 12h06

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

BEYROUTH – De la fumée blanche s’est élevée des épaves fumantes du port de Beyrouth vendredi quelques heures après que les pompiers ont éteint un énorme incendie qui a terrifié les habitants de la ville cinq semaines après qu’une explosion massive a tué près de 200 personnes et détruit des parties de la capitale libanaise.

On ne sait pas exactement ce qui a provoqué l’incendie qui a éclaté jeudi après-midi et qui a couvert la ville de fumée noire et de vapeurs toxiques pendant des heures, alors que les pompiers et les hélicoptères de l’armée s’efforçaient de la maîtriser. Personne n’a été blessé par l’incendie, le deuxième au port cette semaine.

Le ministre par intérim des Travaux publics et de la Transpiration, Michel Najjar, dont le ministère est en charge du port, a déclaré à une chaîne de télévision locale que l’incendie semble avoir été causé par des étincelles provenant d’un outil électrique lors de travaux sur le port. La plainte a été rejetée par un public indigné et profondément sceptique, certaines autorités accusant d’avoir allumé le feu pour détruire les preuves qui pourraient être trouvées dans l’épave du port.

L’incendie a conduit les autorités à dire qu’elles avaient ordonné le retrait de matières dangereuses des ports et de l’aéroport du pays pour éviter d’autres incidents de ce type qui ont traumatisé la nation de 5 millions d’habitants. La police militaire a ouvert une enquête sur l’incendie.

Le chef de la défense civile libanaise a déclaré vendredi que l’incendie avait été éteint et que les pompiers travaillaient pour refroidir la zone de l’incendie.

Jeudi, alors que la fumée commençait à couler de l’établissement, les habitants de Beyrouth ont ouvert les fenêtres de leur appartement et se sont cachés dans les couloirs craignant une répétition de l’explosion du 4 août qui a tué 192 personnes, en a blessé 6500, laissé un quart de million de personnes sans abri et causé des dollars. L’explosion de près de 3 000 tonnes de nitrate d’ammonium stockées au port pendant six ans a contraint le gouvernement à démissionner six jours après.

L’explosion du port fait toujours l’objet d’une enquête et la négligence et la mauvaise gestion semblent en être la principale raison. La corruption est répandue au Liban, où la classe dirigeante composée de groupes sectaires dirige le pays en toute impunité depuis la fin de la guerre civile qui a duré 15 ans en 1990.

«L’incendie du port de Beyrouth ne peut être justifié quoi qu’il arrive. La responsabilité est une condition principale pour que de tels incidents douloureux ne se reproduisent pas », a écrit le Premier ministre désigné Mustapha Adib dans un tweet vendredi. Adib, un citoyen libano-français, a obtenu le soutien de la majorité des législateurs la semaine dernière pour former un nouveau gouvernement.

Suite à une réunion jeudi soir du Conseil supérieur de la défense, la plus haute instance de sécurité du pays, un communiqué a indiqué avoir discuté de la présence de matières dangereuses dans les ports du pays et dans le seul aéroport international afin de les détruire ou de s’en débarrasser «pour éviter toute catastrophe. incidents. »

Dans un signe de méfiance grandissante après l’explosion, de nombreux Libanais ont accusé des politiciens d’avoir délibérément tenté de détruire les preuves dans le port qui ont conduit à l’explosion. L’incendie de jeudi était le deuxième incendie mystérieux cette semaine, après un petit mardi qui a également provoqué la panique mais qui s’est rapidement éteint.

La panique a été aggravée par la crainte que davantage de produits chimiques puissent se trouver dans l’épave du port. Plus tôt ce mois-ci, l’armée a déclaré avoir trouvé plus de 4 tonnes de nitrate d’ammonium dans quatre conteneurs stockés près du port qui, selon elle, avaient été «traités».

Le Liban est en proie à une crise économique et à un effondrement financier sans précédent, imputés à des décennies de mauvaise gestion et de corruption par une classe politique enracinée. L’explosion du mois dernier est considérée comme le point culminant de dirigeants incapables de gérer les affaires du pays ou de protéger sa population. Jusqu’à présent, les autorités n’ont pas été en mesure de fournir des réponses sur l’explosion, et il n’y a eu aucune responsabilité à ce sujet.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

L’administration Trump a fait de nombreuses promesses COVID pour l’automne. Voici où ils en sont.

Une vague tropicale apportera des pluies torrentielles en Floride, en Alabama