in

Trump a admis qu’il avait délibérément minimisé la menace de coronavirus: rapports

« Je voulais toujours le minimiser », a-t-il déclaré, selon les rapports.

9 septembre 2020 à 18h29

• 6 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Le président Donald Trump a admis avoir délibérément minimisé la gravité du nouveau coronavirus auprès du public malgré la compréhension de son véritable danger, dans une interview avec le journaliste Bob Woodward, selon des informations publiées mercredi.

« Je voulais toujours le minimiser », a déclaré Trump le 19 mars, selon CNN, qui a obtenu un enregistrement audio de l’interview, et le Washington Post. « J’aime toujours le minimiser, parce que je ne veux pas semer la panique. »

Trump avait reconnu à Woodward plus d’un mois auparavant que le COVID-19 reconnu était « un truc mortel », selon CNN – contrairement aux affirmations publiques du président, le virus « fonctionnerait bien » et était « très sous contrôle ».

Ses déclarations à Woodward, telles que rapportées par CNN et le Washington Post, reflètent une plus grande reconnaissance de la menace qu’il ne l’a laissé entendre publiquement.

PHOTO: le président Donald Trump brandit un document montrant

Le président Donald Trump brandit un document montrant « les pays les mieux et les pires préparés pour une épidémie » au début d’une conférence de presse avec des membres du groupe de travail sur les coronavirus, dont le vice-président Mike Pence à la Maison Blanche le 26 février 2020.

Le président Donald Trump brandit un document montrant « les pays les mieux et les pires préparés pour une épidémie » au début d’une conférence de presse avec des membres du groupe de travail sur les coronavirus, dont le vice-président Mike Pence à la Maison Blanche le 26 février 2020.

ABC News n’a pas obtenu d’exemplaires du livre de Woodward ou des enregistrements audio et n’a pas pu confirmer indépendamment les rapports. Le livre est intitulé « Rage » et devrait être publié mardi prochain.

« Il suffit de respirer l’air et c’est comme ça que ça s’est passé », a déclaré Trump lors d’un appel avec Woodward le 7 février, selon le Washington Post et un son diffusé sur CNN. «Et c’est donc une question très délicate. C’est une question très délicate. C’est aussi plus mortel que même votre grippe intense. « 

Mais moins de deux semaines plus tard, le président a déclaré dans une interview télévisée: «Je pense que ça va bien se passer. Je pense que lorsque nous entrons en avril, par temps plus chaud, cela a un effet très négatif sur tel ou tel virus. Voyons donc ce qui se passe, mais je pense que ça va bien fonctionner. « 

PHOTO: Le président Donald Trump tient une conférence de presse annonçant le vice-président américain Mike Pence à diriger l'effort de lutte contre la propagation du coronavirus à Washington, le 26 février 2020.

Le président Donald Trump tient une conférence de presse annonçant le vice-président américain Mike Pence à diriger l’effort de lutte contre la propagation du coronavirus à Washington, le 26 février 2020.

Le président Donald Trump tient une conférence de presse annonçant le vice-président américain Mike Pence à diriger l’effort de lutte contre la propagation du coronavirus à Washington, le 26 février 2020.

Environ 190000 Américains sont morts du coronavirus depuis le début de l’épidémie plus tôt cette année.

Trump a également déclaré à Woodward le 7 février que COVID-19 était «plus mortel que même votre grippe intense», selon CNN.

Mais 19 jours plus tard, lors d’une conférence de presse, il a déclaré: « C’est une grippe. C’est comme une grippe. »

PHOTO: Bob Woodward prend la parole lors d'une soirée avec Bob Woodward discutant de son nouveau livre FEAR Trump à la Maison Blanche à Coral Springs, en Floride, le 15 octobre 2018

Bob Woodward parle lors d’une soirée avec Bob Woodward discutant de son nouveau livre FEAR Trump à la Maison Blanche à Coral Springs, en Floride, le 15 octobre 2018

Bob Woodward parle lors d’une soirée avec Bob Woodward discutant de son nouveau livre FEAR Trump à la Maison Blanche à Coral Springs, en Floride, le 15 octobre 2018

L’attachée de presse de la Maison Blanche Kayleigh McEnany a insisté lors d’un briefing de la Maison Blanche mercredi sur le fait que le président « n’avait jamais menti au public américain sur COVID » mais plutôt « exprimait son calme ».

Malgré la déclaration de Trump sur l’enregistrement audio du 19 mars obtenu par CNN: « Je voulais toujours le minimiser » et « J’aime toujours le minimiser », a déclaré McEnany: « Le président n’a jamais minimisé le virus. Le président a exprimé son calme et il était sérieux à ce sujet. « 

PHOTO: Kayleigh McEnany, attachée de presse de la Maison Blanche, s'exprime lors d'un briefing dans la salle de briefing Brady de la Maison Blanche à Washington, D.C., le 9 septembre 2020.

L’attachée de presse de la Maison Blanche Kayleigh McEnany prend la parole lors d’un briefing dans la salle de briefing Brady de la Maison Blanche à Washington, D.C., le 9 septembre 2020.

L’attachée de presse de la Maison Blanche Kayleigh McEnany prend la parole lors d’un briefing dans la salle de briefing Brady de la Maison Blanche à Washington, D.C., le 9 septembre 2020.

L’adversaire démocrate de Trump à la présidence, l’ancien vice-président Joe Biden, a déclaré mercredi que les commentaires rapportés par le président étaient « au-delà de toute méprisable et qu’il s’agissait d’un » manquement au devoir de disgrâce « .

« Il savait à quel point c’était mortel », a déclaré Biden lors d’une étape de campagne dans le Michigan. « C’était beaucoup plus mortel que la grippe. Il le savait et l’a délibérément minimisé. Pire encore, il a menti au peuple américain. Il a sciemment et volontairement menti sur la menace que cela représentait pour le pays pendant des mois.

« Il avait l’information », a ajouté Biden. « Il savait à quel point c’était dangereux, et alors que cette maladie mortelle déchirait notre nation, il n’a pas fait son travail exprès. C’était une trahison à vie ou à mort du peuple américain. »

Le livre contient également des évaluations sévères du comportement de Trump de la part de certains de ses principaux anciens responsables de la sécurité nationale, notamment l’ancien secrétaire à la Défense James Mattis, l’ancien secrétaire d’État Rex Tillerson et l’ancien directeur du renseignement national Daniel Coates, selon les rapports.

Mattis a qualifié Trump de «dangereux» et «inapte» et a déclaré que «le président n’a aucune boussole morale», a écrit Woodward, selon le Washington Post.

PHOTO: le président Donald Trump répond aux questions après avoir prononcé une allocution lors d'une conférence de presse au portique nord de la Maison Blanche le 7 septembre 2020 à Washington.

Le président Donald Trump répond aux questions après avoir prononcé une allocution lors d’une conférence de presse au North Portico à la Maison Blanche le 7 septembre 2020 à Washington.

Le président Donald Trump répond aux questions après avoir prononcé une allocution lors d’une conférence de presse au North Portico à la Maison Blanche le 7 septembre 2020 à Washington.

Jordyn Phelps, Molly Nagle et Libby Cathey d’ABC News ont contribué à ce rapport.


Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump se moque du nom de Harris, dit que l’avoir comme présidente serait une «  insulte  » au pays

Un dénonciateur détaille la politisation présumée du renseignement au DHS