in

Le lauréat du prix Nobel prévient que les arrestations n’arrêteront pas les manifestations en Biélorussie

Les autorités bélarussiennes ont arrêté l’un des derniers membres dirigeants d’un conseil d’opposition qui est resté libre, agissant méthodiquement pour mettre fin à un mois de manifestations contre le président autoritaire Alexandre Loukachenko

Par

Presse associée YURAS KARMANAU

9 septembre 2020 à 10h13

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Kiev, Ukraine – Les autorités biélorusses ont arrêté mercredi l’un des derniers membres dirigeants d’un conseil de l’opposition qui est resté libre, agissant méthodiquement pour mettre fin à un mois de manifestations contre le président autoritaire Alexandre Loukachenko.

L’avocat Maxim Znak, membre du conseil de coordination créé par l’opposition pour faciliter les pourparlers avec le chef du pays depuis 26 ans sur une transition de pouvoir, a été démis du bureau du conseil par des personnes non identifiées portant des masques de ski, a déclaré l’associé Gleb German.

Znak n’a eu que le temps d’envoyer des «masques» par SMS avant de lui retirer le téléphone. Dit l’allemand.

Des inconnus tentaient également de pénétrer dans l’appartement de l’écrivain Svetlana Alexievich, lauréate du prix Nobel de littérature 2015 et désormais le seul membre du présidium exécutif du conseil encore libre en Biélorussie.

Le mois dernier, Alexievich a été interrogé par des enquêteurs biélorusses, qui ont ouvert une enquête pénale sur des membres du Conseil de coordination, les accusant de porter atteinte à la sécurité nationale en appelant à un transfert de pouvoir. Plusieurs membres du conseil ont été arrêtés et d’autres ont été expulsés de force du pays.

Alexievich a rejeté les accusations officielles, affirmant dans un communiqué publié mercredi que le conseil cherchait à désamorcer la crise déclenchée par la réélection de Loukachenko pour un sixième mandat en proposant de favoriser un dialogue entre les autorités et les manifestants. Les critiques du président disent que les élections du 9 août ont été truquées.

« Nous ne préparions pas un coup d’État, nous essayions d’empêcher une scission dans notre pays », a déclaré Alexievich.

Elle a averti que les arrestations de militants de l’opposition ne mettront pas fin aux manifestations.

« Ils ont volé notre pays et maintenant ils essaient d’enlever le meilleur d’entre nous », a déclaré Alexievich. «Mais des centaines d’autres viendront remplacer ceux qui ont été enlevés de nos rangs. Ce n’est pas le Conseil de coordination qui s’est rebellé, c’est tout le pays qui s’est soulevé.

S’adressant aux journalistes de son appartement, elle a déclaré qu’elle ne prévoyait pas de quitter le pays malgré la pression officielle.

«C’est de la terreur contre notre propre peuple», a-t-elle dit.

Maria Kolesnikova, membre éminent du conseil, a été arrêtée lundi dans la capitale de Minsk avec deux autres membres du conseil, puis conduite tôt mardi à la frontière, où les autorités leur ont dit de passer en Ukraine.

Lorsqu’ils sont arrivés dans un no man’s land entre les pays, Kolesnikova a déchiré son passeport en petits morceaux pour empêcher les autorités de l’expulser. Kolesnikova a été placée en garde à vue du côté biélorusse de la frontière, et son père a déclaré que les enquêteurs l’avaient appelé mercredi pour lui dire qu’elle avait été transférée dans une prison à Minsk.

Loukachenko a rejeté l’opposition comme des comparses occidentaux et rejeté les demandes des États-Unis et de l’Union européenne d’engager un dialogue avec des manifestants qui considèrent sa réélection comme truquée et exigent sa démission.

Après qu’une répression policière brutale dans les premiers jours qui a suivi le vote a attisé l’indignation internationale et gonflé les rangs des manifestants, les autorités bélarussiennes sont passées aux menaces et aux arrestations sélectives d’activistes et de manifestants pour éradiquer les troubles.

La police a dispersé mardi soir quelques centaines de manifestants à Minsk en solidarité avec Kolesnikova et a arrêté au moins 45 manifestants, selon le centre de défense des droits humains de Viasna.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié une déclaration exprimant sa préoccupation face à la tentative d’expulsion de Kolesnikova et avertissant que les États-Unis et leurs alliés envisagent des sanctions contre la Biélorussie.

———

L’écrivain d’Associated Press Vladimir Isachenkov à Moscou a contribué à ce rapport.

———

Suivez toutes les histoires d’AP sur les développements en Biélorussie sur https://apnews.com/Belarus

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Des groupes de défense des droits de l’homme demandent au CIO de déplacer les Jeux olympiques de Chine

Le gouverneur de l’Oregon publie une déclaration d’urgence sur les incendies de forêt