in

Fonctionnaires afghans: une bombe à Kaboul vise le vice-président et tue 10 civils

Le ministère de l’Intérieur de l’Afghanistan a déclaré qu’un attentat à la bombe à Kaboul visant le convoi du premier vice-président du pays avait tué 10 personnes et blessé plus d’une douzaine d’autres, dont plusieurs gardes du corps du vice-président.

Par

Presse associée RAHIM FAIEZ

9 septembre 2020 à 08h04

• 4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

KABOUL, Afghanistan – Un attentat à la bombe dans la capitale afghane mercredi a visé le convoi du premier vice-président du pays, tuant 10 personnes et en blessant plus d’une douzaine d’autres, dont plusieurs gardes du corps du vice-président, a déclaré le ministère de l’Intérieur.

Personne n’a immédiatement revendiqué la responsabilité du bombardement et les talibans ont rapidement nié être à l’origine de l’attaque.

Le premier vice-président Amrullah Saleh a subi des brûlures mineures dans l’explosion.

Saleh, qui est également l’ancien chef du renseignement afghan, a déclaré lors de sa première apparition à la télévision immédiatement après l’attaque qu’il allait bien et n’avait subi que de légères brûlures. Il est apparu dans les images télévisées avec des bandages d’une part.

«Moi et mon fils cadet qui était aussi avec moi allons bien», a déclaré Saleh dans les images. «J’ai de légères brûlures au visage et à la main à cause de la vague de l’explosion. Je n’ai pas de détails exacts pour le moment, mais je m’excuse auprès de ceux qui ont subi des pertes et de ceux qui ont perdu leurs biens lors de l’attaque. « 

Son porte-parole, Razwan Murad, a qualifié l’attaque de «tentative terroriste vicieuse» contre la vie de Saleh. Les routes à proximité du bombardement ont été fermées.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que la bombe avait explosé alors que le convoi de Saleh traversait une section de Kaboul avec des magasins vendant des bouteilles de gaz pour chauffer les maisons et cuisiner. L’explosion a enflammé un incendie qui a mis le feu à un certain nombre de magasins.

L’explosion a laissé derrière elle une scène de destruction – au moins 10 magasins couvaient à la suite de l’explosion qui avait également brisé les fenêtres de dizaines de maisons voisines, certaines avec des portes suspendues à leurs gonds. Des voitures ont fait naufrage et des débris ont été éparpillés.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tariq Arian, a confirmé plus tôt à l’Associated Press que l’attentat visait le convoi de Saleh. Au départ, Arian a déclaré qu’au moins deux civils étaient morts, mais le nombre de morts est passé à 10. Le ministère a déclaré qu’au moins 15 personnes avaient été blessées.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahed, a rapidement nié que les insurgés étaient impliqués de quelque manière que ce soit, affirmant que «l’explosion d’aujourd’hui à Kaboul n’a rien à voir avec les moudjahidines de l’émirat islamique», comme les Taliban se disent.

Tant les insurgés que le groupe État islamique sont actifs à Kaboul, où les tensions sont également vives avant le début prévu des négociations entre une délégation officielle afghane et les talibans.

Washington a intensifié la pression des deux côtés pour que les pourparlers commencent. L’envoyé de paix américain Zalmay Khalilzad est au Qatar, où les talibans maintiennent un bureau politique, essayant de lancer les négociations.

Les négociations, connues sous le nom de pourparlers intra-afghans, ont été envisagées dans le cadre d’un accord de paix que les États-Unis ont signé avec les talibans au Qatar en février pour mettre fin à la plus longue guerre américaine. À l’époque, les pourparlers étaient présentés comme la meilleure chance de paix de l’Afghanistan après des décennies de conflit.

L’équipe de négociation de paix de Kaboul attend dans la capitale afghane pour se rendre dans la capitale qatari, Doha pour les pourparlers, mais les retards ont été incessants. Ces derniers jours, Washington, les responsables à Kaboul et les talibans ont tous indiqué qu’ils pourraient se mettre en route sous peu.

L’accord américano-taliban permet la sortie de soldats américains d’Afghanistan. Cependant, le retrait des troupes américaines, qui a déjà commencé, ne dépend pas du succès des pourparlers intra-afghans mais plutôt des engagements des talibans de lutter contre d’autres groupes militants – tels que le groupe État islamique – et d’empêcher l’Afghanistan d’être un arène de montage d’attaques contre les États-Unis et leurs alliés.

———

L’écrivain d’Associated Press Kathy Gannon à Islamabad a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les Oscars établissent des normes d’inclusion pour la meilleure catégorie d’image

Des groupes de défense des droits de l’homme demandent au CIO de déplacer les Jeux olympiques de Chine