in

Johnson dit que le Royaume-Uni arrêtera les pourparlers sur le Brexit s’il n’y a pas d’accord d’ici le 15 octobre

Le Premier ministre Boris Johnson parle dur avant un cycle crucial de négociations commerciales post-Brexit avec l’Union européenne

Par

JILL LAWLESS Associated Press

6 septembre 2020 à 21h53

• 4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LONDRES – Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est prononcé avec fermeté dimanche avant une série cruciale de négociations commerciales post-Brexit avec l’Union européenne, affirmant que la Grande-Bretagne pourrait se retirer des pourparlers dans les semaines et insistant sur le fait qu’une sortie sans accord serait une  » bon résultat pour le Royaume-Uni »

Les négociations étant dans l’impasse, Johnson a déclaré qu’un accord ne serait possible que si les négociateurs de l’UE sont prêts à «repenser leurs positions actuelles».

L’UE, à son tour, accuse la Grande-Bretagne de ne pas avoir négocié sérieusement.

La Grande-Bretagne a quitté l’UE qui compte désormais 27 pays le 31 janvier, trois ans et demi après que le pays a voté de justesse pour mettre fin à plus de quatre décennies d’adhésion. Ce départ politique sera suivi d’une pause économique lorsqu’une période de transition de 11 mois se terminera le 31 décembre et que le Royaume-Uni quittera le marché unique et l’union douanière de l’UE.

Sans accord, la nouvelle année apportera des droits de douane et d’autres barrières économiques entre le Royaume-Uni et le bloc, son plus grand partenaire commercial. Johnson a déclaré que le pays «prospérerait puissamment» même si la Grande-Bretagne avait «un accord commercial avec l’UE comme celui de l’Australie» – la description préférée du gouvernement britannique d’un Brexit sans accord.

Le négociateur en chef britannique David Frost et son homologue européen Michel Barnier doivent se rencontrer à Londres à partir de mardi pour leur huitième cycle de négociations.

Barnier a déclaré la semaine dernière qu’il était «inquiet et déçu» par le manque de progrès et a déclaré que le Royaume-Uni ne s’était pas «engagé de manière constructive».

Les principaux points de friction sont l’accès des bateaux européens aux eaux de pêche du Royaume-Uni et les aides d’État aux industries. L’UE est déterminée à garantir des «règles du jeu équitables» pour la concurrence afin que les entreprises britanniques ne puissent pas saper les normes environnementales ou sur le lieu de travail de l’UE ou injecter de l’argent public dans les industries britanniques.

La Grande-Bretagne accuse le bloc de faire des demandes qu’il n’a pas imposées à d’autres pays avec lesquels il a conclu des accords de libre-échange, comme le Canada.

Frost a déclaré au journal Mail on Sunday que la Grande-Bretagne «n’allait pas faire de compromis sur les principes fondamentaux du contrôle de nos propres lois».

«Nous n’accepterons pas des dispositions sur des règles du jeu équitables qui nous verrouillent dans la façon dont l’UE fait les choses», a-t-il déclaré.

Autre signe de problèmes potentiels à venir, le Financial Times a rapporté que le gouvernement de Johnson prévoyait une législation nationale qui atténuerait les engagements à maintenir une frontière ouverte entre l’Irlande du Nord du Royaume-Uni et l’Irlande, membre de l’UE, auquel il a déjà souscrit. La garantie à la frontière était un élément clé de l’accord de divorce juridiquement contraignant conclu entre la Grande-Bretagne et le bloc l’année dernière.

Les partisans britanniques du Brexit détestent l’accord car cela signifie que l’Irlande du Nord reste alignée sur certaines règles et réglementations de l’UE. Mais toute initiative visant à la saper mettrait en colère l’UE et menacerait les négociations commerciales.

«Ce serait une manière très imprudente de procéder», a tweeté le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney.

Le gouvernement britannique a déclaré qu’il travaillait «de bonne foi» pour mettre en œuvre les dispositions frontalières convenues, mais qu’il «envisageait des options de repli au cas où cela ne serait pas atteint».

L’UE déclare qu’un accord doit être conclu avant novembre afin de laisser le temps d’approuver le Parlement et de vérifier légalement avant l’expiration de la période de transition.

Johnson a donné un délai encore plus court dans les remarques qu’il doit prononcer lundi, affirmant qu’un accord devait être scellé par un sommet de l’UE prévu le 15 octobre.

«Si nous ne pouvons pas nous entendre d’ici là, alors je ne vois pas qu’il y aura un accord de libre-échange entre nous, et nous devrions tous deux l’accepter et passer à autre chose», a-t-il déclaré dans les commentaires, qui ont été publiés à l’avance par son Bureau.

Sans un accord, les entreprises de fret britanniques ont averti qu’il pourrait y avoir des blocages dans les ports et que l’approvisionnement en marchandises clés en Grande-Bretagne pourrait être «gravement perturbé» à partir du 1er janvier.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré dimanche que les pourparlers «n’allaient pas bien» et a rejeté les tentatives britanniques de creuser un fossé entre les pays de l’UE sur des questions telles que la pêche. Le Drian a déclaré que les 27 nations restaient unies.

« Nous préférerions un accord, mais un accord sur la base de notre mandat », a-t-il déclaré à la radio France Inter. «Il y a place pour l’action, mais l’ensemble du paquet, y compris le paquet sur la pêche, doit être repris afin d’éviter un« pas d’accord ».»

———

L’écrivain Associated Press John Leicester à Paris a contribué.

——

Suivez toutes les histoires d’AP sur le Brexit et la politique britannique sur https://apnews.com/Brexit.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le voltigeur du Hall of Fame, le speedster Brock décède à 81 ans

Des Brésiliens fatigués de quarantaine se dirigent vers les plages malgré les avertissements