in

Des militants de Floride libérés après un rassemblement après des tirs de la police

Plus d’une douzaine de manifestants ont été libérés de prison dans la capitale de la Floride après avoir été arrêtés lors d’une manifestation contre l’exonération de la police par un grand jury pour la mort de trois suspects noirs lors d’incidents distincts au début de l’année.

Par

BOBBY CAINA CALVAN Associated Press

6 septembre 2020, 18h20

• 3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

TALLAHASSEE, Floride – Plus d’une douzaine de manifestants ont été libérés de prison dans la capitale de la Floride, quelques heures après avoir été arrêtés lors d’une manifestation contre l’exonération de la police par un grand jury pour la mort de trois suspects noirs lors d’incidents distincts plus tôt cette année.

La manifestation de samedi a attiré un nombre inhabituellement élevé d’agents des forces de l’ordre vêtus de tenue anti-émeute, malgré des mois de manifestations pour la plupart pacifiques par des groupes attirant l’attention sur l’utilisation de la force meurtrière par la police, en particulier contre les Noirs.

«C’était comme des stormtroopers se précipitant dans la rue. J’étais incrédule de ce que je voyais », a déclaré Trish Brown, une fondatrice du comité d’action communautaire de Tallahassee et parmi les premières à être arrêtées samedi.

La police a déclaré que les organisateurs de la manifestation n’avaient pas de permis pour une marche du samedi après-midi qui a attiré des dizaines de personnes et qui est devenue bruyante après que la police a commencé à arrêter des manifestants près du Capitole de l’État.

La police a déclaré avoir arrêté 15 personnes, bien que les organisateurs aient déclaré que c’était en fait 14. Les registres de la prison du comté de Leon ont montré que la plupart avaient été arrêtés pour avoir résisté aux agents et se rassembler illégalement. Presque tous ont été libérés après avoir déposé une caution.

« C’est la première fois que nous avons ce type d’agression », a déclaré Brown. «Pourquoi avaient-ils besoin de tous ces policiers prêts pour les émeutes? Ils étaient prêts et prêts. Ils sont venus avec ce genre de force pour les gens avec des chaussures de tennis, des shorts et des T-shirts et juste leur corps. Nous n’avions pas d’armes. Nous n’avions pas de bâtons. Nous n’avions pas de pierres. C’était juste nos corps.

La police de Tallahassee n’a pas immédiatement répondu aux appels téléphoniques demandant des commentaires. Le maire John Dailey n’a pas non plus pu être joint.

Des groupes liés au mouvement Black Lives Matter ont appelé à la manifestation après qu’un grand jury du comté de Leon a refusé de porter des accusations contre des policiers de Tallahassee impliqués dans la mort par balle de Mychael Johnson, Tony McDade et Wilbon Woodard – tous noirs.

Les jurés ont conclu que l’utilisation de la force meurtrière était justifiée.

Plus de 100 manifestants sont descendus dans les rues près du Capitole samedi après-midi. Ils ont été accueillis par une phalange de policiers du département de police de Tallahassee, du bureau du shérif du comté de Leon, de la Florida Highway Patrol, ainsi que des officiers du Capitole et de la Florida State University.

Des dizaines d’officiers équipés de boucliers et d’équipement de combat ont formé des lignes à l’extérieur du Capitole de l’État. Un hélicoptère a survolé.

Pendant des mois, des militants ont organisé des rassemblements à Tallahassee pour attirer l’attention sur les meurtres de la police qu’ils jugent injustifiés.

La plupart ont été pacifiques, même si une confrontation le week-end dernier a mal tourné lorsqu’un homme a tiré une arme sur des manifestants. L’incident a conduit le comté de Leon à mettre en place un couvre-feu à partir de 23 heures. à 5 h

Bien que le grand jury ait refusé de déposer des actes d’accusation contre les policiers, il a trouvé des sujets de préoccupation.

Lors de la fusillade de Mychael Johnson en mars, un officier, Zackri Jones, a crié: «Je vais vous tuer», avant de lui tirer une balle dans l’arrière de la tête lors d’une violente lutte, a rapporté le démocrate.

Il a également noté que l’officier qui avait tiré et tué McDade avait enfreint la politique du service de police en n’activant pas sa caméra corporelle.

McDade est mort après avoir poignardé et tué un homme de 21 ans, mais il y avait des récits différents sur la confrontation de McDade avec la police à la fin mai.

Environ une semaine plus tôt, la police a tiré et tué Woodard, qui, selon la police, était armé, après un rapport faisant état d’une altercation dans un parking d’un restaurant.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Jacob Blake s’exprime depuis son lit d’hôpital dans une vidéo émotionnelle: «  Ce n’est que de la douleur  »

100000 mars à Minsk pour exiger la démission du dirigeant biélorusse