in

Des vêtements et des munitions liés à la fusillade mortelle de Portland retrouvés au domicile du suspect: des responsables

Le procureur avait prévu de prouver que le suspect avait tué intentionnellement un manifestant pro-Trump.

5 septembre 2020 à 02h10

• 4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

La police a retrouvé des vêtements et des munitions reliant un suspect tué lors d’une rencontre avec les autorités jeudi à la mort d’un manifestant pro-Trump à Portland, dans l’Oregon, quelques jours plus tôt, ont annoncé des responsables.

Michael Reinoehl, 48 ans, était recherché pour meurtre au deuxième degré avec une arme à feu et utilisation illégale d’une arme avec une arme à feu, a déclaré vendredi le bureau du procureur du comté de Multnomah, lorsqu’il a été localisé par le FBI et les maréchaux américains à Lacey, Washington.

Le bureau du procureur de district s’apprêtait à prouver que Reinoehl avait intentionnellement tué Aaron Danielson, 39 ans, lors de violentes manifestations le week-end dernier entre une grande caravane de partisans pro-Trump et des manifestants de Black Lives Matter. Vendredi, il a publié des preuves précédemment scellées dans son cas, y compris le mandat de perquisition et les affidavits de mandat d’arrêt pour Reinoehl.

Reinoehl était sous surveillance jeudi soir lorsqu’il a quitté un appartement et est monté dans un véhicule, ont déclaré des responsables. Lorsque les agents ont tenté d’arrêter le véhicule, des coups de feu ont été tirés et le suspect a été tué. Reinoehl aurait tiré une arme à feu, a déclaré un responsable de l’application de la loi à ABC News. Il n’y a pas eu d’autres blessés, ont déclaré des responsables.

PHOTO: Les enquêteurs travaillent près d'une bâche couvrant le 3 septembre 2020 à Lacey, Washington.

Les enquêteurs travaillent près d’une bâche couvrant le 3 septembre 2020 à Lacey, Washington.

Les enquêteurs travaillent près d’une bâche couvrant le 3 septembre 2020 à Lacey, Washington.

Lors de l’exécution d’un mandat de perquisition émis jeudi pour la résidence de Reinoehl, la police de Portland a récupéré des vêtements correspondant à ce qu’il portait le 29 août, au moment de la mort de Danielson, selon le procureur de la République. Ils ont également trouvé des munitions correspondant aux preuves balistiques récupérées sur les lieux du crime, ont indiqué les autorités.

La mort par balle de Reinoehl fait toujours l’objet d’une enquête, a déclaré le procureur du district du comté de Multnomah, Mike Schmidt, qui n’a pas partagé plus de détails sur l’incident.

« Nous n’avons toujours pas une compréhension complète de ce qui a conduit à la mort de Michael Forest Reinoehl », a déclaré Schmidt dans un communiqué.

« L’appréhension d’un fugitif, en particulier d’un fugitif faisant l’objet d’une enquête pour meurtre, est particulièrement dangereuse pour les forces de l’ordre », a-t-il poursuivi. « Je suis reconnaissant que personne d’autre n’ait été blessé ou tué lors de l’incident de la nuit dernière à Lacey, Washington, et j’apprécie la coordination entre les forces de l’ordre tout au long de cette enquête. »

PHOTO: Michael Reinoehl est vu lors d'une manifestation devant la résidence du maire Ted Wheeler, le 28 août 2020, à Portland, Ore.

Michael Reinoehl est vu lors d’une manifestation devant la résidence du maire Ted Wheeler, le 28 août 2020, à Portland, Ore.

Michael Reinoehl est vu lors d’une manifestation devant la résidence du maire Ted Wheeler, le 28 août 2020, à Portland, Ore.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les visages de certains des plus de 185000 vies perdues aux États-Unis à cause du coronavirus

La Northeastern University rejette près d’une douzaine d’étudiants de première année pour avoir prétendument violé les règles du COVID-19