in

Les responsables de la Caroline du Nord rejettent l’appel de Trump aux partisans de voter par courrier et en personne

Les responsables électoraux de l’État de Caroline du Nord ont rejeté jeudi l’appel du président Donald Trump demandant à ses partisans de voter à la fois par correspondance et en personne pour «tester le système».

« Le bureau du State Board décourage fortement les gens de se présenter aux urnes le jour du scrutin pour vérifier si leur bulletin de vote absent a été compté. Ce n’est pas nécessaire, et cela entraînerait des files d’attente plus longues et la possibilité de propager le COVID-19, Karen Brinson Bell , directeur exécutif du North Carolina State Board of Elections, a déclaré dans un communiqué.

Trump cherche depuis longtemps à saper la confiance du public dans les prochaines élections avec des avertissements sans fondement selon lesquels le vote par correspondance pourrait conduire à une fraude électorale généralisée.

Mercredi, dans l’État du champ de bataille de la Caroline du Nord, il a encouragé les gens à voter par courrier, puis à se rendre aux urnes le jour du scrutin, au milieu de la pandémie de coronavirus en cours, afin de vérifier personnellement que leur vote a été compté.

«Ils voteront, puis ils devront vérifier leur vote en se rendant au bureau de vote et en votant de cette façon, car si le tableau est total, ils ne pourront pas le faire. Alors, laissez-les l’envoyer et laissez-les aller voter », a déclaré Trump mercredi dans une interview avec une station d’information de Caroline du Nord WECT.

Il a poursuivi: «Et si le système est aussi bon qu’ils le prétendent, alors ils ne pourront évidemment pas voter. Si ce n’est pas le cas, ils pourront voter. Alors c’est comme ça, et c’est ce qu’ils devraient faire. »

Il est illégal de voter deux fois. Et bien que les lois électorales varient selon les États, cela équivaudrait à un crime de classe I en Caroline du Nord.

Le président a nuancé ses commentaires dans une série de tweets jeudi matin, affirmant qu’il exhortait les gens à vérifier que leurs bulletins de vote postés étaient comptés avant le jour du scrutin, et sinon, à voter en personne aux urnes.

«ASSUREZ-VOUS QUE VOTRE VOTE COMPTE ET EST COMPTÉ, SIGNEZ ET POSEZ VOTRE BULLETIN LE PLUS TÔT possible», puis faites un suivi en vous rendant en personne «à votre bureau de vote pour voir si votre vote par correspondance a été tabulé (compté). . Si tel est le cas, vous ne pourrez pas voter et le système d’inscription a fonctionné correctement. Si cela n’a pas été compté, votez (ce que les citoyens ont le droit de faire). »

Réagissant au fait qu’un bulletin de vote envoyé par la poste pourrait ne pas être compté avant le jour du scrutin, le président a minimisé le risque qu’une personne commette par inadvertance une fraude en exprimant deux votes lors de la même élection, affirmant que le deuxième bulletin « ne sera pas utilisé ou dénombré. »

« Si votre bulletin de vote par correspondance arrive après que vous ayez voté, ce qui ne devrait pas être le cas, ce bulletin ne sera pas utilisé ou compté dans la mesure où votre vote a déjà été exprimé et comptabilisé », a déclaré Trump.

En quelques heures, Twitter a ajouté des avis à deux de ces tweets, affirmant qu’ils enfreignaient sa politique en «encourageant les gens à voter potentiellement deux fois».

Avant les tweets du président jeudi matin, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, a catégoriquement nié que le président suggérait aux gens d’essayer de faire voter deux fois.

« Le président ne suggère à personne de faire quoi que ce soit d’illégal », a déclaré McEnany sur Fox News. «Ce qu’il a dit très clairement, c’est de s’assurer que votre vote est comptabilisé. Si ce n’est pas le cas, votez. Lorsque vous recevez un bulletin de vote par correspondance et que vous l’envoyez, il y a un registre du scrutin et il enregistre que vous avez voté et si vous vous présentez à un bureau de vote, ils regardent le registre du scrutin et disent que votre vote a été compté. »

PHOTO: le président Donald Trump quitte la scène après un discours, le 2 septembre 2020, à Wilmington, N.C.

Le président Donald Trump quitte la scène après un discours, le 2 septembre 2020, à Wilmington, N.C.

Le président Donald Trump quitte la scène après un discours, le 2 septembre 2020, à Wilmington, N.C.

Le procureur général Bill Barr, invité à expliquer les commentaires du président dans une interview sur CNN mercredi, a déclaré qu’il ne savait pas exactement ce que le président voulait dire mais qu’il n’avait pas rejeté l’idée catégoriquement.

« Je ne sais pas exactement ce qu’il disait, mais il me semble que ce qu’il dit, c’est qu’il essaie de faire valoir que la capacité de surveiller ce système n’est pas bonne », a déclaré Barr. « Et si c’était si bon, si vous essayiez de voter une deuxième fois, vous seriez pris si vous votiez en personne. »

PHOTO: le procureur général William Barr écoute lors d'un événement pour souligner les subventions du ministère de la Justice pour lutter contre la traite des êtres humains, dans la salle des traités indiens du bâtiment du bureau exécutif d'Eisenhower, le 4 août 2020, à Washington, D.C.

Le procureur général William Barr écoute lors d’un événement pour souligner les subventions du ministère de la Justice pour lutter contre la traite des êtres humains, dans la salle des traités indiens du bâtiment du bureau exécutif d’Eisenhower, le 4 août 2020, à Washington, D.C.

Le procureur général William Barr écoute lors d’un événement pour souligner les subventions du ministère de la Justice pour lutter contre la traite des êtres humains, dans la salle des traités indiens du bâtiment du bureau exécutif d’Eisenhower, le 4 août 2020, à Washington, D.C.

Les commentaires du président interviennent alors que les sondages le montrent après son adversaire démocrate Joe Biden et sous surveillance pour sa gestion de la pandémie de coronavirus, qui a entraîné plus de 6 millions d’infections aux États-Unis et près de 185000 décès.

Les commentaires du président constituaient la dernière évolution d’une campagne rhétorique de plusieurs mois menée par le président pour saper la confiance du public dans les prochaines élections. Il a répété sans relâche des affirmations non fondées selon lesquelles l’augmentation attendue du vote par correspondance en raison du coronavirus pourrait faire de 2020 «l’élection la plus truquée de l’histoire».

Anticipant ses prédictions de fraude, Trump a refusé de s’engager à accepter les résultats de l’élection si les choses ne se passent pas comme prévu.

« La seule façon pour nous de perdre cette élection est de truquer cette élection », a déclaré Trump le mois dernier au Wisconsin.

Les experts et les responsables électoraux de tout le pays ont rejeté l’affirmation du président selon laquelle le vote par correspondance pourrait discréditer une élection.

«Le vote par correspondance n’est pas une sorte d’innovation nouvelle et non testée», a déclaré Dale Ho, directeur du Voting Rights Project de l’ACLU à ABC News. «Nous l’utilisons dans ce pays depuis la guerre civile. Et je pense que plus de 80% des Américains vivent dans des États qui se sont engagés à laisser chaque électeur éligible voter par courrier en novembre. Ce n’est donc pas quelque chose de nouveau ou de fou. C’est quelque chose que les gens de ce pays font depuis plus d’un siècle.

ABC News a contacté les autorités électorales des 50 États pour leur évaluation des affirmations de Trump. Sur les près de 30 secrétaires d’État et bureaux électoraux qui ont fourni des réponses officielles en juillet, aucun n’a exprimé de doutes quant à la capacité de son État à protéger l’intégrité de ses élections en novembre.

ABC News Luke Barr a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le Département d’État annonce le 4e inspecteur général en 4 mois

Joe Biden clarifie les commentaires de «  fermeture  » faits à David Muir d’ABC News