in

Les suspects de l’attentat terroriste Charlie Hebdo sont jugés à Paris

PARIS – Treize hommes et une femme sont jugés mercredi pour les attentats de 2015 contre le journal satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris qui ont marqué le début d’une vague de violence du groupe État islamique en Europe.

Dix-sept personnes et les trois hommes armés sont morts au cours des trois jours d’attaques de janvier 2015. Plus tard cette année-là, un réseau distinct de combattants français et belges de l’État islamique a de nouveau frappé Paris, tuant cette fois 130 personnes lors d’attaques à la salle de concert du Bataclan, le stade national, et dans les bars et restaurants.

Les personnes jugées devant le tribunal du terrorisme français sont accusées d’acheter des armes, des voitures et d’aider à la logistique. La plupart disent qu’ils pensaient aider à planifier un crime ordinaire. Trois, dont la seule femme accusée, sont jugées par contumace après être parties pour rejoindre l’État islamique.

Les attaques du 7 au 9 janvier 2015 ont débuté lors d’une réunion éditoriale à Charlie Hebdo, dont les bureaux n’avaient pas été marqués et gardés par la police depuis la publication des caricatures du prophète Mahomet des années auparavant. Les frères Cherif et Said Kouachi ont abattu 12 personnes avant de détourner un véhicule et de s’enfuir. Ils ont revendiqué les attaques au nom d’al-Qaida.

Deux jours plus tard, à la veille du sabbat juif, Amedy Coulibaly a pris d’assaut le supermarché Hyper Cacher, tuant quatre otages au nom du groupe État islamique alors que les frères prenaient le contrôle d’une imprimerie à l’extérieur de la capitale française. Les assaillants sont morts ce jour-là lors de descentes de police quasi simultanées.

Il a fallu des jours de plus aux enquêteurs pour se rendre compte que Coulibaly était également responsable de la mort apparemment aléatoire d’une jeune policière la veille.

Il a fallu des semaines supplémentaires pour démêler le réseau de petits criminels et d’amis du quartier reliant les trois assaillants. À ce moment-là, l’épouse de Coulibaly était partie pour la Syrie avec l’aide de deux frères également inculpés dans l’affaire. La plupart des 11 qui comparaîtront insistent sur le fait que leur aide dans les massacres était involontaire.

« Depuis 2012, le terrorisme a capitalisé sur la délinquance qui prévaut autour de ces terroristes », a déclaré Samia Maktouf, avocate de l’un des survivants de l’attaque. « Ce ne sont pas des seconds violons, ce sont des complices à part entière. Vous savez, lorsque vous fournissez une arme ce n’est pas pour aller faire la fête.

Malgré une vague mondiale de soutien, les attaques ont également été considérées comme un échec massif du renseignement. Les autorités françaises ont mis fin à une écoute téléphonique sur l’un des frères Kouachi quelques mois avant qu’ils ne prennent d’assaut la rédaction. Au moins un d’entre eux s’était entraîné avec Al-Qaida au Yémen et avait été condamné pour une infraction de terrorisme antérieure. Les frères se sont éloignés du carnage qu’ils avaient causé, se sont échappés facilement et ont traversé plusieurs traînées avant d’être piégés deux jours plus tard.

«Le gouvernement a échoué. Si les services de renseignement avaient fait leur travail, cela ne se serait pas produit », a déclaré Isabelle Coutant-Peyre, avocate de la seule personne devant le tribunal condamnée à une peine à vie. «Les victimes ne veulent pas seulement un verdict de culpabilité, mais une vraie justice. La vérité doit sortir. Ce n’est pas une justice de vengeance, mais une justice à connaître.

Le procès de mercredi s’est ouvert sous une sécurité stricte, avec plusieurs contrôles de police pour toute personne entrant dans la salle d’audience principale ou dans les salles de débordement. Dans les kiosques à journaux à proximité, le dernier numéro de Charlie Hebdo est apparu, réimprimant avec défi les caricatures du prophète Mahomet citées par les hommes armés qui ont tué tant de membres de la rédaction de la publication.

«Ils sont morts pour que vous, journalistes, puissiez faire votre travail», a déclaré Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo. «N’ayons pas peur. Pas de terrorisme, pas de liberté. »

La seule personne dans la salle d’audience condamnée à la réclusion à perpétuité est Ali Riza Polat, accusé d’avoir servi de lien entre les frères Kouachi et Coulibaly. Il apparaît à chaque étape de la planification de l’attaque, selon l’enquête judiciaire, organise des lignes téléphoniques sécurisées, vérifie le prix des explosifs et des munitions, et voyage avec Coulibaly en Belgique.

Polat a été le premier des accusés à parler mercredi, confirmant brièvement son nom et la date de son arrestation.

Patrick Klugman, un avocat des otages du supermarché, a déclaré qu’il regrettait que l’effusion de soutien à la liberté d’expression après les meurtres de Charlie Hebdo n’ait pas été assortie d’une vague similaire sur la nature antisémite des attaques.

«Je veux discuter d’un mot, d’un mot qui a disparu de cette procédure: l’antisémitisme. Quand vous attaquez un marché casher, vous frappez des gens dans leur vie quotidienne, leur culture, leurs rituels … ils savaient que ce jour-là, ils frappaient des juifs au moment le plus sacré et le plus familial de la semaine.

Il a dit que sans ces accusations, « il n’y aurait pas de Coulibaly. »

———

Angela Charlton a contribué depuis Paris.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Actions asiatiques mitigées après le rallye américain, données positives

Les dirigeants libanais entament des pourparlers pour former un nouveau gouvernement de crise