in

Barr resserre les règles sur la surveillance des candidats politiques

Le ministère de la Justice impose de nouvelles restrictions sur la façon dont il mène toute surveillance secrète de la sécurité nationale des candidats aux bureaux fédéraux ou de leur personnel

Par

ERIC TUCKER Associated Press

1 septembre 2020, 19h50

• 4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

WASHINGTON – Le ministère de la Justice a annoncé mardi de nouvelles restrictions sur la façon dont il mène toute surveillance secrète de la sécurité nationale des candidats à une fonction fédérale ou de leurs membres du personnel et de leurs conseillers.

Les restrictions, annoncées par le procureur général William Barr dans une paire de notes de service, font partie des changements plus larges des procédures de surveillance du FBI mis en œuvre en réponse aux problèmes lors de l’enquête de 2016 sur les liens entre la Russie et la campagne du président Donald Trump. Arrivant à peine deux mois avant l’élection présidentielle, les changements visent à garantir que les responsables de l’application des lois doivent franchir des obstacles supplémentaires avant de poursuivre le même type de surveillance que celle menée sur un ancien conseiller de la campagne de Trump en 2016.

Barr agit sur un problème qui a provoqué de vives inquiétudes de la part des alliés de Trump, qui se sont saisis d’erreurs dans le processus de surveillance pour attaquer les fondements de l’enquête sur la Russie alors même que les rapports du chien de garde du ministère de la Justice et du comité du renseignement du Sénat ont établi de nombreux contacts. entre la Russie et les associés de Trump lors du concours présidentiel de 2016.

Les changements de politique concernent la manière dont le FBI cherche à obtenir l’autorisation de la Cour de surveillance des renseignements étrangers lorsqu’il veut écouter quelqu’un qu’il soupçonne d’être un agent d’une puissance étrangère, comme un espion potentiel ou un terroriste. Le FBI a annoncé plus de 40 mesures correctives après que l’inspecteur général du ministère de la Justice ait identifié des erreurs et des omissions importantes dans les applications de surveillance visant un ancien assistant de Trump lors de l’enquête sur la Russie.

Une nouvelle restriction décrite mardi obligerait le FBI à envisager d’informer un candidat ou un membre du personnel fédéral que la personne est peut-être la cible d’une puissance étrangère avant de demander un mandat au tribunal. Aucune candidature pour un candidat ou un membre du personnel ne peut être soumise à moins que le directeur du FBI n’ait décidé qu’un briefing défensif n’est pas approprié et l’ait dit par écrit. Les demandes doivent également être approuvées par le procureur général et doivent inclure une «déclaration complète indiquant si d’autres mesures d’enquête moins intrusives ont été essayées et ont échoué».

Le FBI avait envisagé de donner de tels «briefings défensifs» à la campagne Trump en 2016 mais a décidé de ne pas le faire par crainte de compromettre une enquête en cours, selon un rapport de l’inspecteur général du ministère de la Justice.

«Nous n’avons identifié aucun département ou politique du FBI qui s’appliquait à cette décision et avons donc déterminé que la décision était un jugement que la politique du Département et du FBI laisse à la discrétion des responsables du FBI», indique le rapport.

Le FBI en 2016 et 2017 a demandé des mandats pour surveiller l’ancien conseiller de la campagne Trump Carter Page en raison de préoccupations concernant ses contacts avec la Russie, mais l’inspecteur général Michael Horowitz a identifié des erreurs et des omissions dans ces demandes et a également trouvé des problèmes plus omniprésents avec les protocoles du FBI. Page n’a jamais été accusé d’actes répréhensibles.

La nouvelle politique renforcera également les contrôles visant à garantir l’exactitude des demandes soumises au tribunal. Il est impératif que le ministère de la Justice fasse «des représentations exactes et complètes» lors de la demande de mandats de surveillance, a écrit Barr.

«Lorsque ces activités impliquent des élus fédéraux, des candidats politiques fédéraux ou leurs employés respectifs, le Ministère doit être particulièrement vigilant», a-t-il ajouté. «Ces activités de renseignement doivent faire l’objet d’un examen rigoureux afin de s’assurer qu’elles sont justifiées et non partisanes, qu’elles reposent sur des informations complètes et complètes, qu’elles tiennent compte des intérêts importants du premier amendement en jeu et qu’elles ne compromettent pas le processus politique.»

Dans une note distincte, Barr a annoncé la création d’un nouveau bureau d’audit interne du FBI, qui effectuera des audits de routine des activités de sécurité nationale du FBI.

—————

Suivez Eric Tucker sur Twitter à l’adresse http://www.twitter.com/etuckerAP

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump lance une théorie du complot sur un avion «  chargé de voyous  », ne fournit aucune preuve

Le gouvernement fédéral veut un accord avec le Dakota du Nord sur les coûts de protestation du pipeline