in

Les délégations israélienne et américaine partent pour les Émirats arabes unis pour le premier vol direct

À BORD D’EL AL VOL VERS LES ÉMIRATS ARABES UNIS – Un avion El Al orné d’une étoile de David a décollé lundi de l’aéroport israélien Ben-Gourion, transportant une délégation américaine et israélienne de haut rang à Abu Dhabi dans le premier passager commercial direct vol vers les Emirats Arabes Unis.

Le vol de la compagnie aérienne israélienne marque la mise en œuvre de l’accord historique négocié par les États-Unis pour normaliser les relations entre les deux nations et consolide les liens de longue date entre eux qui ont évolué au fil des années d’inimitié partagée envers l’Iran.

Avec les États-Unis comme entremetteurs, Israël et les Émirats arabes unis ont convenu au début du mois de travailler à la normalisation, ce qui ferait des Émirats arabes unis le troisième pays arabe à avoir des relations complètes avec Israël, après l’Égypte et la Jordanie. Mais contrairement à ces deux nations, Israël n’a jamais mené de guerre contre les Émirats arabes unis et espère avoir des relations beaucoup plus chaleureuses.

La délégation américaine comprend le conseiller principal et gendre du président Donald Trump, Jared Kushner, ainsi que le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien, l’envoyé au Moyen-Orient Avi Berkowitz et l’envoyé pour l’Iran Brian Hook. Israël sera représenté par le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat et les directeurs généraux de plusieurs ministères, qui rencontreront leurs homologues émiratis.

«Bien qu’il s’agisse d’un vol historique, nous espérons que cela commencera un voyage encore plus historique pour le Moyen-Orient et au-delà», a déclaré Kushner aux journalistes avant de monter à bord de l’avion.

Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale d’Israël et chef de la délégation israélienne, a déclaré qu’il était enthousiasmé par le voyage et que l’objectif était de jeter les bases d’une coopération dans des domaines comme le tourisme, la médecine, la technologie et le commerce.

«Ce matin, le salut traditionnel« allez en paix »revêt une signification particulière pour nous», a-t-il déclaré.

Le vol El Al, numéroté LY971 en guise de geste vers le code d’appel international des Émirats arabes unis, a pénétré dans l’espace aérien saoudien peu après le décollage. Cela a marqué une autre première historique pour Israël et au moins un acquiescement du royaume pour la décision des EAU.

Le roi saoudien Salman, ainsi que d’autres dirigeants arabes du Golfe à des degrés divers, maintiennent leur boycott d’Israël pour soutenir les Palestiniens à obtenir un État indépendant. Tout vol à long terme entre Israël et les Émirats arabes unis nécessiterait une autorisation saoudienne pour être rentable. Sinon, le vol de trois heures et 20 minutes prendrait plus de sept heures.

Le porte-parole d’El Al, Stanley Morais, a déclaré que le 737-900 est équipé d’un système de défense antimissile, une caractéristique standard sur ces types d’avions et une exigence pour ce vol. Après avoir immobilisé sa flotte en raison du coronavirus, il s’agit du premier vol de la compagnie aérienne depuis le 1er juillet.

L’avion était décoré des mots pour la paix en arabe, hébreu et anglais au-dessus de la fenêtre du pilote. Les journalistes ont reçu des masques spéciaux décorés des drapeaux israélien et émirati. Les protecteurs de siège ont dit «Making History» dans les trois langues et de la musique folklorique israélienne jouée en arrière-plan.

Le capitaine de l’avion, Tal Becker, a déclaré qu’il n’avait pas travaillé depuis plusieurs mois et a reçu un appel à l’improviste lui demandant de se préparer pour le vol. Il a dit qu’il avait fallu environ une semaine pour se mettre à niveau.

Le vétéran de 45 ans, qui est le capitaine senior de la flotte 737 d’El Al, a déclaré qu’il n’avait jamais rêvé de voler à Abu Dhabi, qualifiant cela de «sensation très spéciale».

La délégation israélienne restera une nuit dans la capitale, Abu Dhabi, avant de rentrer chez elle sur le vol El Al LY972, un clin d’œil à l’indicatif international d’Israël.

Des jets privés ont déjà volé entre les deux pays dans le cadre de pourparlers secrets, et Etihad Airways d’Abou Dhabi a fait voler des cargos vers Israël avant de fournir une aide contre les coronavirus aux Palestiniens. Mais le vol très médiatisé de lundi, promu avec enthousiasme par les responsables américains, cherche à mettre un timbre solide sur l’annonce surprise, le 13 août, par la Maison Blanche, d’Israël et des EAU établissant des relations.

Depuis lors, les appels téléphoniques ont été connectés et le dirigeant des Émirats arabes unis a publié un décret mettant officiellement fin au boycott d’Israël depuis des décennies. Certaines entreprises israéliennes ont déjà signé des accords avec leurs homologues émiratis, mais la visite de lundi devrait inaugurer une série de nouvelles coopérations commerciales. L’abrogation officielle du boycott semble ouvrir la porte à davantage de coentreprises, comme dans l’aviation, la banque et la finance.

Les EAU ont vanté l’accord comme un outil pour forcer Israël à mettre un terme à son plan contentieux d’annexer des parties de la Cisjordanie recherchées par les Palestiniens pour leur futur État. Cela pourrait également aider les Émirats à acquérir des systèmes d’armes américains avancés qui étaient auparavant inaccessibles, tels que le chasseur F-35. Actuellement, Israël est le seul pays de la région à posséder des avions de combat furtifs.

Les Palestiniens, cependant, se sont farouchement opposés à la normalisation, car elle élimine l’un de leurs rares avantages dans des pourparlers de paix moribonds avec Israël. Les Palestiniens ont organisé des manifestations publiques et brûlé le drapeau des Émirats arabes unis avec colère.

Les Israéliens anticipent avec impatience la perspective d’ambassades mutuelles, l’expansion du tourisme dans le Golfe et la consolidation des opportunités commerciales avec un autre pays qui partage son penchant pour la technologie et l’innovation.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vanté l’accord comme une validation de sa vision selon laquelle la paix régionale ne doit pas passer par l’acquiescement palestinien et se faire au prix de la cession de terres. Mais il a été critiqué par des partisans chez lui pour avoir apparemment renoncé à ses rêves d’annexion et avoir accepté tacitement une vente d’armes douteuse qui pourrait saper la supériorité régionale d’Israël. Netanyahu nie l’existence d’un tel accord.

Pour Trump, l’accord offre une victoire clé en politique étrangère alors qu’il fait face à une campagne de réélection difficile.

Dimanche, Kushner a déclaré que «la scène est désormais prête» pour que d’autres pays arabes suivent les Émirats arabes unis. Cependant, il n’a donné aucune indication que d’autres accords sont imminents, malgré un basculement dans la région la semaine dernière par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

————

Suivez Aron Heller sur Twitter à l’adresse www.twitter.com/aronhellerap.


Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les actions mondiales mitigées après que Wall Street atteigne un record

D’énormes manifestations inondent à nouveau la capitale du Bélarus, Minsk, malgré une forte présence sécuritaire