in

Les EAU mettent officiellement fin au boycott d’Israël dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis

DUBAI, Émirats arabes unis – Le dirigeant des Émirats arabes unis a publié samedi un décret mettant fin officiellement au boycott d’Israël par le pays dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis pour normaliser les relations entre les deux pays.

L’annonce permet désormais le commerce et le commerce entre les Émirats arabes unis, qui abrite Abu Dhabi, riche en pétrole, et Dubaï parsemée de gratte-ciel, et Israël, qui abrite un commerce de diamants florissant, des sociétés pharmaceutiques et des start-ups technologiques.

L’annonce confirme en outre l’accord du 13 août ouvrant les relations entre les deux nations, qui obligeait Israël à mettre un terme à son plan contentieux d’annexer les terres occupées de Cisjordanie recherchées par les Palestiniens. Mais jusqu’à présent, les Palestiniens ont critiqué l’accord comme sapé l’une de ses rares pièces de monnaie de négociation avec les Israéliens dans des négociations de paix moribondes.

L’agence de presse publique WAM a déclaré que le décret mettant officiellement fin au boycott était venu sur ordre du cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, le dirigeant d’Abou Dhabi et le dirigeant des Emirats.

WAM a déclaré que le nouveau décret autorise les Israéliens et les entreprises israéliennes à faire des affaires aux EAU, une fédération alliée aux États-Unis de sept cheikhs de la péninsule arabique. Il permet également l’achat et le commerce de produits israéliens.

«Le décret de la nouvelle loi s’inscrit dans les efforts des EAU pour élargir la coopération diplomatique et commerciale avec Israël», a déclaré WAM. Il présente «une feuille de route pour le lancement d’une coopération conjointe, conduisant à des relations bilatérales en stimulant la croissance économique et en promouvant l’innovation technologique».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué le décret. «C’est une étape importante vers l’avancement de la paix et de la prospérité dans la région», a-t-il déclaré.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a déclaré dans un communiqué que la décision des Émirats arabes unis «est une étape importante vers la paix, qui produira des réalisations économiques et commerciales substantielles pour les deux peuples tout en renforçant la stabilité dans la région».

Déjà, certaines entreprises israéliennes avaient signé des accords avec leurs homologues émiratis. Mais l’abrogation de la loi élargit la probabilité d’autres coentreprises, comme dans l’aviation ou dans le secteur bancaire et financier.

L’aéroport international de Dubaï, qui abrite le transporteur long-courrier Emirates, est le plus achalandé au monde pour les voyages internationaux depuis des années. Le Centre financier international de Dubaï accueille également de grandes entreprises qui négocient à l’heure entre les marchés asiatiques et européens. Dubaï a déjà un important marché de l’or et un commerce de diamants en pleine croissance.

Les entreprises émiraties souhaitent également accéder au savoir-faire technologique israélien. Certains l’avaient déjà fait avant l’accord – la société de cybersécurité DarkMatter aurait embauché des pirates israéliens formés par l’armée.

Lundi, le premier vol commercial direct du transporteur phare israélien El Al est attendu à Abu Dhabi, transportant des responsables américains et israéliens, dont le gendre du président Donald Trump, Jared Kushner. Des appels téléphoniques peuvent déjà être passés entre les nations.

Le décret élimine formellement une loi de 1972 sur les livres des EAU depuis juste après la formation du pays. Cette loi reflétait la position largement partagée par les nations arabes à l’époque selon laquelle la reconnaissance d’Israël ne viendrait qu’après que les Palestiniens auraient leur propre État indépendant.

Hanan Ashrawi, un haut responsable palestinien, a critiqué samedi le décret des Émirats arabes unis comme sapé les efforts du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions visant Israël. Israël a accusé les militants du BDS de chercher à délégitimer son existence.

« Alors que (hashtag) BDS s’avère être un outil efficace de résistance pacifique, d’investissement responsable et éthique et de responsabilité des consommateurs de demander des comptes à Israël, cela arrive! » Ashrawi a écrit sur Twitter.

Le Hamas, le groupe militant islamique gouvernant la bande de Gaza depuis sa prise en 2007, a réitéré son rejet de l’accord EAU-Israël et la fin du boycott.

Le décret «stimule la normalisation avec l’occupation israélienne et la légitime sur la terre palestinienne», a déclaré Bassem Naim, responsable du Hamas.

Le décret montre la volonté des EAU de faire progresser les relations et de maximiser leurs avantages potentiels tels que le commerce dans un contexte de ralentissement économique, a déclaré Elham Fakhro, analyste principal du Golfe à l’International Crisis Group.

« La décision envoie un message clair que les EAU sont attachés à sa décision de normaliser les relations avec Israël », a déclaré Fakhro. « Cela soulève également des questions sur les répercussions possibles pour quiconque dans le pays appelant au boycott des produits israéliens, maintenant que cela contredit la politique de l’État. »

Les EAU sont en train de devenir la troisième nation arabe après l’Égypte et la Jordanie à avoir actuellement des relations diplomatiques avec Israël. Cependant, alors que la méfiance générale du public à l’égard d’Israël persiste dans ces pays, les Émirats arabes unis n’ont jamais mené de guerre contre Israël, ni n’ont eu de population juive historique.

Ces dernières années, les EAU ont eu des pourparlers calmes avec Israël et ont permis aux Israéliens avec un deuxième passeport d’entrer dans le pays pour le commerce et les négociations. L’ouverture de liens pourrait également aider les Emirats à accéder à des armes américaines avancées, comme le chasseur F-35 qui, actuellement, seul Israël vole au Moyen-Orient.

Cheikh Khalifa dirige les Émirats arabes unis depuis 2004. Il a subi un accident vasculaire cérébral le 24 janvier 2014 et a subi une intervention chirurgicale d’urgence. Il a rarement été vu depuis en public, bien que les médias d’État publient généralement des images de lui pendant les fêtes islamiques.

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, est le dirigeant quotidien des EAU depuis l’AVC de Sheikh Khalifa. Cheikh Mohammed s’est concentré sur l’augmentation de la puissance militaire des Emirats au milieu de ses soupçons à l’égard de l’Iran – une hostilité partagée par Israël.

Alors que Cheikh Khalifa détient le titre de président, les Émirats arabes unis sont gouvernés par des cheikhs autocratiques. Abu Dhabi, en tant que capitale riche en pétrole du pays, est devenue de plus en plus puissante depuis la fondation des Émirats arabes unis en 1971, malgré que chaque cheikhdom gouverne largement ses propres affaires.

Le décret fait suite à un voyage au Moyen-Orient ces derniers jours du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui espérait s’appuyer sur l’accord EAU-Israël.

L’accord est également venu comme une victoire majeure en politique étrangère pour Trump alors qu’il fait campagne avant les élections de novembre contre le candidat démocrate Joe Biden. Israël et les Émirats arabes unis ont tous deux considéré le président républicain comme un allié.

———

L’écrivain Associated Press Fares Akram de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Trump blâme les médias après que DNC dépasse RNC dans les classements télévisés

Citant ses inquiétudes concernant les fuites, la communauté du renseignement mettra fin aux séances d’information en personne sur la sécurité électorale au Congrès