in

Le premier décès de coronavirus à Gaza depuis mai fait craindre une transmission communautaire

Un homme de 61 ans est décédé mercredi, a annoncé le ministère de la Santé.

26 août 2020, 13:48

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LONDRES et JÉRUSALEM –
Le premier décès lié au nouveau coronavirus depuis mai est survenu mercredi à Gaza, selon le ministère palestinien de la Santé, après que le territoire a été verrouillé pendant 48 heures à la suite d’un nouveau groupe de cas.

Un homme de 61 ans est décédé après avoir contracté le COVID-19, a rapporté le ministère de la Santé. La mort est survenue deux jours seulement après qu’une famille de quatre personnes a été testée positive dans le camp de réfugiés d’al-Maghazi.

Les nouveaux décès et cas représentent les premiers cas de transmission communautaire dans l’enclave, dirigée par le groupe militant Hamas. Auparavant, tous les cas et le seul décès signalés étaient liés au retour de Palestiniens sur le territoire depuis l’étranger, qui ont été placés en quarantaine.

PHOTO: Un agent de santé palestinien devant un hôpital où un homme de 61 ans est décédé après avoir contracté le COVID-19, dans le nord de la bande de Gaza, le 26 août 2020.

Un agent de santé palestinien devant un hôpital où un homme de 61 ans est décédé après avoir contracté le COVID-19, dans le nord de la bande de Gaza, le 26 août 2020.

Un agent de santé palestinien devant un hôpital où un homme de 61 ans est décédé après avoir contracté le COVID-19, dans le nord de la bande de Gaza, le 26 août 2020.

Les autorités pensent maintenant que les cas provenaient d’une femme qui a reçu un traitement médical à Jérusalem et y a contracté le virus. Le système de santé du territoire étant surchargé après des années de conflit, certains Palestiniens sont toujours autorisés à accéder aux hôpitaux de Jérusalem pour recevoir des soins de santé essentiels, tels que la chimiothérapie.

Ces cas ont fait craindre aux experts de la santé publique qu’une épidémie pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les 2 millions de Palestiniens vivant à Gaza, dont la majorité vivent dans des camps surpeuplés en tant que réfugiés, où la distanciation sociale est impossible.

Début mars, les autorités ont déclaré une urgence de santé publique et verrouillé le territoire. En mai, il n’y avait que 63 lits de soins intensifs équipés de ventilateurs dans les hôpitaux gouvernementaux de Gaza, «ce qui est à peine suffisant pour les cas courants» de COVID-19, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Le chef de l’équipe d’urgence sanitaire locale de l’OMS a déclaré à . qu’au total, les hôpitaux avaient une capacité suffisante pour traiter 250 patients atteints de COVID-19.

Le ministre palestinien de la Santé, Mai-al Kaila, a déclaré dans un communiqué que le ministère déciderait prochainement de prolonger ou non le verrouillage actuellement en place à Gaza.

« Nous avons 26 cas dans un état grave et quatre cas sous ventilation en Cisjordanie et à Gaza », a-t-elle déclaré dans un communiqué à ABC News, ajoutant que le ministère déciderait prochainement de prolonger ou non le verrouillage actuellement en place à Gaza.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Avant Navalny, une longue histoire d’empoisonnements russes

Harris sera le principal opposant des démocrates à Trump jeudi