in

Trump dit qu’il enverra des fédéraux si New York ne peut pas arrêter l’effusion de sang

Le président Donald Trump menace à nouveau d’envoyer des agents fédéraux à New York si les autorités locales n’arrêtent pas une vague de violence qui a fait sept morts et plus de 50 personnes abattues depuis vendredi

Par

MICHAEL R. SISAK Associated Press

17 août 2020, 19:36

5 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

NEW YORK —
Le président Donald Trump menace à nouveau d’envoyer des agents fédéraux à New York si les autorités locales n’arrêtent pas une vague de violence qui a fait sept morts et plus de 50 personnes abattues depuis vendredi.

Trump, qui se présente à la réélection sur un programme de maintien de l’ordre en tant que contrepoids au mouvement de réforme de la police et de la justice pénale, a réagi à la nouvelle du chaos dans sa ville natale dimanche soir sur Twitter.

«La loi et l’ordre», a écrit Trump, adressant son message au maire démocrate de la ville, Bill de Blasio. «Si (il) ne peut pas le faire, nous le ferons!»

C’était le dernier d’une série de week-ends sanglants qui ont secoué la ville à la suite des fermetures liées aux coronavirus, des rassemblements contre la brutalité policière et d’un campement de protestation d’un mois devant l’hôtel de ville.

Selon la police, 51 personnes ont été abattues du vendredi au dimanche. Six d’entre eux ont été tués, dont John Jeff, un agent de prison de 28 ans qui n’était pas en service dans le Queens. Un autre homme est décédé après une altercation physique, a indiqué la police.

Huit personnes ont été abattues et cinq personnes ont été tuées au cours de la même période l’an dernier.

De Blasio a qualifié lundi le tweet de Trump de « fanfaronnade », déclarant aux journalistes qu’une récente augmentation des arrestations d’armes à feu était un signe d’espoir que le NYPD « renversera cette tendance ».

L’attaché de presse de De Blasio, Bill Neidhardt, a noté que Trump avait envoyé son tweet quelques heures après avoir retweeté un expert qui a déclaré que les villes démocratiques devraient être laissées pourrir.

Trump a utilisé des pics violents dans des villes dirigées par les démocrates telles que New York, Chicago et Philadelphie pour justifier les affirmations selon lesquelles les récentes réformes et coupes dans les budgets de la police ont menotté les agents et ont permis aux criminels de se déchaîner. Sa campagne de réélection a diffusé des publicités télévisées farfelues suggérant que personne ne serait là pour répondre aux appels au 911 si son rival démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden, est élu président.

« La seule chose pourrie, c’est l’esprit de Trump », a tweeté Neidhardt en réponse.

Trump, un républicain qui a grandi dans le Queens et qui a construit sa tour éponyme sur la chic Fifth Avenue de Manhattan, a reculé une menace le mois dernier d’envoyer des agents fédéraux à New York pour faire face aux manifestants et à l’augmentation de la violence, comme il l’avait fait à Portland, Oregon.

De Blasio avait déclaré que la ville intenterait une action en justice pour arrêter une telle décision et le gouverneur Andrew Cuomo a déclaré que Trump lui avait dit par téléphone qu’il n’enverrait aucun membre supplémentaire de la police fédérale dans la ville sans en discuter d’abord avec le gouverneur.

La loyauté catégorique de Trump envers les hommes et les femmes en bleu – «Nous aimons notre police!» il a beuglé lors de rassemblements – et son aversion pour certaines des nombreuses réformes adoptées aux États-Unis après le meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis en mai s’est traduite par un soutien accru de la communauté des forces de l’ordre.

Vendredi, Trump a reçu l’approbation du plus grand syndicat de police de New York, la Police Benevolent Association. Lors d’une cérémonie avec les dirigeants du syndicat sur son terrain de golf du New Jersey, Trump a déclaré que les récents changements apportés aux lois des États et des villes régissant la conduite et la responsabilité des officiers avaient «totalement supprimé leur incitation».

Les législateurs de l’État de New York ont ​​abrogé en juin une loi vieille de plusieurs décennies qui gardait secrets les dossiers disciplinaires de la police. Ils ont également interdit aux agents d’utiliser les étrangleurs. Les législateurs de la ville sont allés plus loin, ordonnant aux agents d’éviter le torse lors d’une arrestation.

« Ils ont emporté leur vie, dans un sens, parce qu’ils ne leur permettent pas de faire leur travail », a déclaré Trump.

La récente vague de criminalité à New York a bouleversé des années de creux record ou presque, qui ont amené les dirigeants de la ville à la vanter comme la «grande ville la plus sûre d’Amérique». Pourtant, il reste beaucoup plus sûr qu’au début des années 90, où il y avait plus de 2 000 meurtres par an.

Cette année, la ville a connu une augmentation de 82,1% des incidents de fusillade et une augmentation de 88,5% des victimes par balle par rapport à l’année dernière, selon la police. Plus de 1000 personnes ont été abattues dans la ville du 1er janvier au dimanche, a indiqué la police.

Les homicides ont grimpé de plus de 30%, à 259 dimanche contre 199 au même point l’an dernier.

Ce qui se cache derrière l’éruption de violence n’est pas clair.

La police a blâmé les réformes de la mise en liberté sous caution qui sont entrées en vigueur au début de l’année, mais il y a peu de preuves que la police libérée de prison est derrière les nouveaux crimes. Le maire Bill de Blasio a blâmé les fermetures de palais de justice liées à la pandémie, mais les responsables du tribunal ont déclaré qu’ils fonctionnaient depuis le début.

———

Les rédacteurs d’Associated Press Tom Hays et Aamer Madhani ont contribué à ce rapport.

———

Suivez Michael Sisak sur Twitter à twitter.com/mikesisak


Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le Royaume-Uni abandonne le système de notation des examens qui a enragé les étudiants et les parents

Les démocrates de la Chambre poussent samedi à voter sur une aide de 25 milliards de dollars au service postal