in

L’Iran vendra du pétrole brut à ses propres citoyens pour lutter contre les sanctions américaines

L’Iran a décidé de pré-vendre le pétrole du pays, principale source de revenus de la République islamique, à ses citoyens en offrant des obligations pétrolières et le gouvernement a annoncé son intention de mettre le pétrole en bourse dans le cadre d’une « percée économique « .

Le chef de cabinet du président iranien Mahmoud Vaezi a déclaré dans un commentaire rare que quiconque « peut acheter jusqu’à 50 000 à 100 000 barils de pétrole sur le marché boursier de l’énergie pourrait obtenir un petit navire et l’exporter ».

Les responsables disent qu’il s’agit d’une tentative de surmonter le déficit budgétaire auquel le gouvernement est confronté au milieu des sanctions suffocantes imposées au pays par les États-Unis ainsi que de l’impact économique auquel ce pays a été confronté suite à la pandémie de coronavirus.

Le président iranien Hassan Rohani a fait la promotion du plan lors d’une séance avec les membres de son cabinet mercredi en déclarant qu’il s’agissait d’un « investissement sûr pour le peuple » au lieu d’investir dans le marché de l’or et des devises.

Le président a décrit le plan de vente intérieure de pétrole comme un échantillon d’une « économie centrée sur les personnes » et une mesure efficace pour organiser le marché des capitaux et des bourses, ce qui est « une étape importante pour contrer l’embargo pétrolier des ennemis », comme Tasnim L’agence de presse a rapporté mardi.

Les sanctions économiques américaines, la corruption généralisée et la mauvaise gestion intérieure ont poussé les Iraniens au fil des ans à investir dans l’or et les devises fortes afin de protéger leur argent contre la dévaluation de leur monnaie nationale et la forte inflation.

Le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien en mai 2018 a conduit à la dévaluation du rial, la monnaie nationale de l’Iran.

L’accord visait à alléger les sanctions économiques contre l’Iran en échange de l’engagement de Téhéran à freiner ses programmes nucléaires, mais lorsque les États-Unis se sont retirés de l’accord et ont repris les sanctions économiques, l’économie déjà en difficulté de l’Iran a été gravement affectée.

Les conditions économiques complexes du pays ont fait de la vente de pétrole sur le marché international une tâche herculéenne et les experts se disent méfiants quant au succès à long terme du plan de prévente du pétrole.

PHOTO DE DOSSIER: le président iranien Hassan Rohani s’exprime à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 26 septembre 2019.

PHOTO DE DOSSIER: Le président iranien Hassan Rohani s’exprime à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 26 septembre 2019.Brendan Mcdermid / .

« Je n’ai jamais entendu parler d’autres grands exportateurs de pétrole ayant pris une telle décision », a déclaré l’économiste iranien Mousa Ghaninejad à ABC News.

Ghaninejad dit que si la vente d’obligations est un outil standard qu’un gouvernement peut utiliser pour aider à combler le déficit d’un budget, il ne le voit pas comme une option viable pour l’Iran étant donné les circonstances actuelles.

« On dirait qu’il y a des gens dans l’administration qui veulent réinventer la roue à partir de zéro. Ce n’est pas ainsi que fonctionne l’économie mondiale », a-t-il ajouté, affirmant que le plan était « vague et peu clair ».

Le responsable de la bourse de l’énergie Ali Hosseini a précisé que la pré-vente d’obligations pétrolières, qui devrait être proposée sur le marché à partir de dimanche, est différente du plan de «rupture économique» du président Rohani.

« Ces obligations sont offertes sur la base de la procédure de vente d’obligations de la National Oil Company … Ce sont des obligations à deux ans avec un taux d’intérêt d’environ 19% », a déclaré Hosseini dans un entretien avec l’agence de presse de la République islamique vendredi.

« Le plan du président sera annoncé une fois qu’il sera finalisé en ce qui concerne les exigences légales et les règlements exécutifs », a-t-il ajouté.

Cependant, Ghaninejad a déclaré que les obligations de deux ans vendues ne sont pas l’option la plus judicieuse pour la plupart des gens.

« Avec un taux d’inflation d’environ 50%, aucun homme d’affaires avisé n’achèterait une obligation à deux ans avec un taux d’intérêt de 19%. Cela signifie qu’ils doivent supporter environ 30% d’intérêts négatifs », a-t-il déclaré. « Si le gouvernement donne mandat aux banques d’acheter les obligations et les actions, alors les banques doivent emprunter de l’argent à la Banque centrale pour compenser leurs pertes dans les années à venir, ce qui signifie plus de taux d’inflation », a expliqué Ghaninejad.

Mais, les partisans du programme de prévente du pétrole, y compris le chef de la banque centrale Abdolnaser Hemmati, disent que le pays est à court d’options pour compenser le déficit budgétaire au milieu des sanctions.

Hemmati a écrit dans un post Instagram mercredi que le gouvernement dispose de quatre méthodes pour remédier au déficit: « réduire les dépenses, augmenter les recettes fiscales, vendre les actions et les actifs du gouvernement, et émettre des obligations ou pré-vendre des produits sanctionnés comme le pétrole brut ».

Affirmant que les trois premières solutions ne sont pas possibles en raison de la pandémie de coronavirus, il estime que l’émission d’obligations et la prévente de pétrole sur le marché boursier sont l’option privilégiée car les obligations sont « moins coûteuses et plus gérables pour le gouvernement ».

De l’autre côté de l’allée politique, des parlementaires affiliés à des partis conservateurs et rivaux politiques de longue date du président Rohani ont critiqué le plan de pré-vente du pétrole du gouvernement sur le marché boursier sur les conséquences possibles à long terme sur l’inflation.

La commission de l’énergie du parlement a soumis une lettre au président du parlement lui demandant d’avertir le gouvernement de ses décisions hâtives, comme l’a rapporté mercredi Mehr News.

L’administration de Rohani prévoit de commencer à pré-vendre le pétrole en bourse à partir d’aujourd’hui.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le frère cadet de Donald Trump, Robert, décède à 72 ans

Le frère cadet de Donald Trump, Robert, décède à 71 ans