in

Le Japon célèbre le 75e anniversaire de la fin de la guerre sans excuses d’Abe

Le Japon célèbre le 75e anniversaire de sa reddition pendant la Seconde Guerre mondiale, l’empereur Naruhito exprimant ses «profonds remords» face aux hostilités de son pays en temps de guerre

Par

MARI YAMAGUCHI Associated Press

15 août 2020 à 04h06

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

TOKYO –
Le Japon a marqué samedi le 75e anniversaire de sa reddition pendant la Seconde Guerre mondiale, l’empereur Naruhito exprimant son «profond remords» sur les actions de son pays en temps de guerre lors d’une sombre cérémonie annuelle interrompue par la pandémie de coronavirus.

Naruhito s’est engagé à réfléchir sur les événements de la guerre et a exprimé l’espoir que la tragédie ne se reproduirait jamais. Le Premier Ministre Shinzo Abe n’a pas présenté d’excuses, qui a remercié pour les sacrifices des morts de la guerre japonais mais n’a rien à dire sur les souffrances des voisins du Japon.

«En réfléchissant à notre passé et en gardant à l’esprit les sentiments de profonds remords, j’espère sincèrement que les ravages de la guerre ne se reproduiront jamais», a déclaré Naruhito dans un bref discours lors de l’événement à Tokyo marquant le 75e anniversaire de la reddition du Japon en août. 15, 1945.

Au milieu des craintes virales et des inquiétudes concernant la disparition des souvenirs de la génération de guerre qui vieillit rapidement, environ 500 participants, contre 6 200 l’an dernier, ont pleuré les morts avec une minute de silence. Des masques étaient nécessaires et il n’y avait pas de chant de l’hymne national «Kimigayo».

Naruhito a promis de suivre les traces de son père, qui a consacré ses 30 ans de carrière à réparer une guerre menée au nom de Hirohito, le grand-père de l’empereur actuel.

Abe a de plus en plus cherché à blanchir le passé brutal du Japon depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2012. Il n’a pas reconnu les hostilités du Japon en temps de guerre lors des discours du 15 août, qui étaient auparavant une tradition de près de 20 ans qui a commencé avec les excuses de 1995 du leader socialiste Tomiichi Murayama.

Abe, dans un discours largement axé sur le pays, a déclaré que la paix dont jouit le Japon aujourd’hui repose sur les sacrifices de ceux qui sont morts pendant la guerre. Il a promis que le Japon réfléchira aux leçons de l’histoire et ne répétera pas la dévastation de la guerre. Il a énuméré les dommages infligés au Japon et à son peuple, y compris les bombardements atomiques américains d’Hiroshima et de Nagasaki, les bombardements massifs de Tokyo et la féroce bataille d’Okinawa.

Abe s’est engagé à jouer un rôle plus important dans la résolution des problèmes mondiaux. Dans le cadre de son objectif de faire du Japon une nation «belle» et «normale», Abe a constamment poussé à nettoyer le Japon de son histoire de guerre embarrassante et à renforcer son armée en étirant l’interprétation de la constitution japonaise de renoncement à la guerre. Il comprend l’acquisition d’une plus grande capacité de défense antimissile face à une menace militaire croissante de la Corée du Nord et de la Chine.

Abe est resté à l’écart d’un sanctuaire de Tokyo qui honore les criminels de guerre condamnés parmi les morts de guerre. Il a envoyé une offrande religieuse, un geste destiné à éviter de mettre en colère la Chine et la Corée du Sud, qui considèrent le sanctuaire Yasukuni comme un symbole du militarisme japonais.

———

Suivez Mari Yamaguchi sur Twitter à https://www.twitter.com/mariyamaguchi

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Au milieu de la controverse politique, les actions du ministre des Postes font l’objet d’un nouvel examen

Les règles de vote par correspondance dans les principaux États swing peuvent laisser certains bulletins de vote non comptés, avertit l’USPS