in

Les autorités bélarussiennes libèrent des détenus sous la pression des manifestants

Minsk, Biélorussie —
Les autorités bélarussiennes ont libéré environ 1 000 personnes détenues au milieu de manifestations contestant les résultats de l’élection présidentielle, dans le but d’apaiser la colère publique contre une répression brutale des manifestations pacifiques.

Vers minuit, des dizaines de détenus ont été vus en train de sortir de l’une des prisons de Minsk. Tôt le matin, des volontaires ont également vu au moins 119 détenus être libérés dans la ville de Zhodino, juste au nord-est de la capitale biélorusse. Des ambulances sont arrivées pour transporter ceux qui, apparemment, ne pouvaient pas marcher seuls.

Beaucoup de ceux qui ont été libérés ont parlé de passages à tabac brutaux et d’autres abus de la part de la police, et certains présentaient des ecchymoses. Certains ont pleuré en embrassant leurs proches.

Les libérations sont intervenues quelques heures après que le plus haut responsable de l’application des lois biélorusses s’est excusé à la télévision d’État pour l’utilisation aveugle de la force par la police. «J’assume la responsabilité de ce qu’ils disent être de la violence contre ces personnes, qui se trouvaient à proximité et qui n’ont pas reculé assez rapidement», a déclaré jeudi soir le ministre de l’Intérieur Yuri Karayev.

Cette décision intervient le jour où les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne doivent se réunir pour discuter d’éventuelles sanctions contre la Biélorussie.

En cinq jours de manifestations massives, des foules de manifestants ont envahi les rues pour contester les résultats du vote et exiger la fin du règne de 26 ans du président autoritaire Alexander Lukashenko. Près de 7 000 personnes ont été arrêtées et des centaines blessées.

Les résultats officiels indiquent que Loukachenko a remporté 80% des voix et son principal adversaire de l’opposition seulement 10%. La police a interrompu les manifestations avec des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et de violents passages à tabac.

Jeudi, des milliers de travailleurs se sont rassemblés devant les usines industrielles pour dénoncer la répression policière et demander un recomptage du vote de dimanche.

Des centaines de femmes ont formé de longues «lignes de solidarité» dans plusieurs quartiers de la capitale, Minsk. Beaucoup étaient vêtus de blanc et portaient des fleurs et des portraits d’êtres chers détenus.

Les chaînes humaines se sont développées tout au long de la journée, remplissant les principales places et avenues centrales de Minsk et se propageant à de nombreuses autres villes alors que les automobilistes klaxonnaient en soutien.

Au milieu de la consternation croissante du public, des dizaines d’anciens combattants de l’armée et de la police ont publié des vidéos dans lesquelles ils jetaient leurs uniformes et leurs insignes à la poubelle. Plusieurs présentateurs populaires des chaînes de télévision publiques bélarussiennes ont démissionné.

Les manifestations se sont étendues même si la manifestation manque de dirigeants. La principale opposante au vote, Sviatlana Tsikhanouskaya, est soudainement apparue mardi en Lituanie voisine et a appelé ses partisans à arrêter les manifestations dans une vidéo qui, selon ses associés, a été enregistrée sous la pression des forces de l’ordre avant son départ. L’ancienne enseignante de 37 ans avait rejoint la course pour remplacer son mari, un blogueur de l’opposition, emprisonné depuis mai.

Les manifestations massives contre les résultats des élections et la brutalité policière ont été un défi sans précédent pour Loukachenko, qui est au pouvoir depuis 1994 et qui a gagné le surnom de «dernier dictateur d’Europe» pour sa répression incessante de la dissidence. L’ampleur et la férocité de la répression policière ont été remarquables, même pour le règne de la poigne de fer de Loukachenko, déclenchant une colère généralisée.

Après avoir rejeté les manifestants comme étant principalement d’anciens condamnés et de chômeurs, le dirigeant autoritaire a gardé le silence jeudi alors que les rassemblements se propageaient rapidement et que les travailleurs des principales usines industrielles les rejoignaient. Certains rapports ont indiqué qu’il préparait une adresse à la nation.

Clairement inquiet de la possibilité de grèves majeures, Loukachenko a averti qu’elles aggraveraient les dommages infligés par la pandémie de coronavirus et pourraient conduire la Biélorussie à perdre sa place sur les marchés mondiaux dans un contexte de concurrence intense.

«Tout le monde se bat pour les marchés, et si nous nous arrêtons, nous ne pourrons jamais reprendre la production», a-t-il déclaré. «Vous devez l’expliquer aux gens.»

Il n’a pas abordé directement les élections et les manifestations qui ont suivi, mais la présidente de la Chambre haute biélorusse, Natalya Kochanova, a déclaré jeudi soir que plus de 1000 détenus avaient été libérés plus tôt dans la journée suite à l’ordre de Loukachenko aux forces de l’ordre d’examiner de plus près les détentions. .

« Nous n’avons pas besoin d’une guerre, nous n’avons pas besoin d’un combat », a déclaré Kochanova dans des remarques télévisées.

Valiantsin Stefanovich du centre de défense des droits de Viasna a confirmé qu’environ 1000 personnes ont été libérées des prisons de Minsk et Zhodino,

«Les autorités tentent manifestement de désamorcer la situation et d’apaiser les tensions, craignant que les travailleurs industriels furieux ne descendent dans les rues de tout le Bélarus», a déclaré Stefanovich.

Un manifestant est décédé lundi à Minsk lorsque, selon le ministère de l’Intérieur, un engin explosif qu’il a tenté de lancer sur la police a explosé dans sa main. Les médias ont contesté les allégations du ministère, affirmant qu’il avait été tué par la police. L’endroit où il est mort s’est rapidement transformé en lieu de pèlerinage, avec des centaines de personnes, dont des ambassadeurs européens, y déposant des fleurs.

Les autorités ont déclaré qu’un détenu était mort dans la ville de Gomel, dans le sud-est du pays, mais les circonstances de sa mort n’ont pas été immédiatement claires.

La répression brutale des manifestations a suscité de vives critiques en Occident.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne doivent se réunir vendredi pour discuter d’une réponse, et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré que le bloc de 27 nations «augmenterait la pression» sur la Biélorussie.

Dans une tentative d’apaiser les critiques occidentales, le ministre biélorusse des Affaires étrangères, Vladimir Makei, a déclaré lors d’un appel téléphonique avec son homologue suisse que le pays était prêt pour un «dialogue constructif et objectif» avec des partenaires étrangers sur toutes les questions liées aux élections et aux événements ultérieurs.

———

Vladimir Isachenkov à Moscou a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

ONU: 178 tués dans l’explosion de Beyrouth, 30 toujours portés disparus

Kaboul entame la libération des 400 derniers talibans, les pourparlers à suivre