in

Un challenger biélorusse s’enfuit en Lituanie au milieu des manifestations

La ministre lituanienne des Affaires étrangères a déclaré que la principale candidate de l’opposition à l’élection présidentielle du Bélarus a fui son pays et est désormais «en sécurité» en Lituanie

Par

Presse associée YURAS KARMANAU

11 août 2020 à 07h22

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Minsk, Biélorussie —
La principale candidate de l’opposition à l’élection présidentielle biélorusse qui a refusé de concéder sa défaite a fui le pays au milieu d’une répression policière massive des manifestations, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères de la Lituanie.

Linas Linkevicius a déclaré sur Twitter que Sviatlana Tsikhanouskaya est désormais «en sécurité» en Lituanie.

Tsikhanouskaya avait précédemment rejeté les résultats officiels de l’élection de dimanche montrant le président autoritaire Alexander Lukashenko remportant un sixième mandat par un glissement de terrain. Des milliers de partisans de l’opposition qui ont également protesté contre les résultats se sont heurtés à une dure répression policière à Minsk et dans plusieurs autres villes biélorusses pendant deux nuits consécutives.

Lundi, un manifestant est mort au milieu des affrontements à Minsk et des dizaines de blessés ont été blessés alors que la police a utilisé des gaz lacrymogènes, des grenades flash-bang et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Alexander Lastovsky, a déclaré que la victime avait l’intention de lancer un engin explosif, mais celui-ci a explosé dans sa main et l’a tué.

Loukachenko, qui a dirigé d’une main de fer l’ex-nation soviétique de 9,5 millions de personnes depuis 1994, a tourné l’opposition en le qualifiant de «mouton» manipulé par des maîtres étrangers et s’est engagé à poursuivre la répression sévère des manifestations malgré les réprimandes occidentales.

Les responsables électoraux ont déclaré que Loukachenko avait remporté un sixième mandat avec 80% des voix, tandis que Tsikhanouskaya avait obtenu 10%.

Lorsqu’on lui a demandé lundi si elle prévoyait de se rendre à l’étranger pour éviter d’être arrêtée, Tsikhanouskaya a déclaré qu’elle n’avait pas de plan de ce type et ne voyait aucune raison pour laquelle elle serait arrêtée.

Mais après avoir soumis sa demande formelle de recomptage à la Commission électorale centrale du Bélarus, elle a déclaré: «J’ai pris une décision, je dois être avec mes enfants.»

Elle avait précédemment envoyé ses enfants dans un pays européen non précisé après avoir reçu des menaces.

Tsikhanouskaya, une ancienne enseignante d’anglais de 37 ans sans aucune expérience politique préalable, est entrée dans la course après que son mari, un blogueur de l’opposition qui espérait se présenter à la présidence, a été arrêté en mai. Elle a réussi à unir des groupes d’opposition fracturés et à attirer des dizaines de milliers de personnes à ses rassemblements électoraux – les plus grandes manifestations d’opposition en Biélorussie depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991.

« Nous ne sommes pas d’accord avec (les résultats des élections), nous avons des informations absolument opposées », a déclaré Tsikhanouskaya à l’Associated Press lundi. «Nous avons des protocoles officiels de nombreux bureaux de vote, où le nombre de votes en ma faveur est beaucoup plus élevé que pour un autre candidat.»

Les dommages économiques causés par le coronavirus et la réponse hâtive de Loukachenko à la pandémie, qu’il a catégoriquement qualifiée de «psychose», ont alimenté une large colère, aidant à gonfler les rangs de l’opposition. La manifestation post-électorale, au cours de laquelle de jeunes manifestants – dont beaucoup étaient des adolescents – ont affronté la police, a marqué un niveau de violence inédit.

La répression policière contre les manifestants a suscité de vives critiques de la part de l’Union européenne et des États-Unis et compliquera probablement les efforts de Loukachenko pour rétablir les liens avec l’Occident au milieu des tensions avec son principal allié et sponsor, la Russie.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré dans un communiqué que les élections n’étaient pas «libres et équitables» et a ajouté: «Nous condamnons fermement la violence continue contre les manifestants et la détention de partisans de l’opposition.»

L’Union européenne a condamné la répression policière et a appelé à la libération immédiate de tous les détenus.

Dans une déclaration commune, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, et le commissaire européen chargé des relations avec les voisins proches de l’Europe, Oliver Varhelyi, ont déploré que «la nuit des élections ait été marquée par des violences étatiques disproportionnées et inacceptables contre des manifestants pacifiques».

———

Vladimir Isachenkov à Moscou et Liudas Dapkus à Vilnius, en Lituanie, ont contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Le centre-ville de Chicago sous clé à la suite de pillages et de violentes troubles

Les manifestants de Portland se rassemblent alors que l’arrestation d’un activiste suscite la colère